Un cinéma jordanien s’excuse d’avoir projeté Wonder Woman
Rechercher

Un cinéma jordanien s’excuse d’avoir projeté Wonder Woman

Le cinéma City Amman rejoint le Liban, la Tunisie et un cinéma palestinien dans le boycott du film consacré à la super-héroïne, interprétée par une star israélienne

La prochaine super-star israélienne Gal Gadot dans le film 2017 de "Wonder Woman" (Crédit : Clay Enos/DC Comics, via JTA)
La prochaine super-star israélienne Gal Gadot dans le film 2017 de "Wonder Woman" (Crédit : Clay Enos/DC Comics, via JTA)

Un cinéma populaire de la capitale jordanienne, Amman, a présenté mercredi ses excuses pour avoir projeté le film Wonder Woman et a annulé les autres séances du film mettant en scène la super-héroïne en raison de sa tête d’affiche, l’Israélienne Gal Gadot.

La Jordanie a envisagé d’interdire totalement le film, mais des informations parues dans le journal Al Bawaba News ont indiqué dimanche que la Commission des communications du pays avait finalement décidé de ne pas le faire en raison de l’absence de précédent juridique sur la question.

La semaine dernière, le Liban et la Tunisie ont interdit Wonder Woman en raison du rôle de Gadot. Le Liban est officiellement en guerre contre Israël et les produits israéliens y sont prohibés.

Même si la Jordanie a signé un accord de paix avec l’Etat juif en 1994, une campagne contre la normalisation des relations avec Israël appelle au boycott officiel du film américain.

« Nous rappelons aux Jordaniens leur obligation de boycotter le film, et nous refusons d’être les partenaires des crimes commis par les sionistes et d’augmenter les profits qu’ils obtiendront de ce film », a indiqué une déclaration de l’un des organisateurs de cette campagne la semaine dernière, selon le site d’informations Ynet. « Le public arabe ne sera pas impliqué dans des projets qui représentent le sionisme et l’armée israélienne. »

L'actrice israélienne Gal Gadot signe des autographes pour ses fans durant la première de 'Wonder Woman' à Mexico le 27 mai 2017 (Crédit : Victor Chavez/WireImage via JTA)
L’actrice israélienne Gal Gadot signe des autographes pour ses fans durant la première de ‘Wonder Woman’ à Mexico le 27 mai 2017 (Crédit : Victor Chavez/WireImage via JTA)

Dimanche, un important cinéma palestinien de Ramallah a interdit le film, citant des « raisons politiques liées à l’occupation israélienne et à l’actrice israélienne qui a le premier rôle dans le film ».

Gadot, 32 ans, n’a pas craint de vanter ses origines israéliennes. Elle avait salué les militaires israéliens dans un post publié sur Facebook et largement partagé pendant la guerre de Gaza en 2014.

Le film a gagné la somme impressionnante de 206,3 millions de dollars en vente de billets aux Etats-Unis ces deux dernières semaines, ce qui le place au premier tiers des films parvenus à conserver une telle avance au box-office. A l’international, Wonder Woman a d’ores et déjà rapporté 232,2 millions de dollars.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...