Israël en guerre - Jour 194

Rechercher

Presque toutes les archives restantes sur la Guerre du Kippour déclassifiées

À l'approche du 50e anniversaire, les archives de l'État révèlent des milliers de documents, de photos, d'enregistrements et de vidéos

  • Un soldat de Tsahal regardant un avion de guerre Skyhawk sur le plateau du Golan, pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives d'État)
    Un soldat de Tsahal regardant un avion de guerre Skyhawk sur le plateau du Golan, pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives d'État)
  • Un véhicule half-track avec une inscription faisant l'éloge de Golda Meïr, alors Première ministre, dans le nord, avant ou pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives d'État)
    Un véhicule half-track avec une inscription faisant l'éloge de Golda Meïr, alors Première ministre, dans le nord, avant ou pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives d'État)
  • Un char israélien en route vers la frontière syrienne pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l'État)
    Un char israélien en route vers la frontière syrienne pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l'État)
  • Des lycéens israéliens remplissant des sacs de sable à Tel Aviv pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l'État)
    Des lycéens israéliens remplissant des sacs de sable à Tel Aviv pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l'État)
  • Un soldat de l’armée israélienne brandissant un drapeau israélien sur le chemin de Damas, pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l'État)
    Un soldat de l’armée israélienne brandissant un drapeau israélien sur le chemin de Damas, pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l'État)
  • Soldats de l’armée israélienne sur le plateau du Golan avant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l'État)
    Soldats de l’armée israélienne sur le plateau du Golan avant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l'État)
  • Un soldat de la marine de l’armée israélienne épousant sa petite amie dans sa base, avant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l'État)
    Un soldat de la marine de l’armée israélienne épousant sa petite amie dans sa base, avant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l'État)

Un mois avant le 50e anniversaire de la Guerre du Kippour, les archives d’État israéliennes ont publié jeudi une collection complète de milliers de documents, de photos, d’enregistrements et de vidéos, offrant un aperçu approfondi de la manière dont la guerre a été gérée et de l’échec majeur en matière de renseignement qui l’a précédée.

Alors que de nombreux protocoles et documents relatifs à la prise de décision avant et pendant la guerre de 1973 ont été déclassifiés au fil des ans, l’ensemble du matériel est désormais accessible au public, à l’exception d’une poignée de dossiers qui restent scellés.

Un site web spécialement conçu à cet effet présente – pour l’instant uniquement en hébreu – quelque 3 500 fichiers d’archives contenant des centaines de milliers de pages, 1 400 documents papier originaux, 1 000 photos, 750 enregistrements, 150 minutes de délibérations du gouvernement et huit vidéos. Le téléchargement de ce matériel a nécessité deux ans et demi de travail.

« Il s’agit d’une vue à 360 degrés de l’histoire de la guerre, qui a touché tous les secteurs de la vie en Israël », a déclaré Ruti Abramovitch, archiviste de l’État. « Il s’agit de la plus grande exposition jamais réalisée par les archives de l’État. »

Certains documents font état de délibérations entre Golda Meïr, alors Première ministre, et les chefs de la sécurité, dans les jours et les heures qui ont précédé le déclenchement de la guerre coordonnée entre la Syrie et l’Égypte, le 6 octobre 1973, alors qu’Israël célébrait Yom Kippour.

Israël ne s’attendait pas à ce que l’attaque se concrétise malgré les signes flagrants que les armées se préparaient à une invasion, estimant qu’après la défaite de l’Égypte six ans plus tôt lors de la Guerre des Six Jours, Le Caire n’attaquerait que s’il parvenait d’abord à paralyser l’armée de l’air israélienne.

Un soldat de de l’armée israélienne brandissant un drapeau israélien sur le chemin de Damas, pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l’État)

Un jour avant le début de la guerre, le chef du Directorat des Renseignements militaires, Eli Zeïra, a déclaré à Meïr que l’évaluation qui prévalait était que l’état de préparation d’Israël « provenait principalement de la peur qu’inspiraient les Israéliens ». »Je pense qu’ils ne sont pas sur le point d’attaquer, nous n’en avons pas la preuve. Techniquement, ils sont en mesure d’agir. Je suppose que s’ils étaient sur le point d’attaquer, nous aurions de meilleures indications. »

Quelques heures plus tard, Zeïra et David Elazar, chef d’état-major de Tsahal, ont réitéré leur position selon laquelle la Syrie et l’Égypte étaient très probablement en train de planifier une agression limitée ou même simplement de déployer des forces défensives.

Elazar a ajouté : « Je dois dire que nous n’avons pas de preuves suffisantes qu’ils n’ont pas l’intention d’attaquer. Nous n’avons pas d’indications concluantes qu’ils veulent attaquer, mais je ne peux pas dire, sur la base de mes connaissances, qu’ils ne se préparent pas. »

Le lendemain matin, à 7h30, soit 6 heures et demie avant le déclenchement de la guerre, le secrétaire militaire de Meïr lui a lu un télégramme du chef de l’agence de renseignement du Mossad, Zvi Zamir, indiquant que la guerre n’est plus qu’une question d’heures.

Le chef d’état-major de Tsahal, David Elazar, regardant le canal de Suez pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l’État)

La discussion portait alors sur l’opportunité de lancer une attaque préventive, comme l’avait fait Jérusalem lors de la guerre de 1967, avant que plusieurs armées ennemies n’aient pu mettre en œuvre leur plan d’attaque.

Mais le ministre de la Défense, Moshe Dayan, a déclaré : « Nous ne pouvons pas nous permettre de lancer une attaque préventive cette fois-ci, d’un point de vue diplomatique. Dans la situation actuelle, même cinq minutes avant est impossible. »

Meïr était d’accord. « Une attaque préventive est très tentante, mais nous ne sommes plus en 1968. Cette fois, le monde montre son hideux visage. On ne nous croira pas. »

Une autre question était de savoir s’il fallait publiquement divulguer le fait qu’Israël était au courant de l’imminence de l’attaque afin d’éviter qu’elle ne se concrétise.

Le ministre de la Défense Moshe Dayan, à gauche, visitant le canal de Suez avant ou pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives d’État)

« La source de Zvika [Zamir] dit qu’il est possible de contrecarrer la guerre en divulguant [l’information]. Zvika suggère de le faire », a déclaré le ministre Yisrael Galili, dont la phrase suivante reste confidentielle.

Le ministre Yigal Alon a préconisé de divulguer la connaissance du plan d’attaque aux médias avant une réunion du cabinet prévue à midi ce jour-là. Toutefois, Meïr n’a soutenu la divulgation de l’information qu’aux diplomates étrangers, et elle a fini par tenir au courant l’ambassadeur américain Kenneth Keating après que Dayan a déclaré : « Nous devons agir avec prudence, afin d’éviter toute panique. »

Lors de leur rencontre, Meïr a demandé à Keating de transmettre un message à l’Égypte : « Nous ne doutons pas de notre victoire, mais nous voulons annoncer que nous ne prévoyons pas d’attaque, mais que nous sommes bien sûr prêts à repousser leur attaque. »

À la question de Keating de savoir si Israël allait procéder à une attaque préventive, Meïr répondit que non, « même si cela nous aurait grandement facilité la tâche ».

Le Premier ministre Golda Meïr, à gauche, rendant visite à un soldat de l’armée israélienne blessé pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives nationales)

Un jour après que l’attaque s’est matérialisée – surprenant à nouveau Israël puisqu’elle s’est produite plus tôt que prévu – Dayan a avoué à Meïr et Alon que ses évaluations s’étaient révélées erronées.

« Nous avions une évaluation basée sur la guerre précédente, et elle était erronée. Nous, entre autres, avions mal évalué ce qui se passerait lors de la tentative de traversée [du canal de Suez] », a-t-il déclaré.

Ce n’est que quelques jours plus tard, après que Washington a été convaincu qu’Israël n’avait pas déclenché la guerre, que les États-Unis ont fourni des armes, Meïr déclarant : « Le président américain Richard Nixon a pris une décision de principe concernant les Phantom [avions de guerre]. Il ne reste plus qu’à la mettre en œuvre. Le secrétaire d’État américain Henry Kissinger cherche un moyen de les faire venir par avion. »

Les protocoles ont été consignés dans le journal personnel manuscrit d’Eli Mizrahi, directeur du Bureau de la Première ministre à l’époque, dont certaines parties avaient déjà été publiées.

Un canon de l’armée israélienne utilisé par des troupes israéliennes sur le front syrien pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives d’État)

Selon les archives de l’État, les archives nouvellement publiées « documentent en temps réel les événements dans tous les domaines : politique, militaire, international, public et civil ».

Ces documents comprennent « les délibérations du gouvernement, les consultations militaro-politiques, les réunions des commissions de la Knesset, la correspondance du ministère des Affaires étrangères… et les évaluations de la situation concernant la conduite de la guerre, la défense civile et l’organisation du front intérieur pendant la guerre ».

Selon les archives de l’État, ces documents « donnent un aperçu fascinant du processus de prise de décision dans des conditions d’incertitude par les dirigeants, des combats sur les différents fronts, des contacts politiques qui ont eu lieu avec la médiation américaine à la fin de la guerre et après celle-ci, avec l’Égypte et la Syrie, et du chemin qui a conduit à la signature d’accords de séparation des forces avec l’Égypte et la Syrie ».

La guerre de 1973 s’est achevée par un cessez-le-feu définitif le 24 octobre, Israël conservant le contrôle de la péninsule du Sinaï et du plateau du Golan, qu’il avait conquis lors de la Guerre des Six Jours.

Le Première ministre Golda Meïr, le ministre de la Défense Moshe Dayan et le ministre Yisrael Galili visitant le canal de Suez avant ou pendant la Guerre du Kippour, en octobre 1973. (Crédit : Archives de l’État)

Plus de 2 500 soldats israéliens sont morts et des milliers d’autres ont été blessés dans les combats, ainsi que des milliers de soldats égyptiens, syriens et irakiens morts et blessés.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.