Serge Moati pessimiste pour l’avenir d’Israël dans son dernier livre
Rechercher

Serge Moati pessimiste pour l’avenir d’Israël dans son dernier livre

"L’Israël de mon enfance, je l’ai profondément aimé. Mais l’Israël des origines s’est effacé", estime le journaliste français, auteur de "Il était une fois en Israël"

Serge Moati (Crédit : autorisation)
Serge Moati (Crédit : autorisation)

Serge Moati, journaliste et documentariste français, a découvert pour la première fois Israël en 1958, à l’âge de 12 ans. Dans son nouvel ouvrage, Il était une fois en Israël, publié chez Fayard, l’homme raconte de façon personnelle sa vision d’Israël, son récit de vie et son histoire avec le pays, tout en revenant sur les évènements et soubresauts qu’a traversé le pays.

Sa nostalgie est évidente. « L’Israël de mon enfance, je l’ai profondément aimé. Mais l’Israël des origines s’est effacé », avance-t-il. A l’époque, celui qui venait de perdre ses parents un an plus tôt, découvrait « l’homme nouveau des premiers sionistes, avec ses idéaux d’égalité et de fraternité ». Avec ses nouveaux camarades, il découvre le « partage et l’amour ». Il rencontre ces « jeunes filles qui cueillaient les oranges ».

Porté par cet idéal, il s’interroge sur la transformation de cet Israël de son enfance. Et vient la désillusion. De la paix et l’harmonie qu’il a connues, ne reste plus rien, estime-t-il. L’an dernier, à l’occasion de la sortie de son documentaire du même nom, il affirmait à Francetvinfo ne plus croire « en la paix entre Palestiniens et Israéliens ».

« La situation actuelle est tout à fait désespérante », se lamentait celui qui déplore que « la situation politique en Israël change tout le temps ». « Je suis resté nostalgique de l’Israël travailliste, de l’Israël de gauche peut-être… », ajoutait-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...