Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

Plusieurs cérémonies de Yom HaShoah en France

La traditionnelle lecture des noms des déportés juifs de France a été organisée au Mémorial de la Shoah, à Paris

Cérémonie de Yom HaShoah, au Mémorial de la Shoah, à Paris, le 18 avril 2023. (Crédit : Yaël Braun-Pivet / Twitter)
Cérémonie de Yom HaShoah, au Mémorial de la Shoah, à Paris, le 18 avril 2023. (Crédit : Yaël Braun-Pivet / Twitter)

Plusieurs cérémonies ont eu lieu en ce début de semaine en France à l’occasion de Yom HaShoah.

La traditionnelle lecture des noms des déportés juifs de France a été organisée au Mémorial de la Shoah, à Paris.

Cette lecture publique ininterrompue de 24 heures, des noms de chaque homme, femme et enfant juifs déportés de France, a été organisée sous l’égide de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, en partenariat avec Judaïsme en Mouvement (JEM), l’association des Fils et filles de déportés Juifs de France (FFDJF) et à l’initiative du Consistoire de Paris et du Consistoire de France.

La cérémonie a été ouverte par un discours de Shelomo Selinger, témoin et rescapé de la Shoah. De nombreuses personnes se relaient pendant 24 heures pour lire un à un les noms des Juifs de France déportés par les convois 74 à 85, puis la liste des Juifs morts dans les camps d’internement en France, la liste des Juifs exécutés comme résistants, comme otages ou exécutés sommairement (listes 90 et 91), et les Juifs déportés par les convois 1 à 21.

Les noms des victimes du convoi 74 ont été lus par de nombreuses personnalités publiques : Yaël Braun-Pivet, présidente de l’Assemblée nationale, Pap Ndiaye, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, et Anne Hidalgo, maire de Paris.

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Yonathan Arfi, Gérard Unger, vice-Président du Crif, Benjamin Allouche, trésorier du Crif, mais également Jean-François Bensahel et Gad Weil, co-présidents de Judaïsme en Mouvement (JEM), et Éric de Rothschild, président du Mémorial de la Shoah et François Heilbronn, vice-président du Mémorial de la Shoah, ont également participé à la lecture des noms des victimes de ce convoi.

Plusieurs hommages ont aussi été organisés à Paris et en banlieue parisienne, notamment à la Synagogue des Tournelles.

Une lecture de noms s’est aussi tenue à Strasbourg. Laurence Jost-Lienhard, enseignante, y a évoqué son travail pour la mémoire et contre l’oubli. « Quand je travaille avec mes élèves, je travaille avec la mémoire », a-t-elle déclaré. « Et je travaille aussi contre le racisme, contre l’antisémitisme. Et pour essayer que cette violence, extrêmement présente dans notre société aujourd’hui, puisse être jugulée et maîtrisée, et qu’elle ne s’exerce pas vers les autres. Et ça c’est extrêmement compliqués avec les moyens actuels, les réseaux sociaux. »

À Montpellier également, la communauté juive de la ville s’est réunie en présence d’élus, de fonctionnaires, de représentants des cultes et d’associations dans le parc de l’hôtel de ville.

Lors de la cérémonie, Michaël Iancu, délégué du comité français pour Yad Vashem, a déclaré : « Voici la leçon de la Shoah : faire office de boussole morale pour l’humanité. »

Cette « Journée du souvenir pour la Shoah et l’héroïsme » a été instituée par l’État d’Israël.

Le 12 avril 1951, le rabbin Mordekhaï Nurock, doyen de la Knesset, parlementaire du Mizrahi et survivant de la Shoah, a proclamé au nom de la première Knesset « le 27 nissan de chaque année Yom Hashoah OuMered HaGhettaot (Jour de la Shoah et de la Révolte des Ghettos) – un jour éternel de commémoration pour la maison d’Israël ». La date a été choisie car elle « coïncide avec la plus grande partie du massacre des Juifs d’Europe et avec la révolte du ghetto qui a eu lieu en nissan ».

Ce mardi matin, en Israël, le pays s’est arrêté quand l’alarme a retenti dans tout le pays, et les Israéliens ont observé deux minutes de silence en souvenir des six millions de Juifs assassinés par le nazisme. Le Mémorial de Yad Vashem à Jérusalem a également, comme chaque année, organisé la cérémonie officielle de Yom HaShoah, en présence notamment du président de l’État d’Israël, Isaac Herzog, du Premier ministre, Benjamin Netanyahu, du président de la Knesset, Amir Ohana, de la présidente de la Cour suprême, Esther Hayot, de hauts dignitaires et de survivants de la Shoah.

Six rescapés de la Shoah ont allumé six flambeaux, en mémoire des six millions de Juifs assassinés pendant la Shoah. Leurs parcours ont été retracés dans six courts-métrages diffusés lors de la cérémonie. Robert Bonfil (Grèce), Efim Gimelshtein (Biélorussie), Tova Gutstein (Pologne), Ben-Zion Raisch (Roumanie), Malka Rendel (Hongrie), Judith Sohlberg (Pays-Bas) ont allumé cette année les six flambeaux.

Cette année, la commémoration avait pour thème principal « La Résistance juive pendant la Shoah : les 80 ans du soulèvement du ghetto de Varsovie ».

De nombreuses cérémonies ont été organisées à travers le monde, et Joe Biden a lui aussi rendu hommage aux victimes sur Twitter.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.