Pessah : Les forces de sécurité israéliennes se préparent à la violence
Rechercher

Pessah : Les forces de sécurité israéliennes se préparent à la violence

Le chef de cabinet rencontrera les forces de sécurité cette semaine pour examiner les plans visant à établir un équilibre entre la force et la prévention des attentats

Des hommes palestiniens évacuent un manifestant blessé lors d'affrontements avec les troupes israéliennes le long de la barrière frontalière près de Khan Yunis dans le sud de la bande de Gaza le 16 mars 2018. (AFP Photo/Said Khatib)
Des hommes palestiniens évacuent un manifestant blessé lors d'affrontements avec les troupes israéliennes le long de la barrière frontalière près de Khan Yunis dans le sud de la bande de Gaza le 16 mars 2018. (AFP Photo/Said Khatib)

Les forces de sécurité se préparent à une « journée de rage » palestinienne la veille de la Pâque juive, alors que des milliers de Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie sont censés tenter de prendre d’assaut les clôtures marquant les frontières avec Israël.

Ce jour-là, le 30 mars, les Palestiniens et les Arabes israéliens dans tout Israël, en Cisjordanie et à Gaza marqueront la Journée de la terre, commémorant la décision israélienne de 1976 d’exproprier des terres en Galilée – une décision qui a déclenché des émeutes généralisées qui ont entraîné la mort de six citoyens arabes israéliens.

Des groupes palestiniens planifient une « Marche de retour en masse », et espèrent voir des dizaines de milliers de participants déferler vers les clôtures frontalières.

Un événement de protestation similaire est prévu pour le 15 mai, lorsque les Palestiniens marqueront la Nakba – la « catastrophe » de l’Indépendance israélienne en 1948. Cette année, le jour de la Nakba tombe à peu près en même temps que le mois sacré musulman du Ramadan.

Des Palestiniens lancent des pierres sur les forces de sécurité israéliennes lors des affrontements de la Journée de la Nakba dans la ville de Bethléem, en Cisjordanie, le 15 mai 2017. (AFP Photo/Thomas Coex)

Le chef d’état-major de Tsahal Gadi Eizenkot rencontrera des officiers supérieurs dans le courant de la semaine pour examiner les plans dans le cadre des efforts visant à trouver un équilibre entre empêcher quiconque de franchir les clôtures et éviter les morts, a rapporté Hadashot TV mardi.

La fête de la Pâque juive – et en particulier la veille de la Pâque – est une période dangereuse pour les Israéliens, compte tenu des nombreux attentats terroristes qui ont été planifiés, dont certains avec succès, dans le passé.

L’un des pires attentats a eu lieu le 27 mars 2002, lorsque le Hamas a commis un attentat-suicide lors d’un Seder de Pâques à l’hôtel Park Hotel de Netanya, tuant 30 personnes et en en blessant 140 autres.

A part la Pâque, des groupes palestiniens en Cisjordanie et à Gaza ont appelé à des manifestations de masse le vendredi pour protester contre la décision du président américain Donald Trump en décembre de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et de déplacer l’ambassade des Etats-Unis de Tel Aviv à Jérusalem.

Les tensions sont particulièrement fortes en raison d’une série d’attentats terroristes perpétrés ces derniers jours, parmi lesquels le meurtre d’un Israélien poignardé dimanche dans le quartier musulman de la Vieille Ville de Jérusalem.

Un médecin se précipite sur les lieux d’une attaque au couteau dans la Vieille Ville de Jérusalem le 18 mars 2018. (Ir Amim)

Vendredi, deux soldats israéliens ont été tués et deux autres blessés lorsqu’un Palestinien leur a foncé dessus avec sa voiture alors qu’ils se tenaient devant un poste d’observation militaire le long d’une autoroute près de l’implantation de Mevo Dotan, dans le nord de la Cisjordanie.

Selon les données dont disposent les forces de sécurité, quelque 200 « attaques de loups solitaires » ont été tentées et déjouées au cours des deux derniers mois seulement. Le terme « loup solitaire » s’applique aux terroristes palestiniens qui semblent agir seuls, sans affiliation à aucun groupe terroriste.

Alors que l’Autorité palestinienne assure la coordination de la sécurité avec Israël et continue d’essayer de prévenir un nombre considérable d’attaques, le Hamas, qui dirige la bande de Gaza, s’efforce de déclencher des attaques terroristes à la fois dans l’enclave côtière et en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...