‘Tom et Jerry’ alimente la violence au Moyen-Orient, déclare l’Egypte
Rechercher
Des caricatures ‘chat’astrophiques

‘Tom et Jerry’ alimente la violence au Moyen-Orient, déclare l’Egypte

Salan Abdel Sadeq, chef du Service d'information d'Etat, met en garde contre les caricatures burlesques qui favorisent l'agression physique chez les jeunes

Tom (à droite) et Jerry (à gauche), les deux personnages principaux du dessin animé de la série Tom et Jerry (Crédit : capture d'écran YouTube)
Tom (à droite) et Jerry (à gauche), les deux personnages principaux du dessin animé de la série Tom et Jerry (Crédit : capture d'écran YouTube)

Les dessins animés de Tom et Jerry sont en partie responsables de la montée de la violence à travers le Moyen-Orient, a affirmé le chef de l’agence de renseignement d’Egypte.

« [Le dessin animé] dépeint la violence d’une manière drôle, et donne l’impression que, oui, je peux le frapper, et je peux le faire exploser avec des explosifs », a déclaré Salan Abdel Sadeq, chef du Service d’information d’Etat de l’Egypte, lors d’un discours, mardi à une conférence à l’Université du Caire, selon le site Middle East Eye.

«Les jeux vidéo se répandent… Il est devenu normal pour un jeune homme de rester assis de longues heures à jouer à des jeux vidéo, de tuer et de faire couler le sang. Il est heureux et content de cela », a également déploré Sadeq.

Conçu par William Hanna et Joseph Barbera, Tom et Jerry remonte aux années 1940.

« Ce dessin animé est connu pour contenir certains des gags les plus violents des dessins animés jamais conçus dans l’animation théâtrale, comme lorsque Tom utilise n’importe quoi, des haches, des marteaux, des armes à feu, des pétards, des explosifs, des pièges et du poison pour tuer Jerry », souligne une page Wikipedia sur les caricatures.

Salan Abdel Sadeq (Crédit : capture d'écran YouTube)
Salan Abdel Sadeq (Crédit : capture d’écran YouTube)

« D’autre part, les méthodes de représailles de Jerry sont beaucoup plus violentes en raison de leur succès fréquent. Cela inclut le fait de trancher Tom en deux, le décapiter, lui fermer une fenêtre ou une porte sur la tête ou sur les doigts, mettre la queue de Tom dans un gaufrier ou un broyeur, l’envoyer à coups de pied dans un réfrigérateur, l’électrocuter, le battre avec une masse, un club ou un maillet, faire tomber des arbres ou des poteaux électriques pour l’envoyer au sol, planter des allumettes dans ses pieds et les allumer, l’attacher à un feu d’artifices et le faire exploser… »

Cependant, « malgré la violence fréquente, il n’y a ni sang ni carnage dans ces scènes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...