Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Smotrich convoque deux jours de « discussions marathon » en vue du budget 2025

Le ministre des Finances a ordonné au Trésor de s'engager les 18 et 19 juin dans des discussions budgétaires intensives, qui prennent généralement deux mois

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich, à Jérusalem, le 21 avril 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich, à Jérusalem, le 21 avril 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich a demandé dimanche que deux jours de « discussions marathon » soient organisés la semaine prochaine pour aider à rédiger les grandes lignes du budget 2025, alors que les finances du pays sont de plus en plus affectées par les coûts de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Dans une lettre adressée au directeur du budget du Trésor, Yogev Gradus, Smotrich a demandé que des discussions intensives visant à élaborer le cadre du budget 2025 se tiennent les 18 et 19 juin, au lieu de durer deux mois comme les années précédentes. Il a demandé que tous les hauts fonctionnaires du ministère des Finances, ainsi que le gouverneur de la Banque centrale d’Israël, Amir Yaron, participent à ces discussions qui, selon lui, ont pour but d’aider à mettre l’économie dévastée par la guerre sur la voie de la croissance.

Smotrich a souligné l’importance de la responsabilité fiscale et la nécessité d’une procédure rapide pour élaborer le cadre budgétaire 2025 afin de créer des certitudes et de préserver la confiance des investisseurs dans l’économie.

La guerre a éclaté lorsque quelque 3 000 terroristes dirigés par le Hamas ont pris d’assaut le sud d’Israël le 7 octobre, tuant près de 1 200 personnes, principalement des civils, tout en prenant 252 otages de tous âges, en commettant de nombreuses atrocités et en utilisant la violence sexuelle comme arme à grande échelle. Selon les estimations de la Banque d’Israël, les combats devraient coûter 253 milliards de shekels en dépenses de défense, en dépenses pour les besoins civils et en pertes de revenus fiscaux au cours des années 2023 à 2025.

« La guerre en cours et ses effets sur l’économie exigent une discipline budgétaire et une transparence totale en ce qui concerne les données, les processus d’élaboration des politiques et la prise de décision », a déclaré Smotrich. « Le marché attend de nous que nous fassions preuve de leadership et de certitude pour répondre aux défis auxquels l’économie est confrontée et pour investir dans des mécanismes de croissance. »

La demande de surveillance et de contrôle survient alors que Smotrich a été sévèrement critiquée pour n’avoir pas su ajuster les priorités budgétaires afin de répondre aux besoins en temps de guerre et de soutenir la reprise économique. Bien qu’elle ait procédé à des réductions modérées des dépenses dans le budget amendé de 2024, la coalition de droite israélienne a laissé en place des milliards de shekels de fonds discrétionnaires mis à la disposition d’alliés politiques dans le cadre d’accords de coalition conclus il y a plus d’un an.

Le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, s’exprimant lors de la conférence économique Maariv, à Tel Aviv, le 26 mars 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Alors que le déficit budgétaire a déjà atteint 7,2 % du PIB en mai, dépassant l’objectif de 6,6 % fixé pour 2024, et que les agences de notation ont réduit la cote de crédit d’Israël, des ajustements budgétaires « significatifs » du côté des dépenses et des augmentations d’impôts du côté des recettes sont nécessaires pour empêcher le déficit de devenir incontrôlable, ont averti la Banque centrale d’Israël et des économistes de haut rang.

Bien que Smotrich ait cité dans sa lettre le besoin de réformes et de réhabilitation de la guerre dans les secteurs de la technologie, de l’immobilier et de l’infrastructure comme des efforts pour soutenir la croissance, il n’a pas fourni de détails sur l’ordre de priorité des mesures, ni sur la nécessité attendue d’augmenter les impôts.

Ces dernières semaines, Yaron a exhorté le gouvernement à trouver les bons équilibres et à procéder à des coupes budgétaires, car le budget de la sécurité devrait augmenter de façon permanente et aura un impact macroéconomique. Le gouverneur a indiqué qu’une augmentation des impôts devait être envisagée pour financer l’augmentation prévue du budget de la Défense,  aider à réduire le déficit structurel et diminuer le ratio dette-PIB du pays.

Pour compenser partiellement l’augmentation des dépenses due aux coûts de la guerre, le gouvernement a approuvé, dans le cadre du budget 2014 amendé en mars, une augmentation de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) – de 17 % actuellement à 18 % – qui est prévue pour 2025.

« Bien que des ajustements considérables aient été effectués dans le cadre de l’amendement au budget 2024, en particulier la décision correcte d’augmenter le taux de TVA, de nombreuses autres mesures n’ont pas reflété les ajustements structurels et continus, comme nous l’avons souligné à l’époque, ce qui rend nécessaire l’inclusion de mesures supplémentaires dans les prochains budgets », a déclaré Yaron lors d’une réunion du cabinet dimanche.

« Ces ajustements doivent être effectués de manière informée et mesurée, tout en évitant de nuire aux moteurs de croissance qui sont importants pour l’économie, tels que l’investissement dans une éducation de qualité pour tous les secteurs de la population et le développement d’une infrastructure de qualité, en mettant l’accent sur les transports publics. »

« Ces investissements ont le potentiel d’augmenter la productivité, d’élever le niveau du capital humain dans l’économie et de contribuer à une croissance durable à long-terme », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.