Rashida Tlaib pose avec un militant anti-israélien pro-Hezbollah
Rechercher

Rashida Tlaib pose avec un militant anti-israélien pro-Hezbollah

Abbas Hamideh, à la tête du groupe palestinien "Droit au retour", a posté une photo avec la députée américaine après un dîner privé. Le bureau de Tlaib n'a pas fait de commentaires

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

La représentante démocrate du Michigan  Rashida Tlaib en compagnie de l'activiste pro-Hezbollah du groupe "droit au retour"  Abbas Hamideh, le samedi 12 janvier 2019 (Capture d'écran : Twitter)
La représentante démocrate du Michigan Rashida Tlaib en compagnie de l'activiste pro-Hezbollah du groupe "droit au retour" Abbas Hamideh, le samedi 12 janvier 2019 (Capture d'écran : Twitter)

WASHINGTON — Un extrémiste anti-israélien à la tête d’un groupe de sensibilisation au « droit au retour » — et qui a comparé sionisme et nazisme, qualifiant Israël « d’entité terroriste » — s’est rendu à la réception d’investiture et à un dîner en l’honneur de la toute nouvelle représentante du Congrès américain Rashida Tlaib. Il en a profité pour poser à ses côtés, sur une photo qu’il a publiée sur Twitter samedi.

Tlaib, membre américano-palestinienne du Congrès, est une élue démocrate du Michigan. Elle a fait son entrée à la Chambre des représentants il y a deux semaines et a organisé un événement séparé à l’attention de ses électeurs pendant le week-end.

« J’ai eu l’honneur de me trouver à la cérémonie d’investiture de la membre du Congrès @RashidaTlaib à Detroit et au dîner privé qui a suivi en compagnie de sa famille toute entière, de ses amis et de militants de tout le pays », a commenté Abbas Hamideh, co-fondateur et directeur exécutif d’Al Awda, qui signifie « droit au retour ».

Sur la photo, Hamideh tient une peinture de Tlaib devant le Capitole vêtue d’un thob — un habit traditionnel palestinien qu’elle a porté lors de sa récente prestation de serment au Capitole.

La manière dont Hamideh s’est retrouvé à la réception de Tlaib reste indéterminée — on ignore si elle l’a invité et si elle connaissait ses antécédents. Le bureau de Tlaib n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Tlaib, pour sa part, est l’une des premières membres du Congrès à soutenir la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) contre Israël. Elle défend également une solution à un Etat au conflit israélo-palestinien et a appelé à la fin des aides américaines à l’Etat hébreu.

Le « droit au retour » est l’un des éléments cruciaux du conflit israélo-palestinien. Les Palestiniens affirment que cinq millions de personnes — des dizaines de milliers de réfugiés originaires des territoires qui forment aujourd’hui l’Etat juif et leurs millions de descendants — disposent d’un « droit au retour ». Israël rejette cette demande, jugeant qu’il s’agit d’une tentative des Palestiniens de détruire Israël par la force du nombre. La population israélienne s’élève à environ neuf millions de personnes, dont les trois-quarts sont des Juifs. Si des millions de Palestiniens devaient revenir en Israël, le pays perdrait alors sa majorité juive.

Le présence de Hamideh sur les réseaux sociaux est marquée par ses attaques virulentes contre l’Etat juif.

« Le sionisme criminel finira par disparaître comme cela avait été le cas du nazisme. Aucune idéologie raciste et suprématiste ne peut se maintenir », avait-il écrit sur Twitter un jour. « Israël n’a pas le droit d’exister. Cette entité terroriste est illégale et son existence n’est basée que sur une idéologie trompeuse qui ressemble à celle de l’EI », avait-il également publié.

Il s’affiche, par ailleurs, en soutien ardent du Hezbollah, l’organisation terroriste basée au Liban et appuyée par l’Iran qui a juré la destruction d’Israël.

Au mois d’août 2016, il avait écrit sur Twitter : « Bon anniversaire au chef arabe musulman le plus honorable de notre époque », en référence au leader du Hezbollah Hassan Nasrallah.

Selon le site Internet de son organisation, la famille de Hamideh est originaire de Deir Yassin. Il a fait ses études aux Etats-Unis et est diplômé de l’université de la ville de New York.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...