Israël en guerre - Jour 201

Rechercher
Interview

Un jeune prodige de Harvard et ses amis améliorent l’aide humanitaire internationale

Le "petit génie" qui avait mis au point le premier site de suivi de la COVID au monde va encore plus loin pour aider les victimes du séisme en Turquie et de la guerre en Ukraine

Avi Schiffman, à droite, avec les membres de l'équipe Internet Activism excepté Adrian Gri, de gauche à droite, Will Depue, Anant Sinha, et Krish Shah. (Crédit : Avi Schiffman)
Avi Schiffman, à droite, avec les membres de l'équipe Internet Activism excepté Adrian Gri, de gauche à droite, Will Depue, Anant Sinha, et Krish Shah. (Crédit : Avi Schiffman)

Après le terrible séisme qui a frappé la Turquie et la Syrie voisine en date du 6 février 2023, il n’aura fallu que 48 heures à Avi Schiffmann pour lancer TakeShelter.org, un site internet dont l’objectif est de faire le lien entre le million et demi de personnes dorénavant sans-abri et celles qui souhaitaient les accueillir.

Ce n’était pas la première fois que Schiffman, 20 ans, utilisait Internet pour réagir rapidement à une crise humanitaire. Il y a très exactement un an, il avait mis en place un site similaire, UkraineTakeShelter.com, pour aider les millions de réfugiés qui fuyaient l’Ukraine dans le sillage de l’invasion russe qui avait commencé le 24 février 2022.

Et à la fin de l’année 2019, il avait créé nCoV2019.live, un tableau de bord qui suivait la propagation de la pandémie en temps réel dans le monde entier. Le site avait été ouvert au 51e cas de coronavirus, avant même que la majorité des gens n’aient connaissance de la présence de ce virus meurtrier. Si la création et la mise en place du site ont coûté moins de 1 000 dollars, le site a recensé plus de 600 millions d’utilisateurs, selon Schiffmann.

« Quand j’en vois le besoin, je développe une plate-forme », a expliqué le jeune homme.

Et il ne perd pas de temps. Schiffmann et l’un de ses camarades de l’université de Harvard ont écrit le code d’UkraineTakeShelter.com et ils ont mis le site en ligne en seulement 72 heures. Il a estimé que dans les six mois qui ont suivi son lancement, il avait aidé plus de 100 000 réfugiés à trouver un abri temporaire en Europe et en Amérique du nord.

Le nouveau site qui a déjà commencé à aider les sans-abris du récent tremblement de terre a été mis en ligne encore plus rapidement.

« Nous avons eu la chance de pouvoir simplement reformuler le site de l’Ukraine pour créer celui sur la Turquie, ce qui nous a pris un ou deux jours, tout au plus », a dit Schiffmann.

Schiffmann s’est entretenu avec le Times of Israel depuis le domicile de ses parents à Seattle, à la veille de son départ pour San Francisco où il est en train d’installer le quartier-général de la toute nouvelle ONG qu’il vient d’enregistrer, Internet Activism. Alors qu’elle vient d’être créée, l’organisation veut collaborer avec des organisations à but non-lucratif en vue du développement de sites internet open-source, d’applications et de logiciels susceptibles d’offrir un soutien humanitaire aux victimes en temps de crise plus généralement – qu’il s’agisse d’une catastrophe naturelle, d’une guerre, d’une pandémie, d’un soulèvement politique ou d’une pénurie nationale de lait en poudre pour bébé.

Des personnes se tenant au-dessus des décombres lors d’opérations de sauvetage, suite au séisme de magnitude 7,8 qui a frappé la région frontalière de la Turquie et de la Syrie, à Hatay, en Turquie, le 12 février 2023. (Crédit : Bulent Kilic/AFP)

« Nous avons maintenant cinq membres dans l’équipe. Nous sommes tous à peu près du même âge et nous sommes originaires des États-Unis, du Canada, d’Inde et de France », a expliqué Schiffmann, lui-même citoyen américano-israélien.

Selon Schiffmann, la réussite et la portée d’UkraineTakeShelter.com et du site qui traquait l’avancée de la COVID-19 lui ont donné envie d’aller au-delà de simples sites pour créer un tableau d’outils humanitaires en ligne qui pourront être téléchargés en amont des catastrophes et qui pourront être actifs, en cas de crise, sur environ 5 à 6 millions de téléphones portables.

Schiffmann a évoqué « une boîte à outils d’urgence moderne ‘tout en un’ directement sur le téléphone portable ».

Les gens, dans le monde entier, ont plus de téléphones portables que de cabinets de toilettes

« Les gens, dans le monde entier, ont plus de téléphones portables que de cabinets de toilettes. La première chose que les gens font, dans une situation de crise, c’est de regarder s’il y a une connexion internet et un endroit où recharger leur portable. Ce que nous voulons créer, c’est une super-application humanitaire », a expliqué Schiffmann.

Il a eu des réponses de la part de personnes qui, au-delà d’ouvrir leur maison, de faire un don ou de proposer de faire du bénévolat, veulent également pouvoir mettre leurs compétences professionnelles au service de ceux qui en ont besoin. Ce qui pourrait devenir une fonctionnalité de ce qu’il espère créer.

Des évacués ukrainiens faisant la queue alors qu’ils attendent un nouveau transport au poste frontière de Medyka, après avoir franchi la frontière ukraino-polonaise, dans le sud-est de la Pologne, le 29 mars 2022. (Crédit : Angelos Tzortzinis/AFP)

Schiffmann et son équipe travaillent aussi sur une application de messagerie qui marcherait hors-connexion, en utilisant les réseaux Bluetooth, ce qui pourrait permettre aux populations de communiquer dans les situations de catastrophe ou de contourner les filtres et les fermetures de réseaux mis en place par les gouvernements pour empêcher les communications entre des manifestants ou entre des opposants politiques.

« La portée Bluetooth d’un IPhone est actuellement de dix mètres. En utilisant un réseau maillé Bluetooth (MESH), on peut surfer sur internet ou envoyer des textes en utilisant les points d’accès Bluetooth des autres téléphones », a expliqué Schiffmann.

Dans la mesure où les ingénieurs d’Internet Activism utilisent un code en open-source, tous sont invités à faire leur part du travail via Github ou Discord.

Je ne pense qu’à Internet Activism en ce moment et je n’arrive pas à m’imaginer assis dans une salle de classe

Quand le Times of Israel s’était entretenu pour la dernière fois avec Schiffmann, en mars 2022, le jeune homme faisait une pause dans ses études de première année à Harvard après seulement un semestre. À ce jour, il n’est pas encore revenu à l’université.

« Je veux être à l’université – et ma mère, elle aussi, voudrait vraiment que j’y sois – mais je ne pense qu’à Internet Activism en ce moment et je n’arrive pas à m’imaginer assis dans une salle de classe », a reconnu Schiffmann.

Avi Schiffman (Autorisation)

Les autres membres de l’équipe sont du même avis. Le vice-président Anant Sinha, 21 ans, pense que « les outils [d’Internet Activism] vont changer le monde ».

L’ingénieur Krish Shah, 20 ans, se dit ému par l’ampleur de l’impact que peut avoir un site web tel que TakeShelter.com.

« Je travaille sur des associations à but non lucratif depuis que j’ai 13 ans, mais j’avais l’impression de ne pouvoir aider qu’un nombre limité de personnes. La réalité s’avère être toute autre », a-t-il déclaré.

En tant que président de l’ONG, Schiffmann se concentre sur la collecte de fonds et sur l’élaboration de plans de développement et de distribution. Il a rencontré des bailleurs de fonds potentiels et a rédigé des demandes de subventions. Le modèle financier d’Internet Activism implique également le développement de logiciels pour les organisations humanitaires et de sauvetage.

« Nous faisons payer ces logiciels, ce qui nous aidera à soutenir notre organisation. Ces organisations veulent vraiment ces outils. Elles sont vraiment grandes mais pas aussi agiles que nous. Elles n’emploient pas de développeurs et ne comprennent pas l’IA publique », a déclaré Schiffmann.

Capture d’écran d’une étape de vérification de l’application TakeShelter.com (Crédit : Avi Schiffman)

Pour faire le lien entre les entreprises technologiques et le monde humanitaire, Schiffmann fait appel à des experts en high-tech et à d’anciens dirigeants de groupes tels qu’Amnesty International et Médecins sans frontières en tant que conseillers.

« À ce stade, nous devons aller de l’avant. Nous ne devrions plus être dirigés par quelques étudiants », a déclaré Schiffmann.

Le fait que, malgré son jeune âge, il soit déjà connu, qu’il ait bénéficié d’une couverture médiatique et qu’il ait remporté le Prix Webby de la personne de l’année 2020 en reconnaissance de son travail sur le site Web de suivi de la COVID, est un réel atout.

Le Dr. Anthony Fauci, ancien directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses des Instituts nationaux de la santé (NIH) et l’un des principaux membres du groupe de travail de la Maison Blanche sur les coronavirus, a fait l’éloge de Schiffmann lors de la remise du prix.
« L’outil de suivi de Schiffmann a été une ressource inestimable qui a tiré la sonnette d’alarme sur le virus et sa propagation, attirant notamment l’attention sur sa gravité avant qu’elle ne soit largement reconnue… Schiffmann a aidé les gens du monde entier à comprendre la Covid-19 et la nécessité d’améliorer les systèmes de soins de santé actuels et l’importance des mesures visant à aplanir la courbe », a déclaré Dr. Fauci.

Capture d’écran d’une étape de vérification de l’application TakeShelter.com. (Crédit : Avi Schiffman)

La Syrian Emergency Task Force contribue à faire connaître TakeShelter.com, un site Web qui vise à aider les victimes du tremblement de terre en Turquie et en Syrie à trouver un logement temporaire. Néanmoins, le site a été plus lent à décoller que celui de l’Ukraine – il y a un an. Schiffmann attribue cela au fait que la catastrophe du tremblement de terre a une portée plus locale et que le cycle des nouvelles est plus court que celui de la guerre en Ukraine. Il est à noter que relativement peu de particuliers et de familles offrent un abri. La plupart des annonces ont été publiées par des centres communautaires, des écoles, des hôtels, etc.

Lorsque UkraineTakeShelter.org a été mis en ligne il y a un an, certains étaient réticents à partager le lien ou à encourager les réfugiés à chercher un hébergement par ce biais, par crainte de la traite des êtres humains et d’autres abus. Schiffmann a affirmé qu’il n’y avait aucun problème de sécurité, d’autant plus qu’il a agi rapidement pour ajouter des fonctionnalités telles que la vérification de l’identité, qui nécessite la numérisation de documents délivrés par le gouvernement et la reconnaissance faciale. Tous les messages sont acheminés par le site, l’équipe surveille les inscriptions, et toutes les informations sont stockées au cas où il faudrait contacter les autorités locales. Le site fournit des instructions claires aux demandeurs d’abri sur la manière de se protéger.

Schiffmann est déterminé à créer la super-application humanitaire qu’il a imaginé. L’histoire qu’il a entendue d’une famille ukrainienne qui a trouvé refuge dans une maison de vacances en France appartenant à une ressortissante britannique l’a convaincu de la nécessité de mettre à portée de main des outils de réponse aux catastrophes.

La famille se cachait dans son sous-sol à Kharkiv. Leurs appels à l’aide auprès des ambassades et de diverses organisations sont restés sans réponse.

« Personne ne les a aidés, mais grâce à UkraineTakeShelter.com, ils ont pris les choses en main et ont pu entrer en contact avec un hôte et traverser l’Europe. Trois jours après leur arrivée dans la maison de vacances en France, leur maison à Kharkiv a été bombardée et détruite par les Russes », a déclaré Schiffmann.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.