Rechercher

Par peur de l’antisémitisme, 40 % des Juifs US ont changé d’attitude – étude

Une étude de l'AJC aide à comprendre comment les Américains perçoivent la haine des juifs, qui a poussé certains à masquer leur judaïsme et à éviter certains lieux et événements

Illustration : Une jeune femme tient un panneau contre l'antisémitisme, le 15 octobre 2020, à New York. (AP Photo/Kathy Willens)
Illustration : Une jeune femme tient un panneau contre l'antisémitisme, le 15 octobre 2020, à New York. (AP Photo/Kathy Willens)

JTA – La peur de l’antisémitisme a incité 40 % des Juifs américains à changer leur comportement au cours de l’année dernière, selon une nouvelle enquête sur l’antisémitisme en Amérique.

L’enquête, publiée lundi, est la dernière d’une série annuelle commandée par l’American Jewish Committee (AJC) pour comprendre comment les Juifs américains et le grand public vivent et perçoivent l’antisémitisme.

Une enquête sur les Juifs américains a révélé qu’au cours de l’année dernière, 17 % ont dit qu’ils « évitaient certains lieux, événements ou situations », 22 % ont évité de se rendre visuellement identifiable en tant que Juif et 25 % se sont abstenus de publier des contenus liés aux Juifs en ligne.

Une enquête complémentaire menée auprès du grand public a révélé que la proportion d’Américains qui disent comprendre ce qu’est l’antisémitisme a fortement augmenté l’année dernière, passant de 53 % en 2020 à 65 % cette année.

L’enquête de l’année dernière a été réalisée peu avant l’élection présidentielle au cours de laquelle Joe Biden a battu le président sortant Donald Trump, que de nombreux Juifs ont perçu comme attisant l’antisémitisme. À l’époque, seulement 4 % des Juifs américains avaient déclaré se sentir plus en sécurité que par le passé ; cette année, cette proportion était nettement plus élevée, à 10 %.

« Près de 40 % des Juifs ont modifié leur comportement. Ce sont des données horribles et déchirantes », a déclaré Holly Huffnagle, directrice américaine de l’AJC pour la lutte contre l’antisémitisme, à la Jewish Telegraphic Agency à propos des résultats de cette année.

Illustration : Les bannières accrochées au-dessus de l’autoroute I-405 de Los Angeles par Jon Minadeo Jr., de la Ligue de défense des Goyim (Crédit : Siamak Kordestani/Twitter)

« Mais je pense que nous ne pouvons pas cacher le fait que plus de Juifs se sentent en sécurité aujourd’hui », a-t-elle ajouté, notant que lorsque les enquêteurs ont demandé une explication, « le changement d’administration a été de loin la réponse la plus importante. »

Les enquêtes de cette année ont été réalisées en septembre et début octobre auprès de 1 214 Américains et 1 433 Juifs. La marge d’erreur pour chaque sondage était de 3,9 %. La majorité des enquêtes ont été réalisées en ligne, plutôt que par téléphone, mais Huffnagle a déclaré que les chercheurs avaient conclu que ce changement n’avait pas influencé les résultats de manière particulière.

Certains résultats, y compris la proportion de Juifs américains qui ont changé leur comportement par peur, ne peuvent pas être comparés directement aux enquêtes antérieures de l’AJC sur l’antisémitisme car la version de cette année ne portait que sur les expériences de l’année dernière. Les enquêtes précédentes portaient sur les expériences et les perceptions au cours des deux ou cinq dernières années.

« Nous avons décidé d’abandonner les données sur les tendances en faveur d’informations précises », a déclaré Huffnagle.

D’autres résultats sont comparables dans le temps et suggèrent que beaucoup de choses sont restées inchangées dans le sentiment des Juifs américains. La grande majorité des Juifs américains continue à dire que l’antisémitisme est un problème aux Etats-Unis ; l’antisémitisme sur les campus universitaires reste une préoccupation pour de nombreux Juifs américains ; et les Juifs américains continuent à dire qu’ils sont plus préoccupés par l’antisémitisme émanant de l’extrême droite que de l’extrême gauche.

Une étudiante de l’université de Penn State et ses amis arborent des croix gammées dessinées au marqueur sur leurs épaules, ce qui a entraîné la condamnation de l’université et de ses camarades. (Change.org via JTA)

La moitié des Juifs américains disent que « l’extrême droite politique » représente une menace antisémite « très sérieuse », et 91 % disent qu’ils croient que l’extrême-droite représente au moins une certaine menace, comme l’année dernière. Cependant, la proportion de Juifs américains qui ont déclaré qu’ils pensaient que « l’extrême gauche politique » représentait au moins une légère menace antisémite a fortement augmenté, passant de 61 % l’année dernière à 71 % cette année.

Huffnagle a déclaré qu’elle attribuait l’augmentation de la sensibilisation du grand public à l’antisémitisme à de multiples incidents très médiatisés liés à l’activité de la droite, notamment la pénétration de la théorie du complot QAnon, qui a des connotations antisémites, et l’assaut du 6 janvier au Capitole américain, où un participant a été photographié portant un sweat-shirt « Camp Auschwitz ».

Elle a également déclaré qu’un discours plus large sur la lutte contre la discrimination et la haine, stimulé en partie par une réponse aux attaques contre les Américains d’origine asiatique, pourrait avoir joué un rôle.

Le t-shirt de Robert Keith Packer, (à droite), était l’un des nombreux symboles de haine présents lors de l’assaut du Capitole. D’autres émeutiers ont confectionné un nœud coulant. (Andrew Caballero-Reynolds / AFP Images et capture d’écran de Reddit via JTA)

« Je pense qu’il y a peut-être eu une prise de conscience nationale », a déclaré Huffnagle, ajoutant « au moins sur la façon de répondre aux questions des sondages ».

Les trois quarts des Juifs ont déclaré avoir entendu « beaucoup » ou « un peu » parler d’attaques contre des Juifs aux États-Unis et à l’étranger pendant le conflit entre Israël et le Hamas à Gaza en mai. Les trois quarts de ces personnes interrogées – représentant une majorité de Juifs – ont déclaré que ces informations les avaient fait se sentir moins en sécurité en tant que Juifs aux États-Unis.

Huffnagle a déclaré qu’il y avait peu de preuves que les incidents antisémites signalés à l’époque avaient contribué au changement de sentiment au sein du grand public.

Pourtant, a-t-elle dit, le grand public reste très favorable à Israël – peut-être plus que les Juifs américains. Elle a souligné le fait que la proportion de personnes interrogées dans le grand public qui ont déclaré considérer la déclaration « Israël n’a pas le droit d’exister » comme antisémite était plus élevée cette année : 85 % des personnes interrogées ont déclaré que cette déclaration était antisémite, contre 77 % l’année dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...