Un groupe islamique salue une agence juive qui lutte contre le décret anti-réfugiés de Trump
Rechercher

Un groupe islamique salue une agence juive qui lutte contre le décret anti-réfugiés de Trump

L'Islamic Relief USA a récompensé l'HIAS avec la médaille du Courage pour son travail contre les restrictions de voyage et pour "son infatigable travail d'aide aux réfugiés"

Mark HAtfield, président et directeur de l'HIAS, accueille les participants au  au  Jewish Rally for Refugees à Battery Park, New York, le 12 février  2017. (Crédit : HIAS)
Mark HAtfield, président et directeur de l'HIAS, accueille les participants au au Jewish Rally for Refugees à Battery Park, New York, le 12 février 2017. (Crédit : HIAS)

L’HIAS, une agence juive qui aide les réfugiés aux États-Unis à s’installer, a fait l’objet d’un hommage de la part de l’organisation Islamic Relief USA, pour son « infatigable travail d’aide aux réfugiés et pour s’être élevée contre le décret anti-réfugiés devant la justice ».

L’HIAS faisait partie des trois organisations et des 6 individus qui avaient supervisé le litige contre les ordonnances du président américain Donald Trump qui interdisait temporairement les voyageurs et réfugiés originaires de 6 pays à majorité musulmane.

Les ordonnances, l’une de janvier et une seconde amendée en mars, avaient déclenché de vives manifestations, notamment organisées par l’HIAS et par d’autres groupes de défense de l’immigration.

Le groupe Islamic Relief États-Unis était l’une des nombreuses organisations à rejoindre une commission amicus brief par des organisations religieuses qui soutenaient le litige déposé par l’HIAS en opposition au décret.

L’HIAS a été récompensé mercredi soir par la Médaille du Courage, lors d’un iftar (repas de soir de ramadan) interconfessionnel au Walter E. Washington Convention Center à Washington DC. Mark Hetfield, président de l’HIAS a accepté la récompense décernée par le PDG d’Islamic Relief USA, Anwar Khan.

La militante Michele Freed a rejoint d'autres jeunes professionnels devant la Maison Blanche le mercredi 1er mars 2017, pour partager les histoires de membres des familles réfugiés ou immigrants et qui n'auraient pas pu venir si les Etats Unis ne leur avaient pas ouvert les bras. L'action a été organisée par l'HIAS, organisation mondiale juive à but non lucratif qui protège les réfugiés. (Crédit : Katie Jett Walls)
La militante Michele Freed a rejoint d’autres jeunes professionnels devant la Maison Blanche le mercredi 1er mars 2017, pour partager les histoires de membres des familles réfugiés ou immigrants et qui n’auraient pas pu venir si les Etats Unis ne leur avaient pas ouvert les bras. L’action a été organisée par l’HIAS, organisation mondiale juive à but non lucratif qui protège les réfugiés. (Crédit : Katie Jett Walls)

« Accueillir des immigrants, accueillir des réfugiés. Ce ne sont pas des « valeurs libérales ». Ce sont des valeurs américaines traditionnelles », a déclaré Khan. Il a appelé son auditoire à continuer à œuvrer pour faire du monde un meilleur endroit.

Hetfield a souligné que l’HIAS et l’Islamic Relief USA aident les personnes en fonction de leurs besoins, et que leur travail est motivé par le foi.

« Toutes les religions abrahamiques sont unies par la valeur de l’hospitalité et de l’accueil de l’étranger comme l’un des nôtres, parce que nous avons tous été un jour étrangers », a-t-il dit.

« Quand nous accueillons des réfugiés au États-Unis, nous les intégrons à notre famille et à nos communautés, quelle que soit leur foi. C’est parce que les juifs américains sont un peuple de réfugiés, et il n’y aurait pas de communauté juive américaine si l’Amérique n’avait pas eu le courage d’ouvrir ses portes aux réfugiés. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...