Israël en guerre - Jour 252

Rechercher

Tsahal affirme avoir ciblé le Hamas ; l’AP déplore 35 morts dans une frappe à Rafah

Selon l'armée, 2 chefs terroristes en Cisjordanie ont été tués via des frappes précises et conformes au droit international ; le Hamas et l'Autorité palestinienne parlent d'un "massacre" de civils

Les Palestiniens présents sur le site d'une frappe israélienne ciblant deux terroristes du Hamas, à proximité d'un camp de personnes déplacées, à Rafah, le 27 mai 2024. (Crédit : Eyad Baba/AFP)
Les Palestiniens présents sur le site d'une frappe israélienne ciblant deux terroristes du Hamas, à proximité d'un camp de personnes déplacées, à Rafah, le 27 mai 2024. (Crédit : Eyad Baba/AFP)

Les autorités sanitaires du groupe terroriste palestinien du Hamas ont affirmé que 35 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées lors de l’attaque et de l’incendie qui s’en est suivi dans un camp abritant des civils déplacés. Dans le même temps, l’armée israélienne a déclaré avoir pris pour cible un complexe du Hamas et avoir éliminé deux commandants dans les rangs du groupe terroriste.

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que les frappes avaient été effectuées sur « des tentes de personnes déplacées près du siège des Nations unies au nord-ouest de Rafah », affirmant que l’endroit avait été désigné comme zone humanitaire par Israël. Un porte-parole de l’organisation a déclaré que le nombre de morts risquait de s’alourdir. Le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, a affirmé que la plupart des victimes étaient des femmes et des enfants.

Tsahal a déclaré avoir frappé un complexe du Hamas dans le quartier de Tel Sultan, au nord-ouest de Rafah, où de hauts responsables du groupe terroriste étaient regroupés. L’armée a ajouté dans un communiqué que
« l’attaque a été menée contre des terroristes qui sont une cible d’attaque, conformément au droit international, en utilisant des munitions de précision, et sur la base de renseignements indiquant l’utilisation de la zone par des terroristes du Hamas ».

L’armée a déclaré qu’elle avait connaissance d’informations selon lesquelles la frappe et un incendie qui s’est propagé dans un camp de Palestiniens déplacés avaient fait des victimes parmi les civils, ajoutant que l’incident faisait l’objet d’une enquête plus approfondie.

Dans un communiqué ultérieur, Tsahal a déclaré que la frappe avait tué Yassin Rabia, le commandant du dit quartier général du Hamas en Cisjordanie – une unité du groupe terroriste palestinien chargée de faire avancer les attaques contre Israël depuis ou en Cisjordanie – ainsi que Khaled Najjar, un autre membre important de l’unité.

Selon l’armée, Rabia « gérait tous les réseaux militaires du quartier général de Cisjordanie […] était impliqué dans le transfert de fonds à des fins terroristes et dirigeait les attaques des terroristes du Hamas » en Cisjordanie.

Tsahal a également déclaré que Rabia avait lui-même commis plusieurs attentats meurtriers en 2001 et 2002, tuant des soldats israéliens.

Najjar était impliqué dans la direction d’attentats et d’autres activités terroristes en Cisjordanie, ainsi que dans l’acheminement de fonds à des éléments du Hamas, a déclaré l’armée.

Najjar a également mené plusieurs attaques entre 2001 et 2003, selon Tsahal, tuant des civils et tuant et blessant des soldats.

Des représentants du Hamas et de l’Autorité palestinienne (AP) ont réagi avec fureur à la frappe, la qualifiant d’attaque délibérée contre des civils déplacés et sans défense.

Campements de tentes abritant des Palestiniens déplacés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 11 mai 2024. (Crédit : AFP)

« Au regard de l’horrible massacre sioniste commis ce soir par l’armée d’occupation [nom de Tsahal pour les groupes anti-Israël] criminelle contre les tentes des personnes déplacées, nous appelons les masses de notre peuple en Cisjordanie, à Jérusalem, dans les territoires occupés [] et à l’étranger à se lever et à marcher avec colère contre le massacre sioniste [israélien] en cours contre notre peuple dans la région », a déclaré le Hamas dans un communiqué.

Le bureau du président de l’AP, Mahmoud Abbas, basé en Cisjordanie, a qualifié la frappe de « massacre odieux », accusant l’armée israélienne de
« viser délibérément » les tentes des personnes déplacées.

L’administration du président américain Joe Biden a déclaré qu’elle suivait la situation.

« Nous sommes au courant des rapports sur l’incident de Rafah et nous recueillons plus d’informations », a déclaré un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche au Times of Israel.

Des missiles du système de défense anti-missile « Dôme de fer » en train d’intercepter des roquettes au-dessus du centre d’Israël, le 26 mai 2024. (Crédit : Capture d’écran X)

La frappe a eu lieu quelques heures après que le Hamas a tiré un barrage de huit projectiles à longue portée sur le centre d’Israël, la première attaque de ce type en quatre mois. Tsahal a déclaré plus tard dimanche avoir détruit le lance-roquettes utilisé dans l’attaque.

L’armée a également annoncé la mort de deux soldats lors de combats à Gaza dimanche, alors qu’elle poursuivait d’importantes opérations militaires dans le nord de la bande de Gaza, à Jabaliya, ainsi qu’à Rafah. Le bilan de l’incursion terrestre contre le Hamas et des opérations le long de la frontière s’élève ainsi à 288 morts. Un contractant civil du ministère de la Défense a également été tué dans la bande de Gaza.

L’opération de Tsahal à Rafah, que l’armée considère comme le dernier bastion important du Hamas, a alimenté les critiques internationales à l’encontre d’Israël concernant la guerre à Gaza, la Cour internationale de justice (CIJ) ayant rendu un arrêt important, mais à la formulation ambiguë, enjoignant à Israël de mettre fin aux activités militaires susceptibles d’entraîner l’anéantissement de la population civile réfugiée qui s’y trouve encore malgré l’ordre d’évacuation émis par l’armée israélienne permettant à quelque 950 000 de quitter les environs.

Les responsables israéliens ont déclaré qu’ils considéraient que l’arrêt de la CIJ laissait une marge de manœuvre pour certaines opérations à Rafah, rejetant les interprétations selon lesquelles l’arrêt de la Cour exigeait d’Israël qu’il mette fin à l’incursion.

Les troupes de la Brigade Givati en opération dans le sud de Gaza à Rafah, sur une photo publiée le 26 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Les chars israéliens ont sondé les abords de Rafah, près du point de passage entre Gaza et l’Égypte, et sont entrés dans certains de ses quartiers Est, selon les habitants, mais ne sont pas encore entrés en force dans la ville depuis le début des opérations au début du mois.

La guerre a éclaté lorsque quelque 3 000 terroristes dirigés par le Hamas ont pris d’assaut le sud d’Israël le 7 octobre, tuant près de 1 200 personnes, principalement des civils, tout en prenant 252 otages de tous âges, en commettant de nombreuses atrocités et en utilisant la violence sexuelle comme arme à grande échelle.

Le gouvernement israélien a promis d’anéantir le groupe terroriste pour l’empêcher de lancer à nouveau une telle attaque et de récupérer les otages, dont 121 sont toujours détenus à Gaza, ainsi que deux civils et les corps de deux soldats qui y sont détenus depuis près de dix ans.

L’opération militaire qui a suivi aurait tué plus de 35 000 habitants de Gaza, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

L’ONU indique que quelque 24 000 victimes ont été identifiées dans les hôpitaux à ce jour. Le reste du chiffre total est basé sur des « informations médiatiques » plus obscures du Hamas.

Israël dit avoir tué 15 000 terroristes au combat. Tsahal affirme également avoir tué un millier de terroristes à l’intérieur du pays le 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.