SodaStream et la ville de Rahat offrent l’asile aux réfugiés syriens
Rechercher

SodaStream et la ville de Rahat offrent l’asile aux réfugiés syriens

Cette offre, rendue officielle par le PDG de SodaStream et le maire de Rahat, doit être approuvée par les autorités israéliennes

Daniel Birnbaum, le PDG de SodaStream, entouré de ses employés israéliens et palestiniens dans son usine de Cisjordanie, le 2 février 2014. (Crédit: Elhanan Miller/Times of Israel)
Daniel Birnbaum, le PDG de SodaStream, entouré de ses employés israéliens et palestiniens dans son usine de Cisjordanie, le 2 février 2014. (Crédit: Elhanan Miller/Times of Israel)

La société SodaStream offre la possibilité d’employer des réfugiés syriens dans son usine du Sud d’Israël rapporte le site Globes.

Cette annonce a été faite en collaboration avec le maire de Rahat, Talal Al-Krenawi, qui a déclaré qu’il donnerait l’asile aux réfugiées syriens.

Cette offre doit être approuvée par les autorités israéliennes.

SodaStream et la municipalité de Rahat, dans le sud d’Israël, ont évalué pouvoir aider plus de 200 familles ce qui équivaudrait à au moins un millier de personnes.

Pour le PDG de SodaSream, cette initiative pourrait permettre aux réfugiés syriens de reconstruire une nouvelle vie en Israël. Il a ajouté : «En tant que fils de survivant de la Shoah, je refuse de rester planté là, et d’assister à cette tragédie humaine sans rien faire». Pour Daniel Birnbaum il est important d’agir « comme nous avons aider nos frères et soeurs palestiniens en Cisjordanie » avant que la société ne soit transférée dans le sud d’Israël.

La population de Rahat s’élève à 55 000 citoyens et représente la plus grande ville bédouine du monde explique Globes.

Le maire de Rahat a ainsi déclaré : « Nous jouissons d’un style de vie urbain et moderne mais nous n’avons pas abandonné notre culture et nos traditions tribales ». Il ajoute que l’hospitalité fait partie des valeurs culturelles bédouines et qu’il ne veut pas laisser ces gens démunis dans l’indifférence.

Le maire confesse : « Notre espoir est que le gouvernement soutiendra nos efforts communs ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...