Pologne : Un pavé a été lancé dans une synagogue pendant les prières de Kippour
Rechercher

Pologne : Un pavé a été lancé dans une synagogue pendant les prières de Kippour

La communauté juive de Gdansk a déclaré que personne n'a été blessé, mais la pierre a atterri près de la zone pour les femmes et les enfants ; le maire appelle à une action rapide

On peut apercevoir une vitre brisée à la Nouvelle Synagogue de Gdansk, en Pologne, après le jet d'une pierre lors de la prière du Yom Kippour le 20 septembre 2018. (GWŻ Gdańsk via le Congrès juif mondial)
On peut apercevoir une vitre brisée à la Nouvelle Synagogue de Gdansk, en Pologne, après le jet d'une pierre lors de la prière du Yom Kippour le 20 septembre 2018. (GWŻ Gdańsk via le Congrès juif mondial)

Une pierre a été projetée contre une synagogue de Gdansk, dans le nord de la Pologne, brisant la vitre d’une fenêtre alors que des fidèles, dont des enfants, étaient à l’intérieur.

L’agression contre la Nouvelle Synagogue de Gdansk a eu lieu mercredi, pendant Yom Kippour, l’un des jours les plus saints du judaïsme, a fait savoir sur sa page Facebook la communauté juive de Gdansk.

La pierre est tombée « dans l’atrium dans lequel les femmes attendaient la Neilah – la dernière prière de Yom Kippour », peut-on lire dans le communiqué. « Il y avait des enfants autour. La pierre est passée à quelques centimètres de l’endroit où se tenaient les femmes ».

Personne n’a été blessé dans l’incident.

L’auteur de l’attaque a été identifié par une caméra et la police est censée traiter l’attaque avec la plus grande urgence, a écrit le Congrès juif mondial dans un communiqué dans lequel il condamne fermement l’attaque.

La police a diffusé une vidéo de cette agression et a demandé au public de lui fournir toute information pouvant la conduire à l’auteur de l’incident.

Dans son communiqué, le maire de Gdansk, Pawel Adamowicz, a fait référence au passé récent de sa ville comme le lieu de naissance du syndicat anticommuniste et a déclaré : « Je rejette catégoriquement le comportement des coupables et je compte sur le fait qu’ils seront rapidement arrêtés. Je m’excuse auprès de la communauté juive de Gdansk. Dans la ville de la liberté et de la solidarité, nous respectons toutes les religions et n’acceptons pas les actes de hooliganisme ».

L’attaque contre la Nouvelle Synagogue de Gdansk est « choquante et consternante en soi, d’autant plus qu’elle a eu lieu à Yom Kippour, rappelant la terrible tragédie qui a frappé la Pologne occupée par l’Allemagne pendant la Shoah » a déclaré Ronald Lauder, président du CJM.

Ronald Lauder (Crédit : capture d’écran France 2)

Dans son communiqué, la communauté a déclaré que l’incident rappelait les actions des ultra-nationalistes dans les années 1930, qui « visaient souvent les synagogues à Yom Kippour », lit-on dans ce texte. Mais de telles attaques sont très rares en Pologne aujourd’hui, où les incidents antisémites signalés sont pour la plupart verbaux.

En Pologne, où vivent quelque 20 000 Juifs, la procureur nationale adjointe Agata Gałuszka-Górska a déclaré en mai que le nombre d’incidents antisémites avait baissé de 30 %, passant de 160 en 2016 à 112 l’année dernière. Les crimes de haine antisémites représentaient environ 6 % de tous les crimes de haine enregistrés, a-t-elle dit.

En novembre, 60 000 personnes ont assisté à une marche nationaliste en Pologne au cours de laquelle on a entendu des propos antisémites et anti-musulmans. Certains Juifs locaux disent que le gouvernement tolère l’ultra-nationalisme qui accroît le risque de violence antisémite. Mais d’autres dirigeants d’organisations juives en Pologne rejettent cette affirmation.

L’opposition d’Israël et d’organisations juives à l’adoption par la Pologne, en janvier dernier, d’une loi qui criminalise le fait de blâmer la nation polonaise pour les crimes nazis a engendré un regain des cas d’antisémitisme en augmentation dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...