Pour Yom Kippour, Obama appelle à “une vie qui ait du sens […] pour créer un meilleur futur”
Rechercher

Pour Yom Kippour, Obama appelle à “une vie qui ait du sens […] pour créer un meilleur futur”

Le président américain a envoyé ses vœux aux juifs des Etats-Unis, d’Israël, et du monde entier

Le président américain Barack Obama quitte la Maison Blanche pour se rendre au sommet des dirigeants d'Amérique du Nord, à Ottawa (Canada), le 29 juin 2016. (Crédit : AFP/Yuri Gripas)
Le président américain Barack Obama quitte la Maison Blanche pour se rendre au sommet des dirigeants d'Amérique du Nord, à Ottawa (Canada), le 29 juin 2016. (Crédit : AFP/Yuri Gripas)

Le président américain Barack Obama a souhaité aux juifs du monde entier un jeûne de Yom Kippour « facile et significatif », et a déclaré que le jour saint était à la fois un rappel pour faire le point et un testament à la capacité de mener une vie qui ait du sens.

Dans un message publié au début du jeûne mardi soir, Obama a déclaré qu’il présentait « mes meilleurs vœux pour un jeûne facile et significatif aux communautés juives aux Etats-Unis, en Israël, et dans le monde entier qui observent Yom Kippour. »

« Le Jour du Grand Pardon est un rappel modeste pour faire le bilan de nos insuffisances, mais aussi un testament à notre capacité à changer et à mûrir, pour mener une vie qui ait du sens, et pour faire la différence dans la vie des autres, a-t-il déclaré. Par nos prières, nos actes et notre caractère, nous pouvons faire notre petite part pour créer un avenir meilleur pour nous et pour notre monde. »

« Au nom de Michelle et de notre famille, Gmar Hatima Tova », a-t-il conclu, utilisant le souhait en hébreu qui signifie littéralement « une bonne dernière signature », et fait référence à l’espoir idiomatique d’être inscrit dans le Livre de la vie pour une année supplémentaire.

Dix jours auparavant, Obama avait présenté ses huitièmes et derniers vœux de Rosh Hashana, souhaitant aux juifs aux Etats-Unis, en Israël et dans le monde une « autre douce année d’espoir, de santé et de bonheur ».

Dans une vidéo publiée à la veille du nouvel an juif, le président avait déclaré que c’était une « opportunité pour recommencer, ainsi qu’une obligation de regarder en arrière avec humilité. »

Obama avait parlé des Jours solennels qui commencent à Rosh Hashana et se terminent à Yom Kippour et pendant lesquels les juifs demandent pardon, compassion et remercient Dieu, leurs familles et leurs amis, ajoutant que c’était également un moment « pour nous interroger sur quelque chose que nous seuls pouvons contrôler : la force de faire mieux. D’être meilleur. De transformer le monde dans lequel nous vivons en endroit plus agréable et plus paisible. D’entendre dans l’appel sacré du shofar un appel de l’intérieur au changement. »

Dans le préambule qui accompagnait la vidéo, la Maison Blanche avait annoncé que ce Rosh Hashana arrivait à un moment particulier, « une période difficile pour beaucoup à travers le monde, alors que nous pleurons la perte de l’ancien président et Premier ministre israélien Shimon Peres », qu’Obama a qualifié de « force d’inspiration pour la paix ».

« Pour moi personnellement, mon dernier Rosh Hashana à la Maison Blanche, c’est l’occasion de réfléchir sur le grand privilège que j’ai eu en tant que président de travailler étroitement avec la communauté juive. De prendre la parole dans des synagogues, ici aux États-Unis, et à l’étranger. De placer une prière écrite dans les vieilles fissures du Kotel. De raconter l’histoire intemporelle de l’Exode pendant notre seder annuel à la Maison Blanche. Et de marcher dans Buchenwald avec Elie Wiesel, de rencontrer de jeunes Israéliens à Jérusalem et de décerner la Médaille de la Liberté à Shimon Peres », avait déclaré Obama dans la vidéo.

Le président américain Barack Obama (au centre), la chancelière allemande Angela Merkel et le survivant de l'Holocauste et prix Nobel de la Paix Elie Wiesel au camp de concentration de Buchenwald, près de Weimar, en Allemagne, le 5 juin 2009. (Crédit : AFP/Mandel Ngan)
Le président américain Barack Obama (au centre), la chancelière allemande Angela Merkel et le survivant de l’Holocauste et prix Nobel de la Paix Elie Wiesel au camp de concentration de Buchenwald, près de Weimar, en Allemagne, le 5 juin 2009. (Crédit : AFP/Mandel Ngan)

« Même si nous avons beaucoup accompli ensemble pendant les sept dernières années et demi, beaucoup de travail reste encore à faire, comme c’est toujours le cas. Mais c’est ce que le nouvel an juif nous rappelle : que notre travail ne se finit jamais. C’est un honneur pour ma famille de souhaiter à la vôtre Shana Tova ! »

Le président américain Barack Obama (d) l'ex-président israélien Shimon Peres avec la médaille de la liberté à la Maison Blanche à Washington. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le président américain Barack Obama (d) l’ex-président israélien Shimon Peres avec la médaille de la liberté à la Maison Blanche à Washington. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...