Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Un magasin haredi de téléphonie détruit par les flammes à Jérusalem

Son propriétaire, Itzhak Deri, dénonce un acte criminel entraîné par son refus de ne plus vendre un certain téléphone estampillé "non-casher" par les rabbins

La boutique de téléphonie détruite par les flammes dans le quartier de Geula à Jérusalem, le 2 octobre 2022. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash90)
La boutique de téléphonie détruite par les flammes dans le quartier de Geula à Jérusalem, le 2 octobre 2022. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash90)

Une boutique de téléphonie de Jérusalem a été détruite par un incendie dans la nuit de dimanche. Le propriétaire du magasin a affirmé qu’il s’agissait d’un acte de destruction délibéré, entraîné par son refus de ne plus vendre un appareil considéré par certains comme « non-casher ».

De nombreux Juifs orthodoxes, ou haredim, utilisent des téléphones « casher » – soit des vieux appareils qui n’offrent pas de connexion à internet, soit des smartphones dont l’accès à certains sites, aux réseaux sociaux ou aux textos, entre autres, est restreint – sur l’avis des rabbins.

Le problème posé par les téléphones mobiles et les règles à suivre sont largement placés sous le contrôle d’une instance appelée la Commission rabbinique des Communications, qui a une forte influence sur le commerce « casher » des téléphones cellulaires dans tout le pays et sur tous les outils puissants qui ont un impact à la fois sociétal et commercial.

L’incendie s’est déclenché, dimanche, dans un magasin appelé Téléphonie Casher, situé à Geula, un quartier ultra-orthodoxe de la capitale où des incidents similaires ont été rapportés dans le passé – surtout dans des magasins ayant refusé de coopérer avec la commission.

Si les autorités doivent encore déterminer le caractère criminel ou accidentel du feu, le propriétaire de la boutique a la certitude d’avoir été visé par des extrémistes après avoir récemment perdu le certificat accordé par la commission rabbinique.

Le propriétaire Itzhak Deri, 26 ans, a indiqué qu’il a travaillé très étroitement avec la commission dans le passé, adhérant à ses instructions. Toutefois, son refus récent de ne pas vendre un smartphone Xiaomi considéré comme « non-casher » a impliqué la perte d’un certificat émis par la commission – un certificat largement considéré par la communauté comme nécessaire pour l’exploitation d’un commerce relatif à la téléphonie dans les quartiers haredim.

« C’était relativement calme jusqu’à présent, ici, » a déclaré Deri au site d’information Ynet, « jusqu’à ce qu’un inspecteur casher décide de me retirer mon certificat ».

« Il y a trois semaines », a-t-il ajouté, « un inspecteur envoyé par la Commission rabbinique des communications est venu ici et il a dit qu’il me retirait mon certificat parce qu’il pensait que je vendais des téléphones ‘non-casher’. »

Dimanche, il a reçu un texto d’un employé l’informant que le magasin était en feu. « Je suis venu aussi vite que j’ai pu », a-t-il raconté.

Il n’y a pas eu de blessé mais le magasin a été complètement détruit.

Un communiqué du service des incendies et des secours a expliqué que les flammes avaient endommagé plusieurs commerces adjacents, sans préciser l’origine du sinistre.

La police a ouvert une enquête sur l’incident.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.