Un millionnaire américain cache l’achat d’une propriété en Cisjordanie
Rechercher

Un millionnaire américain cache l’achat d’une propriété en Cisjordanie

Irving Moskowitz a utilisé des sociétés fictives pour camoufler son projet d’avant-poste dans une église abandonnée de Hébron

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Irving Moskowitz à Beit Orot, en novembre 2011 (Crédit : CC BY-SA Mazel 123, Wikimedia Commons)
Irving Moskowitz à Beit Orot, en novembre 2011 (Crédit : CC BY-SA Mazel 123, Wikimedia Commons)

Le philanthrope américain de droite, Irving Moskowitz, a acheté une église abandonnée près d’Hébron pour qu’elle serve de base à une future implantation juive en Cisjordanie. Il a fait son achat en utilisant une variété de sociétés écrans et d’organisations caritatives pour couvrir son acquisition de la propriété, a annoncé le quotidien Haaretz jeudi.

L’information a fait surface la semaine dernière, lorsque le militant, Arieh King, un membre du Conseil municipal de Jérusalem, qui avait acheté la propriété à proximité du camp de réfugiés d’al-Aroub entre Hébron et Jérusalem, il y a trois ans, a commencé au cours de ces dernières semaines les travaux de remise en état avec l’intention d’établir un nouvel avant-poste d’implantation. Cependant, la source du financement de King était encore inconnue jusqu’à cette semaine.

L’article indique que c’était une église presbytérienne en Pennsylvanie qui détenait jusqu’en 2008 le titre de propriété de l’église par le biais d’un groupe appelé « Le Conseil indépendant pour les Missions Etrangères presbytériennes ».

A cette époque, Joan Davenport, la religieuse qui gérait la propriété, a quitté Israël. « Nous avons décidé de mettre un terme à notre mission en Israël parce qu’ils nous ont dit qu’à Bethléem, il y avait assez de chrétiens locaux et qu’ils n’avaient pas besoin de nous », a-t-elle expliqué.

Le membre du Conseil municipal de Jérusalem Aryeh King, à Jérusalem le 22 octobre 2014 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le membre du Conseil municipal de Jérusalem, Aryeh King, à Jérusalem, le 22 octobre 2014 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le site comprend huit bâtiments, parmi eux une grande structure centrale et plusieurs petits. Il y a vingt ans, l’église presbytérienne avait été transformée en auberge de jeunesse, mais le projet a échoué et le site a été abandonné et est tombé en ruines.

L’enceinte avait été construite par Thomas Lambie, un missionnaire américain qui a travaillé en Ethiopie avant de venir en Palestine en 1947. Il a établi un hôpital pour les patients tuberculeux sur le site, où il a été enterré après sa mort en 1954.

La propriété a été vendue à une organisation suédoise en mars 2008, selon le pasteur Keith Coleman, le chef de l’église presbytérienne en Pennsylvanie.

Ce groupe suédois, Scandinavian Seamen Holy Land Enterprises [les Entreprises en Terre sainte des hommes de mer scandinave], n’a pas de bureaux ou d’autres actifs immobiliers et semble seulement avoir existé aux fins de cette affaire. L’un des représentants du groupe est le mari de la militante suédoise pro-Israël Gro Faye-Hansen Wenske.

En 2012, cette organisation a été reprise par American Friends of the Everest Foundation (AFEF) [les Amis américains de la Fondation Everest] – un abus de langage, car le groupe opère à Jérusalem plutôt que dans l’Himalaya.

L’Irving Moskowitz Founation est seul contributeur de ce groupe et Moskowitz, le beau-fils d’Oren Ben-Ezra, gère l’organisation aux côtés de la femme de Moskowitz, Cherna, selon les déclarations de l’organisation à but non lucratif.

EN 2012, le groupe gérait des terrains et des bâtiments à Jérusalem-Est dont la valeur s’élevait à près de 8 millions de dollars, selon les formulaires d’exonération fiscale de l’AFEF. Et l’organisation détient actuellement plus de 11 millions de dollars d’actifs, selon les données rapportées en 2015.

Ces derniers mois, l’enceinte a été réparée et devrait accueillir jusqu’à 20 familles. Une nouvelle clôture a également été construite en dépit d’une injonction d’arrêt de construction émise par l’administration civile israélienne en Cisjordanie, qui a pointé l’absence d’un permis de construire pour la clôture.

La nature du site a été gardé secrète et même ceux qui y travaillaient n’étaient au courant de rien. Un homme qui se faisait appelé Emanuel, qui prétendait être norvégien, a géré les travailleurs palestiniens sur le site. Emanuel a affirmé qu’il voulait simplement restaurer l’église et la remettre dans son état antérieur, selon Haaretz.

L’armée israélienne n’était pas non plus au courant de l’objectif du site, et la sécurité de la future implantation sera gérée par une société privée, indiquait l’article.

Les réparations ont été arrêtées quand la nouvelle de la rénovation de l’enceinte a éclaté au grand jour la semaine dernière, et que ses propriétaires ont informé l’armée qu’il n’y a pas de plans pour installer des gens à cet endroit dans un avenir proche.

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...