Un homme de 88 ans décède du coronavirus à Jérusalem
Rechercher

Un homme de 88 ans décède du coronavirus à Jérusalem

Il était résident de la maison de retraite Nofim qui a recensé plusieurs cas, dont une femme de 89 ans actuellement dans un état critique

La maison de retraite Nofim à Jérusalem, où une employée a infecté d'autres membres du personnel et des résidents, début mars. (Crédit : Facebook)
La maison de retraite Nofim à Jérusalem, où une employée a infecté d'autres membres du personnel et des résidents, début mars. (Crédit : Facebook)

Un homme traité dans l’unité de soins consacrée aux porteurs du coronavirus au sein du centre médical Shaare Zedek de Jérusalem est décédé vendredi soir, selon une déclaration conjointe de l’hôpital et du ministère de la Santé.

L’homme de 88 ans avait été admis à l’hôpital Shaare Zedek il y a une semaine dans un état grave et souffrait déjà de nombreux problèmes de santé.

Son état a commencé à se détériorer ce vendredi soir et il est mort il y a deux heures. « Nous partageons la douleur de la famille », indiquait le communiqué.

L’homme n’a pas été immédiatement identifié, mais on sait qu’il était résident de la maison de retraite Nofim à Jérusalem où plusieurs pensionnaires ont été contaminés.

Une femme de Jérusalem, âgée de 89 ans et aussi résidente de Nofim, lutte pour sa vie après avoir contracté le nouveau coronavirus, a déclaré jeudi soir l’hôpital dans lequel elle est soignée. L’état de la femme est critique, a déclaré jeudi un porte-parole de l’hôpital Hadassah Ein Kerem.

La semaine dernière, une employée de la maison de retraite Nofim à Jérusalem a été testée positive au coronavirus. Elle a infecté d’autres employés et résidents. L’infection s’est rapidement propagée au personnel d’une autre maison de soins infirmiers, Nofei Yerushalayim.

Roni Ozeri, président du Syndicat israélien des maisons de retraite, qui représente la plupart des établissements de soins pour personnes âgées en Israël auprès du gouvernement, a déclaré via son porte-parole qu’il pensait que les maisons de repos et les résidences avec services se trouvaient au bord du précipice.

« Il y a une pénurie de travailleurs depuis des années. Cela n’a rien à voir avec le coronavirus. Je dirais que nous manquons de façon chronique d’environ 6 000 employés. La raison pour laquelle il y a eu une propagation dans deux établissements est simple : l’employée travaillait dans les deux endroits. Si notre industrie ne manquait pas d’autant de personnel, elle aurait travaillé dans un seul endroit. »

Roni Ozeri, dirigeant du Syndicat des maisons de retraite. (Crédit : Ofer Amram)

Le porte-parole a rapporté que la femme infectée devait être placée en quarantaine, mais également tout le personnel des maisons de retraite ainsi que les résidents.

Environ 40 000 Israéliens vivent dans des résidences de soins pour personnes âgées, a-t-il dit, dont 27 000 qui ont besoin de soins infirmiers tandis que les autres reçoivent une assistance.

Sur les 27 000 qui ont besoin de soins infirmiers, 70 % sont en maison de retraite car ils ne pouvaient pas se permettre les services d’une infirmière à domicile. Leurs soins infirmiers sont subventionnés par l’État.

Des dizaines de milliers d’autres Israéliens âgés vivent chez eux, certains de façon indépendante, certains avec une infirmière à temps partiel ou à temps plein, généralement un travailleur étranger.

« Vu que nous avons une pénurie chronique de travailleurs, lorsque certains d’entre eux se trouvent en quarantaine, il n’y a personne pour les remplacer », a déploré le porte-parole.

Le porte-parole d’Ozeri a déclaré qu’il aimerait que le gouvernement demande aux travailleurs étrangers qui ont un visa de travail – mais dont l’industrie, comme par exemple celle du tourisme, a cessé de fonctionner – de travailler à la place dans des maisons de retraite. Il a déclaré qu’à l’heure actuelle, la loi ne permettait pas ce type de phénomène, avec des travailleurs étrangers passant d’une industrie à une autre.

Les emplois dans les maisons de retraite rapportent un salaire au-dessus de la moyenne, a-t-il dit : environ 10 000 shekels (2 400 euros) par mois, et encore plus quand les employés font des heures supplémentaires – mais pas assez d’Israéliens veulent exercer ces métiers.

« C’est un problème dans tous les pays occidentaux. Aider une personne âgée à se lever, à prendre une douche, et prendre soin d’elle est un travail difficile. Nous avons essayé avec toutes sortes de membres de la société israélienne – les russophones, les Arabes israéliens, les Bédouins, les Éthiopiens. Ils finissent tous par abandonner. »

Avec le coronavirus, certains des employés actuels ont peur de venir travailler, a déclaré le porte-parole.

« Ils ne veulent pas mettre en danger les familles. Ils sont censés être des employés dont l’importance est vitale, mais nous ne recevons pas de masques, de désinfectants et d’autres équipements de protection que les hôpitaux et les dispensaires reçoivent. Nous n’avons même pas de salles pour placer les personnes en quarantaine. Nos installations sont utilisées à pleine capacité. »

La maison de retraite Nofim à Jérusalem, où une employée a infecté d’autres membres du personnel et des résidents, début mars. (Crédit : Facebook)

En Israël, toutes les maisons de retraite et les résidences avec services ont été confinées, a déclaré le porte-parole d’Ozeri – et pas seulement celles qui ont été exposées au virus.

Le porte-parole d’Ozeri a déclaré que, selon ce qu’il avait vu, les Israéliens âgés comprenaient le concept de distanciation sociale, mais qu’il était émotionnellement difficile pour eux.

Vendredi, l’état de santé de trois autres Israéliens traités au centre médical Wolfson de Holon s’est détérioré, chacun des trois étant dans un état grave à critique. Il s’agit d’une femme de 67 ans ayant des antécédents médicaux, une femme de 91 ans et un homme de 45 ans sans problèmes de santé, selon le diffuseur public Kan.

Dix autres personnes infectées par le virus reçoivent un traitement dans cet hôpital, dont trois sont actuellement dans un état modéré.

Vendredi également, l’état d’un homme de 57 ans atteint de COVID-19 à l’hôpital Hadassah Ein Kerem à Jérusalem s’est aggravé. Il était maintenant répertorié comme étant dans un état grave.

Par ailleurs, le centre médical Rambam à Haïfa a déclaré que l’état d’un homme de 70 ans ayant des antécédents médicaux s’était détérioré et qu’il était dans un état grave, sous sédation et sous respirateur.

Selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, publiés vendredi à midi, il y a eu 705 cas confirmés de coronavirus en Israël, dont 9 personnes dans un état grave.

Le ministère a également déclaré que 18 personnes étaient dans un état modéré et que le reste avait des symptômes bénins. Quinze personnes en tout ont récupéré du COVID-19 et ont pu rentrer chez elles.

Les responsables israéliens ont averti que le pays connaîtrait ses premiers décès et que le nombre de malades risquait de grimper dans les milliers d’ici peu. Jeudi soir, afin de cesser la propagation du virus, le gouvernement a annoncé qu’il appliquerait de nouvelles règles strictes ordonnant aux Israéliens de rester chez eux – sauf besoin exceptionnel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...