Rechercher

Tsahal renforce la barrière en Cisjordanie et fait appel à des réservistes

Six bataillons de réserve seront déployés dans la "zone de contact" dans les semaines à venir ; l'armée effectue des travaux pour combler les brèches de la barrière de sécurité

Des soldats de Tsahal opèrent le long de la barrière de Cisjordanie, sur une image publiée par l'armée le 2 avril 2022. (Crédit: Tsahal)
Des soldats de Tsahal opèrent le long de la barrière de Cisjordanie, sur une image publiée par l'armée le 2 avril 2022. (Crédit: Tsahal)

Les forces israéliennes de sécurité vont appeler des centaines de soldats de réserve pour soulager les troupes de combat en service actif déployées pour renforcer les défenses le long de la barrière de sécurité en Cisjordanie, a annoncé l’armée jeudi.

Cette décision, ainsi que des travaux d’ingénierie visant à réparer les brèches dans la barrière de sécurité qui sépare Israël de la Cisjordanie, des trous qui sont utilisés par les Palestiniens pour pénétrer illégalement sur le territoire israélien, ont annoncé des responsables de la Défense.

« L’appel [des réservistes] permettra de poursuivre la campagne visant à empêcher les assaillants et les travailleurs illégaux de passer par la zone de contact », a déclaré l’armée israélienne, faisant référence à une bande de terre de Cisjordanie du côté israélien de la barrière où des milliers de soldats ont été déployés ces dernières semaines.

Le rassemblement exceptionnel de six bataillons de réserve ne commencera que dans trois semaines environ.

Selon l’armée, les rappels, qui s’étendront sur « plusieurs séries », seront effectués de manière à « permettre le déploiement optimal des forces du commandement central, ainsi que le maintien de la compétence opérationnelle et de l’entraînement de routine au sein de Tsahal. »

Au début du mois, l’armée a déclaré qu’elle réparait les brèches sur des dizaines de kilomètres de la barrière et creusait des tranchées pour empêcher les véhicules de traverser la zone dite « de jointure ». Bien qu’une partie de la barrière soit constituée d’un mur en béton, une grande partie est une simple clôture.

Les forces israéliennes de sécurité réparent les trous dans la barrière de sécurité d’avec la Cisjordanie, le 13 avril 2022. (Crédit : Ministère de la Défense)

Ces dernières années, des milliers de Palestiniens entraient chaque jour au sein de l’État juif via les brèches de la clôture pour aller travailler dans le pays – mais l’armée s’est engagée à changer les choses après des attentats commis par des Palestiniens qui ont utilisé ces trous pour pénétrer sur le territoire de l’État juif. L’un d’entre eux était même passé en voiture.

Parallèlement aux travaux d’ingénierie, le ministre de la défense, Benny Gantz, a déclaré que son bureau envisageait de permettre à des dizaines de milliers de Palestiniens de venir travailler au sein de l’État juif légalement, et que des plans étaient actuellement ébauchés à cet effet.

Au début du mois, le cabinet a également approuvé un financement de 300 millions de shekels pour améliorer un tronçon de 40 kilomètres de la barrière dans le nord de la Cisjordanie. Ce financement est distinct des efforts de l’armée.

Les tensions se sont vivement accrues entre Israël et les Palestiniens, ces dernières semaines, dans le contexte d’attentats terroristes répétés dans les villes israéliennes qui ont fait 14 morts.

Cette escalade survient au cours du mois sacré du ramadan pour les musulmans – qui est souvent une période de fortes tensions en Israël et en Cisjordanie.

L’armée a renforcé ses activités en Cisjordanie pour tenter de réprimer cette escalade des violences. Les raids qui ont suivi ont déclenché des affrontements qui ont fait au moins 25 morts parmi les Palestiniens, dont beaucoup avaient pris part aux affrontements, tandis que d’autres semblaient être des civils non impliqués.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...