Rechercher

Tsahal enquête après des affrontements près du village de Burin

Un coordinateur de sécurité a été vu en train d'aider des résidents d’implantations attaquer un groupe de personnes récoltant des olives à l'extérieur de Naplouse

Un soldat affrontant des Palestiniens au poste de contrôle de Huwara, au sud de la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 21 octobre 2022. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)
Un soldat affrontant des Palestiniens au poste de contrôle de Huwara, au sud de la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 21 octobre 2022. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

L’armée israélienne a déclaré qu’elle enquête après qu’une personne en tenue militaire a été vue en train d’aider des résidents d’implantations attaquant des cueilleurs d’olives palestiniens dans une vidéo publiée par un groupe de défense vendredi, le dernier d’une série d’incidents violents impliquant de jeunes juifs nationalistes dans un contexte de tensions croissantes en Cisjordanie.

L’attaque s’est produite près du village de Burin, dans le nord de la Cisjordanie, dans une zone qui a récemment connu plusieurs affrontements entre résidents d’implantations et Palestiniens, selon Yesh Din, un groupe de défense des droits de l’homme de gauche qui documente les actes de violence perpétrés par les résidents d’implantations en Cisjordanie.

Dans la vidéo, une personne vêtue d’une tenue militaire regarde des Israéliens masqués lancer des pierres sur des personnes récoltant des olives sur une colline entre Burin et l’implantation israélienne de Har Bracha, au moment où un résident d’implantations, s’est approché, tenant ce qui semble être une grenade lacrymogène.

L’individu en tenue militaire est vu tenant la grenade pour le résident d’implantations en direction des Palestiniens, avant que ce dernier ne leur lance ce qui semble être également une grenade lacrymogène, puis ne revienne pour reprendre le premier projectile, qu’il lance ensuite également sur les cueilleurs d’olives.

Tsahal a déclaré dans un communiqué que la personne en tenue militaire n’était pas un soldat, comme l’a affirmé Yesh Din, mais un coordinateur de la sécurité des implantations.

« L’incident et le comportement du coordinateur de la sécurité font l’objet d’une enquête », indique le communiqué.

Le communiqué de l’armée indique également que les deux parties ont lancé des pierres et que des soldats ont été déployés dans la zone pour disperser l’affrontement en utilisant des mesures anti-émeutes.

De nombreuses implantations disposent d’équipes de sécurité dirigées par un coordinateur civil de la sécurité et composées de résidents qui sont généralement des vétérans de l’armée. Ces équipes s’entraînent régulièrement et servent d’unité de première intervention lors d’incidents de sécurité jusqu’à ce que Tsahal ou la police n’arrivent sur les lieux.

L’incident fait partie d’une série d’affrontements entre résidents d’implantations juifs et Palestiniens dans le nord de la Cisjordanie vendredi. Une autre vidéo publiée par Yesh Din montre des résidents d’implantations tenter de voler des olives dans un verger appartenant à des Palestiniens de Huwara, une ville voisine au sud de Naplouse.

Le groupe a déclaré que ses militants ont appelé la police, qui a arrêté les voleurs présumés.

Au sujet d’un autre incident, Yesh Din a déclaré que les résidents d’implantations de Huwara ont jeté des bâtons et des pierres, blessant deux membres d’une famille palestinienne alors qu’ils récoltaient des olives.

En outre, des pierres ont été lancées sur une famille juive traversant Huwara en voiture. Aucun blessé n’a été signalé.

Deux Israéliens ont été légèrement blessés par des pierres à Givat Ronen, un avant-poste illégal près de Burin, selon le quotidien Israel Hayom.

La saison annuelle de la récolte des olives, moment où les Palestiniens se rendent dans les bosquets des parcelles agricoles pour en cueillir les fruits, voit souvent une recrudescence des affrontements, en particulier sur les parcelles situées près des implantations ou des avant-postes israéliens.

Illustration : Des agriculteurs palestiniens récoltant des olives dans le village cisjordanien de Salem, à l’est de Naplouse, le 18 octobre 2022. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)

Les groupes israéliens de gauche envoient souvent des volontaires pour aider à la récolte, protéger les Palestiniens et documenter les attaques.

Mercredi, plusieurs personnes ont été blessées dans le sud de la Cisjordanie alors que des résidents d’implantations se sont battus avec des Palestiniens et des militants israéliens qui récoltaient des olives.

Des résidents d’implantations aggressant une femme près de la ville de Kisan en Cisjordanie, le 18 octobre 2022. (Crédit : WAFA)

Les tensions dans la région de Naplouse sont montées d’un cran ces dernières semaines, l’armée israélienne ayant placé un périmètre autour de Naplouse pour réprimer un groupe terroriste peu structuré qui se fait appeler « Fosse aux lions », qui a revendiqué des attaques quasi quotidiennes contre des soldats et des civils israéliens.

Les Palestiniens qui protestaient contre la fermeture de l’entrée de la ville près de Huwara ont affronté les troupes vendredi après-midi, lançant des pierres et brûlant des pneus.

Un manifestant palestinien renvoie une grenade lacrymogène lors d’affrontements avec les forces de sécurité israéliennes après une manifestation demandant l’ouverture des routes autour de Naplouse, le 21 octobre 2022. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Jeudi matin, des résidents d’implantations qui avaient jeté des pierres sur des Palestiniens près de Huwara ont attaqué des soldats qui tentaient de les disperser. Quatre soldats ont été aspergés de gaz lacrymogène au cours des affrontements, qui ont été largement condamnés.

Un résident d’implantations de Cisjordanie qui est également un soldat de Tsahal, a été arrêté à la suite de cet incident.

Une semaine plus tôt, des résidents d’implantations ont été vus sur une vidéo en train de saccager la ville et d’attaquer des Palestiniens ; les soldats de la région ont été accusés de ne pas en avoir fait assez pour éloigner les assaillants. Une quarantaine de personnes auraient été blessées dans la mêlée.

Plus de 100 cas de crimes nationalistes commis par des résidents d’implantations israéliens, principalement dans le nord de la Cisjordanie, ont été recensés au cours des dix derniers jours, selon le quotidien Haaretz vendredi.

Une source de sécurité anonyme a déclaré au journal qu’un grand nombre de résidents d’implantations étaient impliqués dans ces attaques, ce qui contredit les déclarations publiques de responsables israéliens affirmant qu’un petit groupe connu des forces de l’ordre était à l’origine de ces violences.

Les élections législatives du 1er novembre prochain ont également été considérées comme un facteur de tension, des groupes d’extrême droite étant accusés de tenter de créer une atmosphère dans laquelle l’armée, sous la direction du ministre de la Défense Benny Gantz, est considérée comme incapable de contrôler les tensions en Cisjordanie, a rapporté le quotidien, citant des responsables de la sécurité.

Illustration : Des soldats israéliens et des résidents d’implantations lors d’affrontements à Huwara, près de la ville de Naplouse en Cisjordanie, le 13 octobre 2022. (Crédit : Majdi Mohammed/AP)

La zone autour de Naplouse abrite un certain nombre d’implantations à l’idéologie assez radicale, dont les résidents intimident souvent les Palestiniens et vandalisent leurs biens. Les résidents d’implantations ont également accusé l’armée de ne pas faire assez pour les protéger.

Les tensions se sont également accrues près de Jérusalem. Vendredi, la police a déclaré avoir arrêté quatre mineurs de Jérusalem-Est, soupçonnés d’avoir placé des affiches faisant l’éloge du terroriste Udai Tamimi et du groupe terroriste « Fosse aux lions » sur le mont du Temple.

Tamimi a été abattu mercredi alors qu’il tentait d’attaquer l’implantation de Maale Adoumim, 11 jours après avoir ouvert le feu sur un poste de contrôle près de Jérusalem, tuant la sergente Noa Lazar et déclenchant une importante chasse à l’homme qui a conduit à la fermeture de certaines parties de la capitale.

Selon l’armée, l’offensive anti-terroriste lancée au début de l’année, et axée sur le nord de la Cisjordanie, a permis jusqu’à présent de procéder à plus de 2 000 arrestations lors des raids quasi quotidiens dans les villes et villages palestiniens. Elle a également fait 123 morts parmi les Palestiniens, dont beaucoup lors d’attentats ou d’affrontements avec les forces de l’ordre.

Vendredi matin, un jeune homme de 19 ans, accusé d’être affilié au groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, a été tué lors d’un affrontement avec les troupes à Jénine au cours de l’un de ces raids.

L’offensive anti-terroriste de Tsahal en Cisjordanie a été lancée à la suite d’une série d’attentats palestiniens qui ont fait 19 morts au début de l’année. Un autre Israélien a été tué dans une attaque présumée le mois dernier, et quatre soldats ont été tués en Cisjordanie lors d’attaques et d’opérations d’arrestation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...