Tsahal : un Gazaoui a voulu se faire arrêter pour pouvoir rester en Israël
Rechercher

Tsahal : un Gazaoui a voulu se faire arrêter pour pouvoir rester en Israël

L'armée a arrêté un Palestinien qui a franchi la clôture de sécurité au sud de la bande de Gaza; un couteau a été trouvé proche du lieu d'arrestation

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un Gazaoui avec une pince coupante dans une vidéo des violences du 14 mai diffusée par Tsahal (Crédit : armée israélienne)
Un Gazaoui avec une pince coupante dans une vidéo des violences du 14 mai diffusée par Tsahal (Crédit : armée israélienne)

Un Palestinien qui a franchi la frontière israélienne depuis la bande de Gaza lundi cherchait délibérément à être arrêté afin de rester en Israël, a déclaré mardi l’armée.

L’homme a été repéré par les soldats alors qu’il franchissait la clôture de sécurité au sud de la bande de Gaza, lundi après-midi. Il a été arrêté peu après son entrée en territoire israélien. Un couteau a été trouvé sur le sol à proximité, a indiqué l’armée.

L’homme a été arrêté afin de déterminer les raisons de son entrée en Israël.

« Une enquête menée par les forces de sécurité a déterminé que le suspect qui a franchi la barrière de sécurité dans le sud de la bande de Gaza hier avait l’intention d’être arrêté et transféré en Israël », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Le suspect a également admis avoir introduit le couteau en Israël depuis Gaza et l’avoir jeté avant sa capture.

L’armée a déclaré qu’elle avait l’intention de renvoyer l’homme dans la bande de Gaza mardi.

Ces dernières années, alors que les conditions humanitaires dans l’enclave côtière se sont détériorées, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté plusieurs Palestiniens qui ont fui Gaza dans le but d’être internés dans les prisons israéliennes.

Le plus souvent, ces Gazaouis pénètrent sur le territoire israélien avec des couteaux et des explosifs afin que leurs chances d’être emprisonnés soient plus grandes que s’ils étaient venus sans arme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...