Toulouse : des tags négationnistes devant le Musée de la déportation
Rechercher

Toulouse : des tags négationnistes devant le Musée de la déportation

A l’entrée du Musée, était inscrit « Shoah : Histoire bidon ! » ; le BNVCA se porte partie civile

La façade de la mairie de Toulouse (Crédit : Felipeh/CC.BY.SA/Wikimedia commons)
La façade de la mairie de Toulouse (Crédit : Felipeh/CC.BY.SA/Wikimedia commons)

Mercredi matin dernier, des tags à caractère antisémite et négationniste ont été retrouvés devant le Musée départemental de la Résistance et de la Déportation de Toulouse, rapporte la Dépêche.

Ainsi, à l’entrée du Musée, il était possible de lire « Shoah : Histoire bidon ! ».

Georges Méric, le président du Conseil départemental, a condamné ces actes tout en indiquant que le Conseil départemental avait déposé plainte.

Le Conseil départemental « poursuivra avec détermination son travail de mémoire au sein de son Musée, pour expliquer et transmettre les valeurs de tolérance, de respect et de fraternité qui fondent notre République », a déclaré le président du conseil.

La communauté juive de la région s’est indignée de ces actes.

Franck Touboul, le président du CRIF Midi-Pyrénées, choqué, a contacté la LICRA, pour qu’elle se porte partie civile.

Le représentant du CRIF, n’a pas manqué de souligner la concordance entre les faits délictuels et la tenue de Yom HaShoah, qui avait lieu mercredi et jeudi soir dernier.

« Je ne pense pas que ce soit un hasard. Tenir des propos négationnistes, c’est insulter ceux qui sont encore vivants et dont la famille a péri pendant la Shoah. J’espère que les services de l’État vont diligenter une véritable enquête et que les coupables seront condamnés car il faut être complètement intransigeants avec ces criminels, d’autant plus que le climat est déjà très délétère et que la parole antisémite et négationniste se libère, » a déclaré Franck Touboul.

Le BNVCA (Bureau de vigilance contre l’antisémitisme) a condamné également ces actes et a déclaré se porter partie civile.

Dans son communiqué, le BNVCA « demande aux autorités, au Maire de Toulouse, au Président du Conseil Général d’exiger de l’Education nationale que soit enseignée cette Histoire de la Shoah, dans tous les établissements scolaires et universitaires de cette ville, Toulouse, dont des élèves juifs de l’Ecole Ozar Hathora, ont déjà subi la barbarie islamo-terroriste anti-juive. »

« Le BNVCA demande au Préfet du département de n’autoriser, ni tolérer aucune réunion, aucune manifestation d’appel au boycott, au cours desquelles le négationnisme et le révisionnisme, fréquemment affichés, ont pu inspirer les profanateurs du Musée, » a ajouté le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...