Pour Liberman, l’ONU est inefficace, il est temps pour les ambassadeurs d’agir
Rechercher

Pour Liberman, l’ONU est inefficace, il est temps pour les ambassadeurs d’agir

Après la sanction infligée à la Corée, le ministre de la Défense rencontre des ambassadeurs du monde entier et évoque l'incompétence des organisations onusiennes

Avigdor Liberman, ministre de la Défense, quatrième a partir de la droite, et l'ambassadeur d'Israël à l'ONU,  Danny Danon, cinquième à partir de la gauche, rencontrent d'autres ambassadeurs à New York, le 1 décembre 2016. (Crédit : autorisation)
Avigdor Liberman, ministre de la Défense, quatrième a partir de la droite, et l'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Danny Danon, cinquième à partir de la gauche, rencontrent d'autres ambassadeurs à New York, le 1 décembre 2016. (Crédit : autorisation)

Au lendemain de l’adoption par le Conseil de Sécurité de l’ONU, de la plus sévère des sanctions à l’encontre de la Corée du Nord, le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, a réprimandé le représentant israélien à l’ONU de ne pas avoir agi au sujet du Royaume ermite, et de se focaliser sur Israël.

« Lorsque l’on regarde ce qui se passe en Corée du Nord, un dirigeant fou qui prend son peuple en otage et qui transgresse les lois internationales sur les armes nucléaires, aucune action réelle, stable du Conseil de Sécurité ou de n’importe quelle autre organisation onusienne peut l’arrêter », a déclaré Liberman lors d’une rencontre à New York avec le Canada, la Russie, l’Inde, l’Italie et la Grèce, et d’autres, selon une traduction de ses propos.

La déclaration de Liberman, probablement prononcée en anglais, n’a été envoyée aux journalistes qu’en hébreu.

« Tout cela s’ajoute aux autres problèmes, comme les résolutions absurdes et cyniques anti-Israël adoptées par l’UNESCO et par le Conseil des Droits de l’Homme… Tout cela prouve que l’ONU et notamment le Conseil de Sécurité ne fait pas son travail, et ne soucie pas de ce qui se passe dans le monde », a-t-il dit.

Mercredi, le Conseil de Sécurité a imposé à l’unanimité la plus sévère de ses sanctions sur la Corée du Nord, imposant un plafond sur les exportations de charbon, après les tests nucléaires menés par l’État en signe de provocation.

La nouvelle sanction exige de la Corée du Nord « d’abandonner toutes les armes nucléaires et les programmes nucléaires existants » et s’attaque à l’exportation de charbon du pays, la principale source de revenus externe.

Pyongyang a répondu jeudi que cette mesure ne sera pas dissuasive pour le programme nucléaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...