Un coiffeur gazaoui adopte la technique particulière du feu
Rechercher

Un coiffeur gazaoui adopte la technique particulière du feu

Dans une première pour la bande de Gaza, le salon de Ramadan Edwan utilise des flammes pour coiffer ses clients et montrer son talent

Ramadan Edwan, un coiffeur palestinien, utilise le feu pour coiffer ses clients, dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er février 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Ramadan Edwan, un coiffeur palestinien, utilise le feu pour coiffer ses clients, dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er février 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Si l’idée d’enflammer ses cheveux effraierait la plupart des clients, un salon de coiffure à Gaza a bien compris que cette pratique permettait de surclasser la concurrence.

Le salon de Ramadan Edwan, situé dans le camp de réfugiés de Rafah, n’est pas le premier à employer la technique connue sous le nom de « coiffage au feu », mais c’est le seul à le faire dans la bande de Gaza, a annoncé Reuters.

« Le gens en sont vraiment dingues, beaucoup de personnes sont curieuses de faire l’expérience et n’ont pas peur du tout, a-t-il déclaré à Reuters. Les gens d’ici aiment l’aventure. »

Il n’a eu qu’un seul accident en deux mois, a-t-il souligné.

Les clients qui demandent la « coupe au feu » sont coiffés par Edwan, qui frotte une poudre inflammable et du liquide dans leurs cheveux. Il utilise ensuite une grande torche pour enflammer les produits.

Ramadan Edwan, un coiffeur palestinien, utilise le feu pour coiffer ses clients, dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er février 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Ramadan Edwan, un coiffeur palestinien, utilise le feu pour coiffer ses clients, dans le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er février 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

La technique est principalement utilisée pour redresser les cheveux, mais elle est aussi employée pour enlever les cheveux des oreilles. Edwan souligne que c’est « bon pour la circulation sanguine ».

Edwan a déclaré à Reuters qu’il était motivé par le fait de montrer que les coiffeurs de Gaza sont aussi bons que n’importe où dans le monde.

Pour avoir une idée de ce en quoi cette technique consiste :

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...