Rechercher

Sara Netanyahu absente de l’audience pour abus sur le lieu de travail

Le juge a rejeté les arguments de l'avocat de l'épouse du Premier ministre sur la raison pour laquelle elle n'avait pas besoin de se présenter pour témoigner : C'est scandaleux !

L'épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Sara, lors d'une cérémonie d'accueil du président brésilien à l'aéroport Ben Gurion, le 31 mars 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
L'épouse du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Sara, lors d'une cérémonie d'accueil du président brésilien à l'aéroport Ben Gurion, le 31 mars 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Lundi, la femme de Benjamin Netanyahu a ignoré une audience dans le cadre d’une poursuite intentée par une ancienne femme de ménage à la résidence officielle du Premier ministre pour abus allégués au travail, suscitant une réaction furieuse du juge.

Sara Netanyahu est poursuivie en justice par Shira Raban, une mère ultra-orthodoxe de trois enfants qui a travaillé comme femme de ménage à la résidence officielle des Netanyahu à Jérusalem pendant un mois en 2017, quand elle avait 24 ans.

Raban a allégué que l’épouse du Premier ministre l’avait insultée sans relâche durant la période où elle travaillait à la résidence officielle et a intenté une action en justice peu après avoir quitté son poste, réclamant 225 000 shekels (56 250 euros) de dommages et intérêts.

Mme Netanyahu était prête à témoigner, mais peu avant l’audience, elle a demandé que son témoignage soit ajourné.

« Mme Netanyahu devait témoigner en premier lieu. Il n’y a aucune raison pour qu’elle ne soit pas ici », a déclaré le juge Eyal Avrahami lors de l’audience.

Il a ajouté que le fait de différer le témoignage parce que Mme Netanyahu ne s’est pas présentée serait pris en compte dans les frais judiciaires. Il a également ordonné à Mme Netanyahu de comparaître à la prochaine audience et a dit qu’elle témoignerait en premier.

Le juge Eyal Avrahami du tribunal du travail de Jérusalem lors d’une audience dans le cadre d’un procès intenté contre Sara Netanyahu par Shira Raban, ancienne femme de ménage au domicile du Premier Ministre, le 11 juin 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Avrahami a eu des mots durs pour les avocats de Mme Netanyahu, Yossi Cohen, qui a dit qu’il ne croyait pas qu’elle aurait le temps de témoigner en raison des autres témoignages qu’il y avait.

« C’est scandaleux », a répondu le juge.

Il a également rejeté l’argument de Cohen selon lequel, en tant que partie au litige dans cette affaire, Netanyahu avait le droit d’entendre le témoignage d’autres personnes avant de témoigner à la barre.

« Trente ans que je connais les règles et je n’ai jamais entendu parler de ça. Un plaideur n’a pas ce droit », a déclaré Avrahami, cité par le quotidien Haaretz.

Raban a témoigné dans le procès en juin, lorsqu’elle a réitéré ses affirmations sur les conditions inacceptables qu’elle a dû endurer par Mme Netanyahu pendant qu’elle travaillait au deuxième étage de la résidence.

Parmi les plaintes de l’ex-employée, elle a dit n’avoir pas été autorisée à prendre un congé lorsqu’un de ses enfants était malade et d’être obligée d’utiliser les toilettes à l’extérieur du bâtiment principal.

Elle a également affirmé que le fils aîné du Premier ministre, Yair Netanyahu, procédait à des inspections de propreté.

Mme Netanyahu aurait interdit à l’ancienne employée de manger, de boire ou de se reposer, et elle devait changer de vêtements des dizaines de fois par jour. Elle devait également se laver les mains environ 100 fois par jour avec de l’eau chaude, et les essuyer avec une serviette séparée de celles utilisées par la famille Netanyahu, indique l’acte d’accusation en justice.

Shira Raban, une ancienne femme de ménage à la Résidence du Premier ministre, au tribunal des prud’hommes de Jérusalem, le 11 juin 2019. (Yonatan Sindel/Flash90

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...