Slomiansky reprend la présidence d’une commission de la Knesset
Rechercher

Slomiansky reprend la présidence d’une commission de la Knesset

La décision du député, accusé de harcèlement sexuel, aurait été prise après un ultimatum du conseiller juridique de la Knesset

Nissan Slomiansky, député de HaBayit HaYehudi, pendant le vote d'un projet de loi dit de régulation pour légaliser les avant-postes de Cisjordanie, à la Knesset, le 7 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Nissan Slomiansky, député de HaBayit HaYehudi, pendant le vote d'un projet de loi dit de régulation pour légaliser les avant-postes de Cisjordanie, à la Knesset, le 7 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un député du parti de droite HaBayit HaYehudi va reprendre la présidence de la commission du Droit, de la Justice et de la Constitution, après six mois de suspension pour des accusations de harcèlement sexuel.

Selon des informations publiées dimanche, la décision de Nissan Slomiansky de reprendre officiellement la tête de la commission a été prise quand il a reçu un ultimatum du conseiller juridique de la Knesset, Eyal Yinon, qui a souligné qu’il devait soit démissionner du poste, soit le reprendre pleinement.

« Alors que l’enquête sur votre affaire suit son cours, il n’est plus possible de poursuivre cet arrangement, qui nuit au fonctionnement correct de la commission », aurait dit Yinon à Slomiansky selon le quotidien Haaretz.

Depuis que Slomiansky a annoncé en décembre qu’il se suspendait lui-même du poste, Uri Maklev, député de Yahadout HaTorah, a dirigé les réunions de la commission, même si le député de HaBayit HaYehudi en restait le président officiel.

La semaine dernière, Slomiansky a été interrogé pendant quatre heures par la police dans le cadre de l’enquête à son encontre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...