Rivlin suggère que Netanyahu s’est servi du pays pour les nouvelles élections
Rechercher

Rivlin suggère que Netanyahu s’est servi du pays pour les nouvelles élections

"Dieu nous préserve de vivre dans une société où les journalistes ont besoin de gardes de sécurité personnelle", a déclaré le président israélien

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le président israélien Reuven Rivlin s'exprime lors d'une conférence de la Douzième chaîne à Tel Aviv, le 5 septembre 2019. (Flash90)
Le président israélien Reuven Rivlin s'exprime lors d'une conférence de la Douzième chaîne à Tel Aviv, le 5 septembre 2019. (Flash90)

Le président Reuven Rivlin a suggéré jeudi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu était coupable d’avoir utilisé l’absence de constitution d’Israël pour contourner les règles de sa fragile démocratie afin de rester au pouvoir.

Rivlin a levé les critiques voilées moins de deux semaines avant que les Israéliens ne se rendent aux urnes dans le cadre d’une nouvelle élection sans précédent déclenchée après que Netanyahu a manœuvré pour empêcher Rivlin de donner une chance à un rival de former une coalition gouvernementale après les élections précédentes en avril.

Le président a laissé entendre que Netanyahu avait profité du fait qu’Israël n’a pas de constitution de facto, affirmant qu’il avait été « surpris » par cette décision et s’était juré de faire tout son possible pour éviter que cela ne se reproduise.

« Nous n’avons pas de constitution. Jusqu’aux dernières élections, il y avait une constitution non écrite ; il y avait des règles du jeu claires », a-t-il déclaré lors de la conférence de la Douzième chaîne, à Tel Aviv. « Si nous voulions changer les règles, nous ne le ferions que pour le prochain mandat de la Knesset. Étant donné qu’aujourd’hui une constitution non écrite peut être ignorée, nous devons étudier la loi… pour qu’il n’y ait pas de telles surprises et d’autres. »

Netanyahu a reçu le soutien d’une majorité de membres de la Knesset après les élections d’avril et a été chargé de former un gouvernement, mais n’a pu le faire après avoir échoué à créer une coalition d’au moins 61 membres sur les 120 sièges de la Knesset.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), et le président Reuven Rivlin assistent à une cérémonie à la mémoire des présidents et Premiers ministres israéliens décédés qui a eu lieu à la résidence du Président à Jérusalem, le 17 juin 2019. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Au lieu de cela, à un siège de la majorité, Netanyahu a voté pour dissoudre la Knesset et déclencher de nouvelles élections plutôt que de laisser un autre législateur avoir une chance de former une coalition, comme la loi le suggère. C’était la première fois dans l’histoire d’Israël que des élections n’aboutissaient pas à la formation d’un gouvernement.

Rivlin a ajouté dans un avertissement cinglant qu’il « espérait que le danger de la tyrannie d’une majorité » ne serait « pas pris pour acquis ».

Rivlin a également déclaré qu’il « ferait tout son possible pour empêcher la possibilité d’une troisième élection », qui pourrait être déclenchée si une coalition majoritaire se révélait hors de portée.

« Je pense, comme tous les citoyens… que nous devons faire un effort acharné pour qu’il n’y ait pas de troisième élection », a-t-il souligné.

Le président s’est largement abstenu de critiquer Netanyahu, dans le cadre de règles non écrites régissant son poste essentiellement cérémonial, mais il a exprimé ses préoccupations au sujet de la rhétorique de campagne. Après les élections d’avril, il a déclaré que les politiciens avaient « fait des heures supplémentaires au service de la délégitimation, de la haine et des insultes ».

Jeudi, il a semblé reprocher à Netanyahu ses attaques contre la presse, après que le Premier ministre a dénoncé les propriétaires du réseau de la Douzième chaîne et les a accusés de mener une « attaque terroriste contre la démocratie ».

Une affiche de campagne du Likud montrant des journalistes (de gauche à droite) : Raviv Drucker, Guy Peleg, Amnon Abramovich et Ben Caspit, « Ils ne décideront pas. C’est vous qui déciderez » dans le centre d’Israël, 20 janvier 2019. (Crédit : Twitter)

Le quotidien Yedioth Ahronoth a rapporté vendredi que la Douzième chaîne de télévision avait décidé d’assigner un agent de sécurité au journaliste Guy Peleg, qui a été dénoncé par Netanyahu pour ses reportages sur des affaires de corruption contre lui.

« Dieu nous préserve de vivre dans une société où les journalistes ont besoin de gardes de sécurité personnelle », a déclaré M. Rivlin jeudi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...