Un drone israélien cible des lanceurs de ballons incendiaires à Gaza
Rechercher

Un drone israélien cible des lanceurs de ballons incendiaires à Gaza

Plusieurs engins incendiaires attachés à des ballons sont tombés dans le sud d’Israël depuis Gaza où les Egyptiens cherchent à négocier un cessez-le-feu

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un champ de blé de la région d'Eshkol du sud d'Israël qui a été ravagé par un incendie causé par un ballon incendiaire lancé depuis la bande de Gaza le 28 mars 2019. 
(Conseil régional d'Eshkol)
Un champ de blé de la région d'Eshkol du sud d'Israël qui a été ravagé par un incendie causé par un ballon incendiaire lancé depuis la bande de Gaza le 28 mars 2019. (Conseil régional d'Eshkol)

Jeudi, un drone israélien a ouvert le feu sur un groupe de Palestiniens en train de lancer des engins incendiaires à l’aide des ballons vers Israël depuis le nord de la bande de Gaza. Quatre personnes ont été blessées, selon des articles de médias locaux.

Tsahal a ensuite confirmé la frappe.

« Il y a peu de temps, un drone de Tsahal a attaqué un groupe de terroristes qui lançait des ballons incendiaires depuis la bande de Gaza vers le territoire israélien », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Les attaques aux ballons incendiaires et la frappe israélienne en représailles sont intervenues alors qu’une délégation des services de renseignement militaire égyptien travaillait pour sceller un accord de cessez-le-feu entre Israël et le groupe terroriste du Hamas qui contrôle Gaza, dans le contexte de tensions accrues dans la région.

Un engin incendiaire attaché à des ballons qui a atterri dans la région de Shaar Hanegev en Israël le 28 mars 2019. (Crédit: Conseil régional Shaar Hanagev)

Toute la journée, des engins incendiaires attachés à des ballons ont atterri dans la région de Shaar Hanegev du sud d’Israël.

Dans la plupart des cas, les démineurs de la police ont été appelés pour désamorcer les engins explosifs avant qu’ils ne déclenchent un incendie.

L’un des engins explosifs lancé à l’aide d’un ballon aurait cependant provoqué un incendie dans un champ de blé appartenant au Kibboutz Ein Hashlosha dans la région d’Eskhol.

L’incendie n’a pas causé de dégâts aux récoltes, selon un porte-parole d’Eshkol, puisque les agriculteurs avaient procédé à la moisson tôt cette année, justement pour éviter que les récoltes ne soient brûlées par des engins incendiaires lancés depuis Gaza.

Jeudi matin, des Palestiniens ont rapporté que l’armée de l’air israélienne menait de « fausses attaques » à Gaza, en survolant le territoire et en passant le mur du son dans ce qui a été comme une menace tacite.

Plusieurs engins incendiaires et explosifs ont également été lancés mercredi, dont un engin qui a déclenché un petit incendie après avoir atterri à Eshkol et un autre qui est tombé dans la région de Lachish, à environ 20 kilomètres de l’enclave palestinienne. Les engins incendiaires lancés depuis Gaza tombent habituellement dans une zone intermédiaire autour de l’enclave côtière et se déplacent rarement sur de telles distances.

Les violences de cette semaine ont commencé après un tir de roquette de Gaza qui a frappé une communauté agricole dans le centre d’Israël, tôt lundi. La roquette a détruit une maison et blessé sept personnes, dont trois enfants en bas âge.

Une roquette tirée depuis la bande de Gaza a rasé une maison à Mishmeret, au nord de Tel Aviv, et a fait sept blessés, le 25 mars 2019. (Faiz Abu Rmeleh/Agence Anadolu/Getty Images/via JTA)

Des avions de chasse israéliens ont ensuite mené des dizaines de frappes et les Gazaouis ont tiré environ 60 projectiles sur le sud d’Israël. La violence s’est seulement apaisée avant l’aube mercredi.

Ce dernier épisode en date d’hostilités est intervenu alors que l’armée se prépare à d’éventuels affrontements de grande ampleur le long de la frontière avec Gaza au cours du week-end qui marque le premier anniversaire des manifestations violentes que le Hamas a qualifiées de Marche du retour. Ces manifestations violentes ont, en effet, commencé le 30 mars 2018.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...