Un terroriste palestinien a tenté de poignarder des soldats israéliens à Hébron
Rechercher

Un terroriste palestinien a tenté de poignarder des soldats israéliens à Hébron

Aucun militaire n'a été blessé ; cette tentative d'attentat survient dans le cadre d'une recrudescence des violences en Cisjordanie

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un Palestinien a tenté de poignarder des soldats aux abords d’un camp de réfugiés à proximité de la ville de Hébron, au sud de la Cisjordanie, dimanche matin, a expliqué l’armée.

Les soldats ont ouvert le feu et l’homme a été blessé. Son état actuel reste indéterminé.

Aucun soldat israélien n’a été blessé dans l’attaque, selon les militaires.

Cette tentative d’attaque au couteau a eu lieu aux abords du camp de réfugiés al-Fawwar, au sud-ouest de Hébron.

Des vidéos de l’incident ont été rapidement partagées sur les réseaux sociaux palestiniens, montrant les quelques instants qui ont précédé les tirs des soldats.

Dans la vidéo (ci-dessus), l’homme tient ce qui semble être un couteau. Il est entouré de soldats en possession d’armes à feu. Le bruit déclenché par les tirs obstrue alors la séquence.

Cette tentative d’attaque à l’arme blanche survient dans un contexte de recrudescence des violences en Cisjordanie ces dernières semaines, avec des jets de pierres et l’explosion de bombes artisanales le long des autoroutes de Cisjordanie.

Mercredi dernier, un membre des services de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP) a ouvert le feu sur des militaires, dans le nord de la Cisjordanie, les manquant. Il a été abattu par les soldats.

Même s’il y a eu des précédents, il est très inhabituel que des membres des forces palestiniennes de sécurité – qui se coordonnent souvent étroitement avec l’armée et les autres agences de défense israéliennes – commettent des attentats contre les troupes et les civils israéliens.

Selon l’agence de presse officielle de l’Autorité palestinienne, WAFA, Bilal Adnan Rawajbeh, 29 ans, était conseiller juridique, au grade de capitaine, au sein des forces de sécurité préventives, l’une des organisations de renseignement les plus puissantes de l’AP.

Des soldats israéliens montent la garde à proximité de la scène d’une possible attaque à la voiture bélier autour de l’implantation d’Halamish en Cisjordanie, le 29 mai 2020. (Abbas Momani/AFP)

WAFA a accusé les troupes israéliennes d’avoir ouvert le feu « à bout portant… alors qu’il traversait un check-point. » Une source de l’agence de presse a qualifié cette mort « d’exécution ».

Une accusation rejetée avec force par l’armée israélienne qui a dit que Rawajbeh avait ouvert le feu sur les soldats de la brigade Golani alors qu’il se trouvait dans sa voiture, à un carrefour situé au sud de Naplouse.

« La voiture transportant l’agresseur est arrivée de la ville, elle a tourné à gauche au carrefour et elle a ouvert le feu vers les soldats. Le commandant des troupes a rapidement répondu et actionné son arme. Immédiatement après, deux soldats qui se trouvaient à l’arrêt de bus se sont joints au commandant, ouvrant le feu sur l’attaquant. L’assaillant a été blessé par un certain nombre de balles », a commenté le lieutenant-colonel Shahar Barkai, commandant de l’unité des soldats qui appartenaient au Bataillon Barak de la brigade Golani.

Cet incident était survenu quelques jours après que les soldats ont ouvert le feu sur un véhicule palestinien dont les passagers avaient lancé une bombe artisanale par la fenêtre, alors qu’il circulait sur un carrefour surveillé par les militaires, dans le centre de la Cisjordanie, avait précisé Tsahal.

« Les soldats ont bloqué la route pour stopper la cellule terroriste. La voiture a accéléré dans leur direction et les troupes ont riposté en ouvrant le feu en direction des terroristes », avait indiqué un communiqué de l’armée, qui avait ajouté que la voiture avait été touchée par des munitions.

Selon les médias palestiniens, trois personnes, qui circulaient dans la voiture, avaient été blessées lors de cet incident qui avait eu lieu jeudi soir près de Jénine, en Cisjordanie.

Aaron Boxerman et l’équipe du Times of Israel ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...