Rechercher

Réfugiés d’Ukraine : l’Agence juive va augmenter le nombre de vols pour les olim

Plus de 4 000 personnes éligibles à l'immigration sont arrivés en Israël depuis le début de l'invasion russe. Des "dizaines de milliers" d'autres devraient les rejoindre

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Juifs ukrainiens qui ont fui les zones de guerre en Ukraine en arrivant sur un vol de sauvetage à l'aéroport Ben Gourion, le 17 mars 2022. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)
Juifs ukrainiens qui ont fui les zones de guerre en Ukraine en arrivant sur un vol de sauvetage à l'aéroport Ben Gourion, le 17 mars 2022. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Quelque 4 000 Ukrainiens ont immigré en Israël depuis que la Russie a envahi l’Ukraine le mois dernier, et des milliers d’autres devraient arriver dans les semaines et les mois à venir, a déclaré lundi le chef par intérim de l’Agence juive.

En comparaison, en 2021, un peu plus de 3 000 personnes avaient immigré d’Ukraine, selon le ministère israélien de l’Immigration et de l’Intégration.

Au total, l’Agence juive prévoit que des dizaines de milliers de ressortissants d’Ukraine, de Biélorussie et de Russie devraient immigrer en Israël dans un avenir proche, a déclaré le président par intérim de l’Agence juive, Yaakov Hagoel, aux journalistes lors d’une conférence de presse virtuelle.

« Cela pourrait être 20 000 ou 90 000. On parle de dizaines de milliers », a-t-il déclaré.

Des responsables gouvernementaux ont déclaré que jusqu’à 100 000 nouveaux immigrants de l’ancienne Union soviétique pourraient atteindre le sol israélien à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Parallèlement à ces efforts, l’Agence juive a également intensifié ses préparatifs pour faire venir des milliers d’Éthiopiens en Israël après que la Haute Cour de justice a levé une injonction qui bloquait leur immigration depuis novembre.

De gauche à droite, la PDG de l’Agence juive, Amira Aharonovich, le président par intérim de l’Agence juive, Yaakov Hagoel, et le chef du département de l’immigration et de l’Intégration de l’Agence juive, Shay Felber, discutant des efforts visant à faire venir des immigrants ukrainiens en Israël depuis la « salle de situation » de l’organisation, le 21 mars 2022. (Crédit : Agence juive)

La PDG de l’Agence juive, Amira Aharonovich, a déclaré que les premiers vols d’immigrants éthiopiens devraient arriver en Israël avant les vacances de Pessah le mois prochain.

Alyah Express

Selon les chiffres de l’Agence juive, environ 8 500 Ukrainiens ont entamé les démarches administratives pour immigrer en Israël – ou, comme on dit en hébreu, pour faire leur alyah – et 25 000 ont appelé la ligne directe de l’Agence juive pour se renseigner sur l’immigration depuis le début de l’offensive russe le 24 février. Il n’a pas été précisé si ces chiffres incluaient les 4 000 personnes mentionnées plus haut.

L’Agence juive, une organisation quasi-gouvernemental responsable de l’immigration en Israël, a déclaré qu’elle lançait un nouvel effort, baptisé « Alyah Express« , afin de mieux gérer cette vague massive d’immigration et de faire sortir ces réfugiés éligibles à la citoyenneté israélienne plus rapidement des logements temporaires où ils séjournent dans les pays entourant l’Ukraine et de les faire monter dans des avions à destination d’Israël. En vertu de la loi israélienne sur le retour, toute personne ayant au moins un grand-parent juif peut prétendre à la citoyenneté israélienne.

M. Hagoel a déclaré que l’Agence juive travaillait avec d’autres organisations, telles l’International Fellowship of Christians and Jews, l’American Joint Distribution Committee, l’United Jewish Appeal et d’autres, afin de disposer d’un plus grand nombre d’avions pour transporter vers Israël davantage de candidats à l’immigration et passer ainsi, des centaines de candidats actuels à des milliers.

« Nous voulons que ce soient les avions qui attendent les immigrants, et non les immigrants qui attendent les avions », a déclaré M. Hagoel.

Olga Chudnaya, réfugiée juive ukrainienne de Hostomel, avant son départ pour l’aéroport pour prendre un avion vers Israël, dans la synagogue Agudath Israël à Chisinau capitale de la Moldavie, le 15 mars 2022, (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)

L’organisation veille en même temps à augmenter le nombre de lits disponibles pour les personnes se trouvant dans les pays de refuge et qui attendent l’autorisation d’immigrer.

Selon M. Hagoel, l’organisation s’efforce de garantir un nombre suffisant de lits pour 10 000 réfugiés dans des installations en Pologne, en Roumanie, en Moldavie, en Bulgarie, en Hongrie et ailleurs.

L’organisation a en outre entrepris de fluidifier le processus d’immigration, en donnant l’approbation initiale de la citoyenneté beaucoup plus rapidement. Ainsi, plutôt que d’effectuer tous les contrôles et examens des documents nécessaires alors que le demandeur est encore à l’étranger, une nouvelle politique gouvernementale lancée la semaine dernière prévoit que les demandeurs reçoivent une approbation initiale leur permettant de venir en Israël, et le reste du processus d’immigration sera complété après leur arrivée.

Selon M. Hagoel, cette nouvelle approche plus rapide permettra aux demandeurs de recevoir une approbation initiale en quatre ou cinq jours, alors qu’il fallait compter deux à trois semaines auparavant.

Une femme de Mykolaïv, en Ukraine, qui a reçu l’autorisation d’immigrer en Israël, reçoit ses documents dans le hall du ministère de l’Intégration du terminal 1 de l’aéroport Ben Gourion, assistée du rabbin Habad de Mykolaïv, Shalom Gottlieb, le 18 mars 2022. (Crédit : Sue Surkes/ Times of Israël)

Shay Felber, chef du département de l’Immigration et de l’Intégration de l’Agence juive, a souligné que si ce changement écourte le temps nécessaire aux candidats à l’immigration pour prendre l’avion, leur documentation complète devra toujours être approuvée en Israël avant qu’ils puissent recevoir la citoyenneté.

En ce qui concerne la prise en charge de l’intégration, l’agence a déclaré qu’elle travaillait avec le gouvernement israélien pour assurer un logement et une aide aux nouveaux immigrants, qui arrivent souvent sans aucun de leurs biens.

Selon Mme Aharonovich, les demandes de renseignements sur l’immigration en Israël depuis la Russie et la Biélorussie ont fortement augmenté au cours du mois passé – environ trois fois plus de demandes que d’habitude – bien qu’il n’y ait pas encore eu d’augmentation majeure et durable de l’immigration réelle.

Pas seulement l’Ukraine

Outre les efforts concertés de l’Agence juive sur le front ukrainien, l’organisation a œuvré pour faire venir par avion des milliers d’Éthiopiens qui peuvent prétendre à la citoyenneté israélienne et qui fuient la guerre civile brutale qui sévit dans leur propre pays.

En novembre dernier, le gouvernement avait approuvé un plan visant à permettre à des milliers d’Éthiopiens ayant des parents au premier degré en Israël d’immigrer en vertu de la loi du retour. Toutefois, l’Israeli Immigration Policy Center, une organisation de droite, avait demandé à la Haute cour de justice de bloquer ce projet, sous prétexte que les Éthiopiens en question n’étaient ni juifs eux-mêmes juifs ni descendants directs de juifs. Une injonction judiciaire avait bloqué l’immigration jusqu’à ce que l’affaire soit résolue.

Après que le tribunal a indiqué qu’il ne renverserait pas la décision du gouvernement, l’Israeli Immigration Policy Center a retiré son opposition la semaine dernière, mettant fin à l’injonction et permettant au plan du gouvernement de suivre son cours.

Photo d’illustration montrant des immigrants éthiopiens arrivant à l’aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, Israël, jeudi 3 décembre 2020. (Crédit : AP/Sebastian Scheiner)

« L’Agence juive poursuit son engagement à sauver chaque juif partout dans le monde. Elle travaille maintenant – parallèlement à ses opérations ukrainiennes – à l’exécution de la décision du gouvernement… en vertu de laquelle près de 3 000 personnes appartenant à la communauté, et actuellement en attente en Éthiopie, vont pouvoir immigrer », a déclaré Mme Aharonovich.

Elle a souligné que non seulement l’Agence juive n’avait pas ralenti ses efforts pour faire venir les immigrants éthiopiens, mais que « le contraire était vrai » et qu’elle développait ses opérations dans le pays.

Selon Mme Aharonovich, des équipes supplémentaires de l’Agence juive ont été déployées en Éthiopie pour mener des entretiens avec les candidats et examiner leurs documents afin de leur fournir des visas d’immigration.

« Sauver ensemble les Juifs d’Ukraine et les Juifs d’Éthiopie fait partie de l’obligation morale et de l’objectif de l’Agence juive », a-t-elle déclaré aux journalistes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...