Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Shin Bet: un des terroristes tués à Gaza dirigeait une usine de fabrication de roquettes

Selon Ronen Bar, l'un des terroristes tués à Gaza était responsable de la mort de la famille famille Hatuel, en 2004 ; Netanyahu met en garde les terroristes contre la multiplication des fronts

De gauche à droite : le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le chef de Tsahal Herzi Halevi, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le chef du Shin Bet Ronen Bar lors d’une conférence de presse le 9 mai (Crédit : Avi Ohayon / GPO)
De gauche à droite : le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le chef de Tsahal Herzi Halevi, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le chef du Shin Bet Ronen Bar lors d’une conférence de presse le 9 mai (Crédit : Avi Ohayon / GPO)

Le chef du Shin Bet, Ronen Bar, a déclaré mardi que les forces de l’ordre avaient démantelé une cellule du Jihad islamique palestinien, en Cisjordanie, qui fabriquait des roquettes sous la direction de l’un des hauts responsables de l’organisation éliminé par Israël lors de frappes aériennes à Gaza.

Il a fait cette révélation à l’occasion d’une conférence de presse, tenue à une heure de grande écoute, par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Yoav Gallant, le chef d’état-major de Tsahal Herzi Halevi et lui-même pour informer les Israéliens du lancement de l’opération Bouclier et Flèche, tôt mardi matin, et mettre en garde les organisations terroristes de Gaza contre la multiplication des fronts ouverts.

Khalil Bahtini, qui commandait le Jihad islamique dans le nord de Gaza, Jihad Ghanem, haut responsable du conseil militaire de l’organisation et Tareq Izz ed-Din, qui dirigeait les activités terroristes du Jihad islamique en Cisjordanie depuis Gaza, ont été tués lors de frappes aériennes de Tsahal, en même temps que 10 civils qui se trouvaient avec eux ou à proximité.

Bar a déclaré qu’Izz ed-Din avait dirigé 20 cellules terroristes anti-israéliennes, dont l’une se trouvait au sein du camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie.

« Ces dernières semaines, cette cellule avait commencé à fabriquer des roquettes et des lanceurs » pour tirer sur Israël, a déclaré Bar, qualifiant les faits de « dangereux précédents ».

Le chef du Shin Bet a ajouté que les membres de la cellule avaient été interpelés par Israël et avaient avoué.

« Nous n’avons pas l’intention de laisser Afula … devenir une cible pour les tirs de roquettes », a-t-il dit, évoquant cette ville du nord d’Israël.

De gauche à droite : le ministre de la Défense Yoav Gallant, le chef de Tsahal Herzi Halevi et le chef du Shin Bet Ronen Bar lors d’une conférence de presse le 9 mai. (Crédit : Ariel Harmoni/Ministère de la Défense)

Bar a ensuite évoqué l’existence d’une autre cellule, à Ramallah, dont l’objectif était de lancer des drones d’attaque sur Israël, mais qui a également été démantelée par les forces de l’ordre.

Le Jihad islamique est « totalement financé par l’Iran », a-t-il affirmé. « Les mains sont palestiniennes, mais la voix est celle de l’Iran. »

« Nous ne permettrons pas à l’Iran d’agir par procuration », et Israël contrecarrera tous ses efforts, a-t-il ajouté.

Tali Hatuel et ses filles (Utilisé conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Netanyahu, Gallant et Bar ont par ailleurs révélé que Ghanem était derrière l’attentat qui, il y a de cela 19 ans, avait coûté la vie à cinq membres d’une même famille. Tali Hatuel, enceinte de huit mois au moment des faits, avait été abattue avec ses quatre filles, âgées de 2 à 11 ans.

Bar a déclaré que la mort de Ghanem permettait de « clore le dossier », un impératif des services de sécurité, « crucial tant pour la dissuasion que pour le réconfort qu’il procure aux familles des victimes ».

De gauche à droite : Les commandants du Jihad islamique que Tsahal a déclaré avoir tués à Gaza, le 9 mai 2023 : Khalil Bahtini, Tareq Izz ed-Din et Jihad Ghanem (Crédit : Porte-parole de Tsahal)

« La famille se souvient, et le Shin Bet n’oublie pas », a-t-il assuré. « Nous les aurons tous, où qu’ils soient. »

En préambule à la conférence de presse de mardi soir, Netanyahu a vanté les mérites de l’opération nocturne d’Israël à Gaza, affirmant que les trois chefs du Jihad islamique qu’elle avait permis de tuer étaient responsables de tirs de roquettes depuis la bande de Gaza et de la direction d’attentats en Cisjordanie.

Evoquant la question de la mort de non-combattants, Netanyahu a assuré qu’Israël fait le maximum pour éviter de toucher des civils, alors même que les terroristes palestiniens n’hésitent pas à les prendre pour cibles.

Il a également averti le Jihad islamique et les autres groupes terroristes de Gaza que « toute tentative d’escalade de votre part donnera lieu à une riposte écrasante de notre part ».

Netanyahu a déclaré que l’opération actuelle pourrait se prolonger et que, lorsque la décision a été prise, il y a une semaine, suite au tir d’une centaine de projectiles sur Israël, il a demandé à Tsahal de se préparer à tous les scénarios, y compris à celui d’un conflit « sur plusieurs fronts ».

De gauche à droite : le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le chef de Tsahal Herzi Halevi, le ministre de la Défense Yoav Gallant et le chef du Shin Bet Ronen Bar lors d’une conférence de presse le 9 mai (Crédit : Avi Ohayon / GPO)

S’adressant directement aux ennemis d’Israël, Netanyahu a déclaré : « Toute escalade de votre part se heurtera à une réponse écrasante de notre part ».

« Laissez-moi vous dire encore une chose : nous sommes tous debout dans cette bataille, ensemble, en frères », a ajouté le Premier ministre, pour dissiper les craintes de désunion des Israéliens en raison de la controverse sur le projet de réforme du système judiciaire.

Prenant la parole après Netanyahu, le ministre de la Défense Gallant a dit : « La campagne n’est pas terminée ».

« Les forces de l’ordre sont prêtes à toutes les éventualités », a-t-il ajouté.

Il a confirmé que l’opération Bouclier et Flèche avait été décidée suite à la flambée de violences de mardi dernier, lorsque le Jihad islamique « a tiré sans discernement sur des citoyens israéliens » dans ce qu’il a qualifié de remise en cause du droit d’Israël à sa terre.

Gallant a déclaré que « tous les objectifs » de l’opération avaient été atteints – « la direction du Jihad islamique palestinien à Gaza a été tuée ».

Il a toutefois ajouté qu’Israël était susceptible de subir « des tirs de roquettes, dans des zones plus ou moins proches, avec une puissance considérable ».

Au-delà de ses opérations à Gaza, Tsahal est capable de « reproduire et activer » des opérations « en d’autres zones et contre d’autres menaces », a-t-il affirmé.

Les dégâts causés à un bâtiment suite aux frappes aériennes israéliennes sur l’appartement d’un commandant du Jihad islamique, à Gaza, le 9 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Fatima Shbair)

Lors de cette même conférence de presse, le chef d’état-major de Tsahal, Herzi Halevi, a déclaré que s’il avait été possible d’éliminer les trois commandants du Jihad islamique sans faire de victimes non combattantes, cela aurait été fait. « Les terroristes se cachent dans des zones peuplées » et ne se gênent pas pour faire du mal aux civils israéliens, a-t-il dit, alors qu’Israël « fait le maximum » pour éviter de nuire aux non-combattants de Gaza.

Le Jihad islamique n’avait pas encore riposté mardi soir, sans doute parce qu’Israël a pris le groupe par surprise, mais les prochaines heures pourraient donner lieu à des salves de forte intensité sur les villes israéliennes.

Les analystes militaires israéliens estiment que l’organisation terroriste voudra ouvrir ses représailles par une attaque particulièrement spectaculaire, à la mesure du choc causé par la mort, à quelques secondes d’intervalle, des trois dirigeants gazaouis lors des raids de Tsahal, mardi.

Les restrictions de mouvement édictées par le commandement du front intérieur de Tsahal dans les zones situées à moins de 40 kilomètres de Gaza s’imposent jusqu’à 18 heures mercredi.

Mardi, les habitants des zones proches de Gaza avaient reçu l’ordre de rester dans ou à proximité des abris anti-bombes. Les autorités locales ont reçu l’ordre d’ouvrir des abris publics et l’accès à certaines routes proches de l’enclave a été bloqué de crainte de tirs de missiles antichars ou d’attaques de tireurs embusqués.

Mercredi, les écoles ont été fermées pour la deuxième journée consécutive dans des zones proches de Gaza, jusqu’au Conseil régional de Lakish et à Beer Sheva. Les rassemblements extérieurs devraient continuer à être interdits et les liaisons ferroviaires entre Ashkelon et Netivot demeurer suspendues. Les points de passage entre Israël et Gaza resteront fermés mercredi.

Les dernières frappes en date contre les dirigeants du Jihad islamique avaient donné lieu à des tirs de roquettes sur des civils israéliens et des combats intenses avec l’armée israélienne, parfois durant plusieurs jours.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.