Premier ministre de l’AP : Ramallah traitera la Cisjordanie en tant que zone A
Rechercher

Premier ministre de l’AP : Ramallah traitera la Cisjordanie en tant que zone A

Le porte-parole de Mohammad Shtayyeh dit que ses commentaires signifient que l'Autorité palestinienne va commencer à délivrer des permis de construire aux Palestiniens de la zone C

Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh à son bureau dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 16 avril 2019. (AP Photo/ Nasser Nasser)
Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Mohammad Shtayyeh à son bureau dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 16 avril 2019. (AP Photo/ Nasser Nasser)

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, a déclaré dimanche que les Palestiniens traiteront avec tous les territoires de Cisjordanie comme si Ramallah assurait leur sécurité et leur contrôle administratif.

Shtayyeh a fait ce commentaire alors qu’il rencontrait des membres de la défense du Wadi Hummus Committee, dont Majdi al-Saleh, ministre de la Gouvernance locale et Fadi al-Hadami, ministre des Affaires de Jérusalem, dans son bureau au centre de Ramallah, rapporte le site officiel Wafa.

« Israël ne respecte plus aucun des accords signés et a commencé à gérer tous les lieux comme s’ils faisaient partie de la zone C. Par conséquent, nous traiterons tous les endroits comme s’ils faisaient partie de la zone A », a dit Shtayyeh.

Les Accords d’Oslo, une série d’accords signés par Israël et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), ont divisé la Cisjordanie en trois
zones : A, B et C. La zone A désigne les parties de la Cisjordanie placées sous contrôle administratif et sécuritaire palestinien ; la zone B fait allusion à des endroits du territoire placés sous contrôle de sécurité israélien, à quelques exceptions près où les Palestiniens maintiennent un contrôle administratif palestinien limité, et la zone C est sous contrôle administratif et sécuritaire israélien.

Ibrahim Milhem, porte-parole de Shtayyeh, a déclaré que les commentaires du Premier ministre de l’AP signifiaient que Ramallah allait commencer à délivrer des permis de construire aux Palestiniens de la zone C.

Israël démolit fréquemment des maisons dans la zone C que les Palestiniens construisent sans sa permission et détruirait aussi les structures qui ont reçu des permis de construire de l’Autorité palestinienne.

Les remarques de Shtayyeh et de son porte-parole arrivent moins d’une semaine après que le cabinet de sécurité du Premier ministre Benjamin Netanyahu a accordé quelque 700 permis de construire aux Palestiniens de la zone C et environ 6 000 autres à des implantations israéliennes.

Les Palestiniens et les groupes de défense des droits se sont souvent plaints du fait qu’Israël accorde rarement des permis de construire aux Palestiniens de la zone C, alors qu’il en donne des milliers aux implantations.

Les forces de sécurité israéliennes démolissant les bâtiments palestiniens encore en construction qui ont fait l’objet d’avis de démolition dans la zone de Wadi al-Hummus adjacente au village palestinien de Sur Baher à Jérusalem-Est, 22 juillet 2019. (Ahmad GHARABLI / AFP)

Milhem a ajouté lors d’un appel téléphonique : « Israël a montré très clairement qu’il n’honore pas les accords signés en démolissant les maisons de Wadi Hummus, en particulier celles de la zone A. »

Israël a démoli plusieurs bâtiments, dont un certain nombre dans les zones A et B, il y a deux semaines à Wadi Hummus, une partie de la Cisjordanie adjacente à la barrière de sécurité et dans le quartier Sur Baher, situé à Jérusalem.

Les propriétaires des bâtiments ont déclaré avoir reçu des permis de construire du gouvernement de l’AP à Ramallah.

Les autorités israéliennes ont toutefois affirmé que les propriétaires des biens avaient érigé les bâtiments en violation d’un ordre militaire de 2011 interdisant la construction aux abords de la barrière. Ils ont également fait valoir que les structures posaient un problème de sécurité pour les civils israéliens.

Lors de la réunion de défense du Wadi Hummus Committee dimanche, Shtayyeh a qualifié la démolition des bâtiments de « crime inacceptable et laid », selon Wafa.

Il a également déclaré que l’Autorité palestinienne indemniserait les personnes qui ont perdu leurs biens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...