Rivlin : La proposition pour un gouvernement d’union est toujours d’actualité
Rechercher

Rivlin : La proposition pour un gouvernement d’union est toujours d’actualité

Après avoir reçu les résultats officiels des élections du 2 mars, le président espère vivement que le prochain dirigeant à se voir confier la "24e Knesset" sera quelqu'un d'autre

Le président de la commission centrale électorale, le juge de la Cour suprême Neal Hendel, (à gauche), remet les résultats officiels des élections à la 23e Knesset au président Reuven Rivlin, à la résidence du Président, le 11 mars 2020. (Mark Neyman/GPO)
Le président de la commission centrale électorale, le juge de la Cour suprême Neal Hendel, (à gauche), remet les résultats officiels des élections à la 23e Knesset au président Reuven Rivlin, à la résidence du Président, le 11 mars 2020. (Mark Neyman/GPO)

Le président Reuven Rivlin a reçu mercredi les résultats officiels des élections du 2 mars et a appelé les deux principaux candidats à unir leurs forces dans un gouvernement d’union.

Il a exprimé l’espoir que « la 23e Knesset durera plus longtemps que les précédentes, et que le président qui se tiendra ici pour recevoir les résultats des élections de la 24e Knesset sera quelqu’un d’autre ».

Il a également semblé critiquer les avertissements de la droite concernant la coopération politique avec la Liste arabe unie à majorité arabe, en
disant : « Dans l’État d’Israël, il n’y a pas de citoyens de seconde zone ».

Lors d’une cérémonie à la résidence du président à Jérusalem, M. Rivlin a reçu les résultats officiels du chef de la commission centrale électorale, le juge de la Cour suprême Neal Hendel.

« C’est la quatrième fois que je reçois les résultats des élections à la Knesset, et la troisième fois que nous nous réunissons ici en l’espace de 11 mois », a-t-il déclaré, qualifiant les élections de « moments où les désaccords et les différences entre nous sont mis en évidence, où le large consensus est marginalisé et où tout devient politique ».

Le Président Reuven Rivlin (au centre) rencontre le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz à la résidence du président à Jérusalem, le 23 septembre 2019. (Crédit : Haim Zach/GPO)

De nombreux Israéliens « se tournent vers nous avec l’espoir que des réponses viendront de cette enceinte », a-t-il déclaré, s’adressant au chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, et au chef du Likud, Benjamin Netanyahu.

« Cette résidence, et moi-même à titre personnel, sommes à votre disposition pour toute conversation sérieuse et authentique que vous souhaiteriez avoir. Tout accord auquel vous pourrez parvenir et qui produira un gouvernement stable gagnant la confiance de la population sera le bienvenu ».

Il a réitéré son offre après les élections de septembre pour un gouvernement d’union avec Gantz et Netanyahu, en rotation pour le poste de Premier ministre.

« Vous avez le cadre que j’ai proposé lors des dernières élections. Je suis tout à fait conscient de la critique du cadre que j’ai présenté à l’époque, et je suis d’accord avec une grande partie de celui-ci. Mais je ne pensais pas qu’il y avait une autre voie et, même aujourd’hui, la situation n’a pas beaucoup changé ».

Ni le Likud de Netanyahu ni Kakhol lavan n’ont obtenu la majorité des sièges à la Knesset lors de l’élection de lundi dernier, et aucun des deux n’a de voie claire vers une coalition majoritaire. Le Premier ministre est soutenu par 58 députés et le Likud est le plus grand parti de la Knesset, qui compte 120 sièges.

Le président de la commission centrale électorale, le juge de la Cour suprême Neal Hendel, (à gauche), rencontre le président Reuven Rivlin à la résidence du président à Jérusalem pour lui présenter les résultats officiels des élections à la 23e Knesset, le 11 mars 2020. (Mark Neyman/GPO)

De son côté, Gantz s’est efforcé de mettre rapidement en place un gouvernement minoritaire avec le soutien de la Liste arabe unie et de ne pas utiliser toute la période allouée pour former un gouvernement afin de négocier un accord d’unité avec le Likud, a rapporté mardi le quotidien Haaretz.

Citant une source familière avec les intentions de Gantz, le rapport indique qu’il fixera le 23 mars comme date limite pour présenter à la Knesset, pour approbation, un gouvernement composé de Kakhol lavan (33 sièges), du radical Yisrael Beytenu (7 sièges) et du pacifiste Travailliste-Gesher-Meretz (7 sièges), la plupart ou la totalité des députés arabes de la Liste arabe unie (15 sièges) apportant leur soutien en dehors de la coalition.

Le Likud a tenté de présenter la Liste arabe unie comme étant hors des limites de la politique israélienne, qualifiant ses membres de « partisans du terrorisme » et soulignant leur opposition au sionisme et certaines positions anti-israéliennes extrêmes de membres du Balad, l’une des factions constitutives de l’alliance.

Une telle coalition, bien qu’elle ne soit « pas le gouvernement que nous voulions », est le seul moyen de sortir de l’impasse politique dans laquelle nous nous trouvons depuis un an, a affirmé le numéro 2 de Kakhol lavan, Yair Lapid, dans un post sur Facebook.

Une telle offre reste cependant un effort de longue haleine, car certains des membres les plus à droite du parti de Gantz l’ont ouvertement rejetée et ont juré de s’y opposer, et il n’est pas certain que la Liste arabe unie et Kakhol lavan puissent parvenir à un accord. L’une des exigences précédemment soulevées par l’alliance arabe a été le rejet par Gantz du plan de paix de l’administration du président américain Donald Trump, que l’ancien chef d’état-major de l’armée a approuvé.

Mardi, la n°2 de l’alliance Travailliste-Gesher-Meretz, la députée Orly Levy-Abekasis a également critiqué l’idée d’un gouvernement minoritaire soutenu par les partis arabes, et a annoncé qu’elle n’était plus redevable à ses partenaires politiques de gauche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...