Rechercher

Un responsable de campagne électorale de la Histadrout arrêté pour cyber-fraude

Selon la police, l'accusé aurait envoyé "des centaines de milliers" de textos frauduleux aux membres du syndicat pour saturer la ligne téléphonique de l'adversaire de son candidat

Ofer Eini, ancien président de la Fédération israélienne de Football, lors d'une conférence de presse à Ramat Gan, le 6 juin 2018.(Crédit : AFP / JACK GUEZ)
Ofer Eini, ancien président de la Fédération israélienne de Football, lors d'une conférence de presse à Ramat Gan, le 6 juin 2018.(Crédit : AFP / JACK GUEZ)

L’ancien directeur de campagne du président du syndicat de la Histadrut Ofer Eini a été arrêté dimanche, soupçonné de cyber-fraude, a dit la police.

Il fait l’objet d’une enquête menée par l’unité anti-corruption Lahav 433 après avoir, semble-t-il, envoyé d’innombrables textos frauduleux avec pour objectif de saturer les lignes téléphoniques du bureau de campagne d’Arnon Bar-David, son adversaire électoral, avant les élections qui avaient eu lieu au mois de mai et qui devaient désigner le nouveau chef de l’organisation.

Bar-David l’avait finalement emporté face à Eini, remportant 77,7 % des votes et la présidence de la Histadrout qui représente la majorité des syndicats de travailleurs en Israël.

Ce directeur de campagne, qui n’a pas été identifié, aurait envoyé un texto disant : « Cher client, votre paiement a été enregistré avec succès. Vous n’avez pas procédé à un achat ? Appelez le : [numéro de téléphone].

Avec des centaines de milliers de membres du syndicat qui avaient reçu le même message, le bureau de Bar-David avait été inondé de coups de téléphone, obligeant l’équipe à arrêter son travail.

« Au mois de mai, pendant les élections de la Histadrout, une plainte a été reçue par la cyber-unité concernant des textos qui auraient été envoyés par le bureau de campagne de l’un des candidats au poste de président de la Histadrout – un message qui a été reçu par des centaines de milliers d’activistes et d’électeurs potentiels avec l’objectif apparent de les tromper et de nuire à la campagne menée par l’opposition », a dit la police dans un communiqué, dimanche.

« Ce matin… nous avons arrêté le directeur de campagne dans le cadre des besoins de l’enquête car il est soupçonné de harcèlement par le biais d’un téléphone et d’avoir perturbé les élections… Pendant les investigations, des témoignages ont été collectés et un certain nombre de personnes impliquées ont été interrogées. L’enquête est encore en cours », a ajouté la police.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...