Ronni Gamzu : Le taux d’infection dans les zones arabes est « une catastrophe »
Rechercher

Ronni Gamzu : Le taux d’infection dans les zones arabes est « une catastrophe »

Le responsable réitère aussi son opposition au pèlerinage hassidique à Ouman en Ukraine, et menace de démissionner si le gouvernement ne tient pas compte de son avis

Le professeur Roni Gamzu, responsable de la lutte contre le coronavirus, lors d'une réunion avec le maire de Jérusalem, Moshe Lion, à l'hôtel de ville de Jérusalem, le 12 août 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Le professeur Roni Gamzu, responsable de la lutte contre le coronavirus, lors d'une réunion avec le maire de Jérusalem, Moshe Lion, à l'hôtel de ville de Jérusalem, le 12 août 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le professeur Ronni Gamzu, le principal responsable de la réponse d’Israël au coronavirus, a averti mardi que la hausse des taux d’infection dans la communauté arabe était une « catastrophe » et qu’un scénario similaire pourrait se produire chez les ultra-orthodoxes si un pèlerinage annuel de masse sur la tombe d’un rabbin en Ukraine est autorisé.

Lors d’une conférence de presse, M. Gamzu a noté que les régions à majorité arabe ont connu une forte hausse des infections au coronavirus.

« Des mariages et des événements sont organisés dans la société arabe. Les autorités locales le constatent et se sentent très très déstabilisées, car cela crée des cycles d’infection », a-t-il déclaré. « J’appelle la société et les dirigeants arabes à agir. C’est une catastrophe ».

Il a souligné son opposition aux mesures de bouclage, mais a déclaré que le taux d’infection en Israël est parmi les plus élevés au monde, créant une « situation compliquée, peut-être parmi les plus compliquées au monde ».

Selon les chiffres du ministère de la Santé, mardi matin, 1 888 nouvelles infections au coronavirus ont été détectées lundi, le chiffre le plus élevé depuis le 29 juillet. Quelque 21 000 Israéliens sont actuellement des porteurs actifs du virus et on estime que 58 000 personnes sont en quarantaine.

Fait inquiétant, les chiffres montrent également que 424 patients sont gravement malades suite au COVID-19, le nombre le plus élevé à ce jour, marquant une augmentation constante au cours du dernier mois, de 315 le 27 juillet à 358 le 6 août, et 379 le 16 août.

Douze autres personnes sont mortes du virus entre lundi soir et mardi matin, ce qui porte le nombre de décès à 856.

Il est trop tôt pour déterminer si l’augmentation du taux d’infection est une erreur statistique ou un renversement significatif des taux de détection généralement stables au cours du dernier mois.

Le personnel du Centre médical Shamir dans le service de traitement du coronavirus de l’hôpital à Beer Yaakov, près de Tel Aviv, le 20 août 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

M. Gamzu a déclaré qu’Israël a atteint un point où il s’attend à voir 400 décès par COVID-19 par mois. « Nous ne voulons pas nous retrouver dans une situation où nous n’avons pas le contrôle », a-t-il déclaré.

Pour éviter cela, M. Gamzu a déclaré que l’armée israélienne devrait prendre en charge les enquêtes épidémiologiques et la recherche des contacts dans le pays dans environ deux semaines.

« Une fois en place, ce sera d’une grande aide », a-t-il déclaré. « Combiner Tsahal avec le quartier général de recherche des contacts est la voie à suivre, et c’est un processus qui se construira au fil du temps ».

M. Gamzu a également déclaré qu’il « ferait tout » pour empêcher des dizaines de milliers de juifs hassidiques de s’envoler vers Ouman, une ville ukrainienne où se trouve la tombe du rabbi Nahman de Breslev, pour un pèlerinage annuel à Rosh HaShana – célébré cette année du 18 au 20 septembre.

Photo d’illustration : Des hommes ultra-orthodoxes prient dans les rues d’Ouman, en Ukraine, pendant la fête juive de Rosh Hashana, le 4 septembre 2013. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

« Je respecte les fidèles, et les messages durs qu’ils m’adressent me font mal », a déclaré M. Gamzu, qui s’est opposé avec véhémence à l’autorisation des vols vers Ouman. « Mais je n’envisage pas [d’abandonner cette position]. Si je vois qu’on ne me donne pas les outils pour faire baisser la morbidité, je n’aurai [aucune raison de rester] à ce poste ».

Les remarques de M. Gamzu sont arrivées peu avant que le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, ne déclare qu’à la demande du Premier ministre Benjamin Netanyahu, son pays limiterait « considérablement » le nombre de fidèles autorisés à Ouman, sans entrer dans les détails. En réponse, Netanyahu a nié avoir émis une telle demande

Lundi soir, le cabinet du coronavirus a prolongé d’une semaine la série actuelle de restrictions sur le virus, en votant pour prolonger jusqu’au 31 août les limites de distanciation sociale interdisant les grands rassemblements.

La commission de la Constitution, du droit et de la justice de la Knesset dispose de 24 heures pour annuler la décision ou la faire entrer en vigueur.

Selon les règles prolongées, les rassemblements en plein air sont limités à 30 personnes. Dans les espaces fermés, la limite est de 20 personnes. Les personnes doivent se tenir à deux mètres les unes des autres dans les espaces publics et les entreprises.

Ces chiffres s’appliquent à toutes les conférences, festivals, voyages organisés ou fêtes, ainsi qu’aux événements et cérémonies religieuses – y compris dans un cadre privé.

Une équipe désinfecte une salle de classe au lycée Gymnasia Rehavia à Jérusalem le 3 juin 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Toute personne présentant de la fièvre ou des symptômes respiratoires n’est pas autorisée à se promener dans les espaces publics. Les voitures sont limitées à trois passagers à la fois, y compris le conducteur, à l’exception des membres d’un même ménage.

Si les taux d’infection ne se stabilisent pas dans la semaine à venir, des restrictions plus strictes entreront probablement en vigueur le 1er septembre, date de la rentrée scolaire.

La réunion de lundi du cabinet chargé de la lutte contre le coronavirus a été retardée en raison de désaccords entre les députés Haredi et Gamzu sur les règles d’éloignement des synagogues et des séminaires religieux pendant les prochaines fêtes à venir.

Les dirigeants des deux partis ultra-orthodoxes, le Shas et Yahadout HaTorah, le ministre de l’intérieur Aryeh Deri et le ministre du logement Yaakov Litzman, respectivement, ont accepté les nouvelles restrictions proposées par Gamzu sur les synagogues. Les salles de prière seraient divisées en groupes de 10, avec quatre mètres carrés de surface au sol par personne.

Mais des désaccords subsistent sur les restrictions plus sévères que Gamzu exige pour les villes ayant un taux d’infection plus élevé, dont beaucoup sont des zones à forte population Haredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...