Rechercher

Tsahal détruit les maisons de deux terroristes présumés Cisjordanie

L'armée a fait état d'émeutes pendant ces démolitions, des hommes ouvrant le feu sur les soldats et jetant des grenades ; les soldats ont riposté aux tirs

Les forces de sécurité israéliennes ont démoli, cette nuit, les maisons de deux suspects qui seraient impliqués dans une attaque à l’arme à feu qui avait eu lieu près de l’avant-poste illégal de Homesh, au mois de décembre dernier, a expliqué l’armée mardi.

Tsahal a déclaré dans un communiqué que l’habitation de Muhammad Youssef Jaradat avait été détruite et que l’étage de l’immeuble d’appartements où vivait Ghaith Ahmed Yassin Jaradat a également été démoli.

Les militaires ont expliqué qu’il y avait eu des émeutes pendant ces démolitions, des hommes ouvrant le feu sur les soldats et jetant des grenades. Les soldats ont riposté aux tirs.

Selon l’armée, des dizaines de Palestiniens se sont révoltés pendant les démolitions et ont lancé des pierres, des cocktails Molotov et des engins explosifs improvisés sur les soldats, qui ont répondu avec des moyens de anti-émeutes et des tirs à balles réelles.

Tsahal a déclaré que des Palestiniens armés ont également tiré sur les troupes. Les soldats « ont répondu par des tirs et ont accompli leur mission avec succès », selon un communiqué de l’armée.

Certains reportages des médias palestiniens ont affirmé qu’une personne avait été abattue, mais il n’y a pas eu de confirmation officielle de la part des autorités.

Selon les services de sécurité du Shin Bet, une cellule appartenant au groupe terroriste du Jihad islamique palestinien avait été à l’origine de cet attentat qui avait fait un mort, Yehuda Dimentman, et deux blessés légers.

Les autorités israéliennes mettent souvent en place des actions punitives, comme la démolition de maison, avant une condamnation dans le cadre d’un attentat terroriste. Israël affirme que cette pratique aide à dissuader les futurs attentats et les autorités estiment que la rapidité est déterminante dans l’exécution d’une démolition, la dissuasion s’affaiblissant avec le temps.

Au fil des années, toutefois, un certain nombre de responsables israéliens de la Défense ont mis en doute l’efficacité de la pratique et les activistes des droits de l’Homme dénoncent pour leur part une sanction collective.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...