Rechercher

Sissi exhorte Netanyahu à s’abstenir de « toute mesure » qui pourrait attiser des tensions

L’appel du dirigeant égyptien fait suite à l’avertissement, il y a de cela quelques jours, du roi de Jordanie sur les « lignes rouges » à ne pas franchir

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Benjamin Netanyahu serre la main du président égyptien Abdel Fatah el Sissi, le 26 septembre 2018, à la résidence égyptienne à New York (Crédit : Avi Ohayon/GPO)
Benjamin Netanyahu serre la main du président égyptien Abdel Fatah el Sissi, le 26 septembre 2018, à la résidence égyptienne à New York (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi a appelé, ce dimanche, le nouveau Premier ministre, Benjamin Netanyahu. Selon un communiqué israélien, les deux hommes auraient exprimé la volonté de continuer à renforcer leur relation bilatérale.

Sissi a également félicité Netanyahu d’avoir formé un gouvernement, la semaine passée.

Jeudi, le 37e gouvernement israélien a en effet prêté serment, marquant le retour au pouvoir de Netanyahu à la tête du gouvernement le plus à droite de toute l’histoire du pays.

Les deux dirigeants ont évoqué l’« actualité internationale et régionale », a fait savoir le cabinet du Premier ministre, terminologie employée pour désigner la guerre en Ukraine et la menace iranienne.

Sissi a aussi exhorté le nouveau gouvernement extrémiste d’Israël à s’abstenir de « toute mesure » qui pourrait attiser les tensions régionales.

Selon un communiqué du bureau du dirigeant égyptien, Sissi a averti Netanyahu d’éviter « toute mesure qui pourrait conduire à une situation tendue et compliquer la scène régionale ».

Sissi a également déclaré que son gouvernement poursuivrait ses efforts pour « maintenir le calme » entre Israël et les Palestiniens, ajoute le communiqué.

Le roi de Jordanie Abdallah II lors d’une conférence de presse après un entretien à la Chancellerie allemande, à Berlin, le 15 mars 2022. (Crédit : Hannibal Hanschke/Pool via AP)

Le chef de l’autre allié d’Israël dans le monde arabe, avant même les accords d’Abraham, le roi Abdallah II de Jordanie, avait contacté Netanyahu en novembre à l’issue des élections. Plus récemment, il a invité le nouveau gouvernement à ne pas franchir les « lignes rouges » jordaniennes en ce qui concerne les lieux saints de Jérusalem, exprimant son inquiétude face à une possible flambée de violence palestinienne.

En août 2022, Sissi s’est entretenu avec le prédécesseur de Netanyahu, Yair Lapid, qui l’a remercié pour le rôle joué par l’Égypte dans la négociation d’un cessez-le-feu entre Israël et le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, après trois jours de combats dans et autour de la bande de Gaza.

En mars 2022, le Premier ministre de l’époque, Naftali Bennett, a rencontré Sissi et le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed bin Zayed al-Nahyan, dans la station balnéaire du Sinaï de Charm el-Cheikh.

La dernière visite officielle de Netanyahu en Égypte remonte à janvier 2011, date à laquelle il s’était entretenu avec le président de l’époque, Hosni Moubarak. Il pourrait, en outre, avoir effectué une autre visite, cette fois secrète et officieuse, en 2018. Il avait également rencontré Sissi en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, la même année.

Au-delà d’une coopération étroite en matière de sécurité, Israël et l’Égypte s’efforcent de renforcer leurs relations économiques et espèrent porter leur commerce bilatéral annuel à 700 millions de dollars dans les trois prochaines années.

Dans le cadre d’un nouveau projet, les deux pays devraient développer conjointement le passage de Nitzana, centre logistique régional et bassin d’emploi commun, favoriser la coopération en matière de R&D, développer des projets communs dans le domaine de l’énergie verte et augmenter le nombre de vols directs.

Toujours dans le cadre de ce projet, Israël devrait augmenter ses importations de `produits alimentaires, poissons frais et matériaux de construction en provenance d’Égypte, comme ses exportations de technologies agricoles.

Les deux pays souhaitent porter la valeur de leur commerce annuel (à l’exclusion du tourisme et des exportations de gaz naturel) à quelque 700 millions de dollars d’ici 2025, contre environ 300 millions de dollars en 2021, selon le ministère de l’Économie.

Israël et l’Égypte ont conclu un accord de paix en 1979, mais les relations ont longtemps été des plus distantes, se réchauffant progressivement au cours des dernières années. Ils entretiennent de très bonnes relations en matière de sécurité et ont des intérêts communs dans la bande de Gaza ainsi que dans le Sinaï et en Méditerranée orientale, mais la population égyptienne dans son ensemble désapprouve ces relations.

Le Caire, comme Jérusalem, considère les dirigeants du Hamas à Gaza comme une menace sérieuse et a limité les points de passage vers et depuis cette enclave.

Début 2020, Israël a commencé à exporter du gaz naturel vers l’Égypte, marquant un moment historique pour les deux pays.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.