Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Réforme: des firmes d’investissement mettent en garde contre l’incertitude économique

Dans une lettre adressée au ministre de la Justice et au chef de l’opposition, un groupe de sociétés d'investissement appelle les parties à négocier un compromis

Le siège de la maison d'investissement Psagot à Tel Aviv. Le 22 janvier 2022. Illustration : (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Le siège de la maison d'investissement Psagot à Tel Aviv. Le 22 janvier 2022. Illustration : (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Un groupe de grandes sociétés d’investissement israéliennes qui gèrent des centaines de milliards de shekels de fonds publics et de fonds de pension a publié dimanche une lettre dans laquelle elles s’inquiètent des incertitudes que le projet de réforme judiciaire du gouvernement risque d’engendrer sur les marchés financiers.

Les dirigeants de ces sociétés d’investissement ont appelé les parties adverses à mener des discussions pour trouver un compromis, conformément à la proposition du président Isaac Herzog.

« En tant que responsables des sociétés d’investissement et principaux investisseurs publics en Israël, qui gèrent des centaines de milliards de shekels d’argent public, pour la population, il nous a semblé primordial de lancer un appel clair à toutes les parties pour qu’elles entament des négociations immédiates, honnêtes et sérieuses », peut-on lire dans la lettre de l’Association des sociétés d’investissement d’Israël.

La lettre, adressée au ministre de la Justice Yariv Levin et au leader de l’opposition Yair Lapid, indique que les sociétés d’investissement  » observent avec inquiétude les conséquences des incertitudes sur les marchés financiers ainsi que sur les fonds publics « .

« Il est donc nécessaire que toutes les parties fassent preuve de responsabilité et de leadership afin de maintenir la stabilité et les conditions sociales et économiques qui ont rendu possible la croissance impressionnante de l’économie au cours des 20 dernières années », ajoute la lettre.

Parmi les signataires figurent les dirigeants de Meitav, Altshuler Shaham, IBI, Yelin Lapidot, Psagot, Phoenix, Epsilon et More.

Montage de photos d’archives : À gauche, le chef de Yesh Atid, Yaïr Lapid, s’exprimant lors d’une conférence de presse conjointe avec le chef d’un autre parti d’opposition à la Knesset, le 13 février 2023. À droite, le ministre de la Justice, Yariv Levin, tenant une conférence de presse à la Knesset le 4 janvier 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi, Yonatan Sindel/Flash90)

 

Le projet de refonte du ministre de la Justice Yariv Levin, qui est soutenu par Netanyahu, prévoit de restreindre de manière importante la capacité de la Haute-cour à invalider des lois et des décisions gouvernementales avec l’adoption d’une clause dite « dérogatoire » qui permettrait au Parlement de surseoir aux décisions de la Cour suprême avec un vote à la majorité simple de 61 députés. Ces propositions prévoient aussi de donner au gouvernement le contrôle total de la sélection des juges ; de faire disparaître la notion juridique du « caractère raisonnable » du code pénal israélien, une notion sur laquelle s’appuient les magistrats pour juger une législation ou une décision prise par la coalition et elles prévoient également que les ministres seront autorisés à nommer leurs propres conseillers juridiques au lieu de devoir faire appel à ceux qui opèrent sous les auspices du ministère de la Justice.

Les critiques affirment qu’avec d’autres projets de loi, ces réformes radicales compromettraient le caractère démocratique d’Israël en bouleversant son système d’équilibre des pouvoirs, en accordant presque tous les pouvoirs à l’exécutif et en laissant les droits individuels et les minorités sans défense.

Netanyahu et d’autres membres de la coalition ont rejeté ces critiques.

Les organisateurs d’un mouvement de protestation contre le remaniement judiciaire ont déclaré que lundi serait une « journée nationale de lutte », qui, pour la deuxième semaine consécutive, comprendra un grand rassemblement devant la Knesset, ainsi que des manifestations dans plusieurs villes et la fermeture de certaines entreprises.

Les manifestations sont censées coïncider avec la première lecture prévue à la Knesset de la législation qui donnerait à la coalition le contrôle de la sélection des juges (ainsi que d’un projet de loi visant à mettre les lois fondamentales à l’abri du contrôle judiciaire ; les discussions se poursuivront également sur d’autres parties du paquet de refonte à la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice de la Knesset).

 

 

 

 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.