Un lycéen israélien renvoyé d’un voyage scolaire après s’être dénudé à Majdanek
Rechercher

Un lycéen israélien renvoyé d’un voyage scolaire après s’être dénudé à Majdanek

L'incident a été filmé par les caméras de surveillance du camp de la mort en Pologne ; un autre lycéen a également été renvoyé

Une chambre à gaz du camp de Majdanek, en Pologne, en octobre 2017. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)
Une chambre à gaz du camp de Majdanek, en Pologne, en octobre 2017. (Crédit : Matt Lebovic/The Times of Israel)

Un lycéen israélien a été pris en flagrant délit alors qu’il montrait ses fesses au camp de la mort de Majdanek, durant un voyage scolaire en Pologne. Les organisateurs ont écourté son voyage et l’ont renvoyé chez lui, avec un camarade.

L’incident, qui s’est produit durant le week-end, a été filmé par les caméras de surveillance.

Les agents de sécurité présents sur les lieux, où des dizaines de milliers de Juifs ont été assassinés par les nazis pendant la Shoah, ont arrêté deux lycéens et les ont accusés d’avoir eu un comportement déplacé. L’étudiant qui s’est dénudé a été libéré après avoir payé une amende, et son camarade a reçu un avertissement.

Selon certains médias israéliens, les deux jeunes se sont dénudés au cours de cet incident.

En vertu de la loi polonaise, quiconque profane un monument ou un lien public qui commémore un événement historique ou une personne est passible d’une amende ou d’une peine de prison.

Crématorium du camp de Majdanek (Crédit : CC BY-SA 3.0)

Les deux étudiants, qui entrent en terminale à la rentrée, viennent d’une école du nord du pays. Ils ont été renvoyés en Israël avant la fin du voyage, tandis que le reste du groupe ne reviendra qu’à la fin de la semaine.

Le ministère de l’Education a condamné le comportement des étudiants dans un communiqué, affirmant qu’il traite cet incident « avec sévérité ».

« Dans ce cas précis, en raison d’un comportement inapproprié et déplacé de la part des étudiants, des mesures ont été prises contre eux », indique le communiqué. « Ils ont été renvoyés chez eux et l’institution à l’intention d’entamer des poursuites disciplinaires à leur encontre. »

Chaque année, des dizaines de milliers de jeunes israéliens se rendent en Pologne, sur les sites de la Shoah, dans le cadre de voyages organisés par leurs lycées.

L’Allemagne nazie a créé le camp de la mort de Majdanek en périphérie de la ville de Lublin, alors en Pologne occupée, en 1941. Il a été actif jusqu’en 1944. Les forces de l’Union soviétique se sont emparées du camp ; il s’agissait du premier camp libéré par les alliés.

Le musée du camp indique que 78 000 prisonniers, dont 60 000 Juifs y ont été tués – soit la moitié de ceux qui sont passés par ce tristement célèbre camp de la mort pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le camp de Majdanek a été le théâtre de plusieurs incidents de vols et de profanation.

En 2014, des responsables avaient indiqué que huit paires de chaussures d’anciens prisonniers avaient été volées du musée, qui rassemble et expose 280 000 chaussures ayant appartenu aux victimes.

Un an plus tôt, un chapeau de prisonnier volé 20 ans auparavant a été retrouvé sur une enchère eBay aux Etats-Unis, où il état estimé à 1 400 euros.

En 1989, l’artiste suédois Carl Michael von Hausswolff a volé des cendres de victimes de la Shoah du crématorium de Majdanek. Il a suscité un scandale en 2012 après l’exposition, dans une galerie en Suède, d’une aquarelle, qui, selon lui, a été réalisée avec des cendres. Le tableau avait été retiré mais les autorités polonaises et suédoises ont abandonné les charges contre l’artiste, en raison du délai de prescription.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...