Un garde de sécurité poignardé à l’entrée de l’hôpital Tel Hashomer
Rechercher

Un garde de sécurité poignardé à l’entrée de l’hôpital Tel Hashomer

L'attaquant est mort après l'agression commise à l'entrée du centre médical de Ramat Gan ; la police exclut un acte terroriste

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Mustafa Yunes du village d'Arara, abattu après avoir poignardé un agent de sécurité au centre médical Sheba, le 13 mai 2020. (Autorisation)
Mustafa Yunes du village d'Arara, abattu après avoir poignardé un agent de sécurité au centre médical Sheba, le 13 mai 2020. (Autorisation)

Un homme armé d’un couteau a poignardé mercredi un homme qui montait la garde aux abords du centre médical Sheba de Ramat Gan, le blessant légèrement. Il a ensuite été mortellement blessé par balles, a indiqué la police.

Cette attaque à l’arme blanche ne serait pas un acte terroriste.

« Il semble que le mobile soit criminel », a noté la police sans donner de détails.

Selon les services d’urgence du Magen David Adom (MDA), le garde, un trentenaire, a été légèrement blessé. Il était pleinement conscient et il marchait quand les médecins sont arrivés sur les lieux.

Les deux hommes ont été d’abord soignés sur les lieux de l’attaque avant d’être emmenés à l’intérieur de l’hôpital pour y être mieux pris en charge, a dit le MDA.

« Nous avons vu deux hommes blessés : Un homme âgé d’une trentaine d’années qui souffrait d’une blessure au couteau, qui marchait, et il y avait à côté de lui un autre blessé, inconscient. Nous avons mis la victime de l’attaque dans une ambulance et nous l’avons emmenée aux urgences. Nous avons tenté de réanimer l’homme inconscient, dont le cœur ne battait plus et qui ne respirait plus. Il a été évacué vers l’hôpital dans un état grave », a commenté un médecin. Il a ensuite succombé à ses blessures.

Selon la Douzième chaîne, l’agression au couteau du centre médical de Sheba est le résultat d’une dispute déclenchée par le refus de Mustafa Yunes de porter un masque.

Yunes se serait rendu dans un centre commercial près de l’hôpital, et aurait été approché par des civils qui ont vu qu’il ne portait pas de masque et lui ont demandé de le faire. Une dispute s’en est suivie et des agents de sécurité sont arrivés sur les lieux. Yunes a alors sorti un couteau, puis l’a rangé et a tenté de partir avec son véhicule.

La sécurité à la sortie a alors été alertée que Yunes possédait un couteau et était peut-être dangereux. Les gardes ont arrêté sa voiture pour l’inspecter, ce qui a donné lieu à une autre dispute et Yunes a sorti son couteau. À ce moment, il a apparemment poignardé le garde avant d’être abattu.

Bien que les autorités aient tout d’abord suspecté le caractère terroriste, elles pensent maintenant qu’il s’agit du comportement d’un homme violent, a expliqué la Douzième chaîne.

Les gardes présents sur les lieux seront interrogés, et leurs tirs multiples sur Yunes alors qu’il était étendu sur le sol feront l’objet d’une enquête.

L’oncle de Yunes, le Dr Isam Yunes, a déclaré à Ynet que son neveu était « un homme tranquille qui venait se faire soigner ». Il souffrait d’épilepsie et de troubles du comportement » pour lesquels il avait été soumis à un traitement psychiatrique.

« Ils lui ont dit de sortir [de la voiture] et lui ont sauté dessus. Il a donc sorti un couteau pour se défendre. Je me défendrais aussi si cinq gardes de sécurité me sautaient dessus. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...