Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Tsahal : 3 000 terroristes du Hamas seraient entrés en Israël le 7 octobre

Le chiffre n'inclut pas les Gazaouis qui ont franchi la barrière plus tard ; 200 terroristes ont été arrêtés, l'un d'entre eux admet avoir tué des enfants et brûlé des maisons

Des terroristes du Hamas franchissant la barrière frontalière entre Israël et Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran Kann ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)
Des terroristes du Hamas franchissant la barrière frontalière entre Israël et Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran Kann ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Une nouvelle évaluation par l’armée israélienne du massacre du 7 octobre perpétré par le Hamas suggère qu’environ 3 000 terroristes ont envahi le sud d’Israël pour se livrer à un carnage dans les villes frontalières de Gaza, a appris le Times of Israel.

Auparavant, l’armée avait estimé à 2 500 le nombre de terroristes ayant participé à cet assaut sans précédent, qui a coûté la vie à quelque 1 400 personnes en Israël, pour la plupart des civils massacrés chez eux ou lors d’une rave. Les terroristes ont également pris au moins 245 otages de tous âges, sous le couvert d’une pluie de roquettes tirées sur les villes israéliennes.

Le chiffre de 3 000 indiqué dans la dernière évaluation n’incluait que les agents terroristes armés et non les hordes de civils gazaouis qui ont profité des énormes brèches dans la clôture pour pénétrer en territoire israélien plus tard dans la journée.

Tsahal a déclaré qu’au cours des deux premiers jours de combat, ses forces ont tué environ 1 000 terroristes et en ont capturé 200. De nombreux corps de terroristes gisent encore dans la zone frontalière et Tsahal compte les ramasser dès que cela sera possible sans mettre en danger la vie des soldats.

L’un des terroristes appréhendés a fourni une description sinistre de lui-même et d’autres personnes ayant abattu des enfants et des familles à Kfar Aza le 7 octobre, dans un nouvel extrait de son interrogatoire publié mercredi par l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet.

L’homme, Amer Abu Ghosha, est membre de la Nukhba, le commando du Hamas, mais il a affirmé qu’aucun de ses parents ne savait qu’il était membre du Hamas et qu’ils ne l’auraient pas approuvé.

« Notre seule mission était de tuer », a déclaré le terroriste lors de son interrogatoire, « pas de kidnapper. Tuer toutes les personnes qui se trouvaient sur notre chemin, puis rentrer à Gaza ».

Abu Ghosha a déclaré que son groupe de terroristes s’est dirigé vers Kfar Aza dans une jeep et est entré dans la communauté après que l’un d’entre eux a fait sauter la porte avec un engin explosif. Une fois à l’intérieur de la ville, le groupe de terroristes est allé de maison en maison, incendiant ces dernières et abattant tous ceux qu’ils rencontraient avec leurs fusils Kalachnikov, ou en leur lançant des grenades.

À un moment donné, Abu Ghosha a raconté avoir pénétré dans une maison et y avoir entendu les voix de petits enfants qui pleuraient à l’intérieur de la pièce sécurisée ; il raconte alors avoir tiré sur la porte de la pièce. Il raconte que les voix ont fini par s’arrêter et qu’il en a déduit que les enfants – et probablement leurs parents – étaient morts.

« Nous avons tiré jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de bruit », a-t-il précisé.

Abu Ghosha et quelques autres terroristes ont ensuite eu des échanges de tirs avec les soldats de Tsahal qui étaient entrés dans la maison par les fenêtres, et ont finalement dû se rendre.

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi ils avaient tué des femmes et des enfants, Abu Ghosha a répondu : « Ils nous ont dit que tous les habitants des implantations étaient des soldats ».

Kfar Aza se trouve à l’intérieur des frontières internationalement reconnues d’Israël, mais le Hamas a juré d’éradiquer l’État juif et considère tous ses habitants comme illégitimes.

Abu Ghosha a également reconnu qu’aucun enseignement musulman n’autorise le meurtre délibéré d’enfants.

Interrogé sur la différence entre le Hamas et le groupe terroriste État islamique (EI), Abu Ghosha a déclaré que les interrogateurs lui avaient montré des vidéos de certaines des horreurs perpétrées par les terroristes du Hamas contre des civils israéliens, et il a répondu : « Il n’y a pas de différence. J’ai vu des vidéos qui sont pires que celles de l’EI. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.