Rubio : Quand je serai président, les Etats-Unis seront du côté d’Israël
Rechercher

Rubio : Quand je serai président, les Etats-Unis seront du côté d’Israël

Le sénateur de Floride critique Trump pour avoir défendu la neutralité dans le conflit du Moyen-Orient ; il affirme que les Palestiniens ne sont pas intéressés par la paix

Marco Rubio s'exprime lors d'une conférence de presse au sujet d'Israël, le 11 mars 2016 à West Palm Beach en Floride (Crédit : AFP / RHONA WISE)
Marco Rubio s'exprime lors d'une conférence de presse au sujet d'Israël, le 11 mars 2016 à West Palm Beach en Floride (Crédit : AFP / RHONA WISE)

Le candidat à l’investiture républicaine Marco Rubio a visé vendredi son rival Donald Trump pour sa position sur Israël en critiquant l’insistance du candidat en tête, qui avait déclaré qu’il chercherait à être neutre dans ses négociations entre les Juifs et les Palestiniens.

Le sénateur de Floride accuse Trump de soutenir essentiellement une politique anti-Israël, alors que les Palestiniens ne sont pas intéressés à obtenir un accord de paix, a-t-il déclaré.

« Lorsque je serai président, nous allons prendre parti et nous serons du côté d’Israël », a déclaré Rubio au public lors de l’événement au Temple Beth El à West Palm Beach, a annoncé USA Today.

Rubio a rejeté le plan de Trump comme une imitation des politiques du président Barack Obama et a soutenu, comme il l’a fait lors du débat républicain à l’Université de Miami, qu’Israël ne devrait pas être forcé à des négociations parce que les conditions pour la paix « n’existent pas » à présent, a noté USA Today.

« Nous souhaitons tous qu’un accord puisse être obtenu, a déclaré Rubio lors d’une conférence de presse au Temple Bet El. Mais maintenant, les conditions n’existent pas, et forcer Israël à aller à la table des négociations, comme Donald Trump semble vouloir le faire, ne fera qu’affaiblir plus encore Israël et donnera plus de force à ses ennemis ».

Rubio a déclaré que l’Autorité palestinienne n’a l’intention d’accepter aucune sorte d’accord avec Israël et l’a accusée d’être lié à un pacte avec le Hamas, le groupe terroriste qui contrôle la bande de Gaza et refuse de reconnaître Israël.

« L’Autorité palestinienne n’a montré aucun signe de volonté, en fait, ils ont refusé certaines offres très généreuses dans le passée et en ont directement ignoré… d’autres, je ne vois tout simplement pas maintenant les conditions pour cela, tout particulièrement depuis qu’ils ont rejoint le Hamas… une organisation dont le but spécifique est de détruire l’Etat juif ».

« Les conditions n’existent tout simplement pas, et forcer Israël à aller à la table des négociations ce qui, au final, ne mènera à rien si ce n’est une légitimation d’une organisation comme l’Autorité palestinienne qui célèbre comme des martyrs et des héros des gens qui tuent des personnes innoncentes, y compris ce jeune Américain qui est mort dans une attaque cette semaine. Je crois que c’est contre-productif et que cela sape la capacité sécuritaire d’Israël ».

Taylor Force, 29 ans, étudiant en thèse à l’université Vanderbilt, a été tué le 8 mars 2016 dans une attaque terroriste à Jaffa. (Crédit : Facebook)
Taylor Force, 29 ans, étudiant en thèse à l’université Vanderbilt, a été tué le 8 mars 2016 dans une attaque terroriste à Jaffa. (Crédit : Facebook)

Jeudi soir, Trump a défendu son approche du conflit, soulignant qu’il pense qu’apparaître neutre vis-à-vis du conflit territorial et religieux serait la démarche la plus viable afin de pouvoir éventuellement pouvoir trouver un accord de paix entre les deux nations.

S’exprimant au 12e débat présidentiel républicain, qui s’est déroulé avant les primaires prévues la semaine prochaine en Floride, Trump a déclaré que s’ « il n’y a personne qui soit plus pro-Israël » que lui. Pour faire avancer un plan de paix au Moyen-Orient, il devrait au moins faire croire aux Palestiniens qu’il est tout de même neutre.

Trump a affirmé que trouver un accord de paix entre Israël et les Palestiniens serait « peut-être la négociation la plus difficile de tous les temps ».

Affirmant sa position pro-Israël, Trump a rappelé : « J’ai mené, il n’y a pas si longtemps, la Parade du Jour d’Israël sur la 5e Avenue. J’ai fait des contributions très importantes pour Israël… j’ai un énorme amour pour Israël. J’ai un beau-fils et une fille qui sont juifs, ok ? Et deux de mes petits enfants sont juifs ».

Rubio, très en retard derrière Trump et le deuxième concurrent, le Sénateur Ted Cruz du Texas, a besoin de remporter la primaire de son état le 15 mars pour rester dans la course si les Républicains devaient tenir une convention pour décider de leur candidat à la présidentielle.

De nouveaux sondages montrent qu’il rattrape le candidat en tête, même s’il reste un écart important juste quelques jours avant que les électeurs locaux du parti ne votent.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...