Un village hollandais, destiné aux juifs fuyant les nazis, proposé aux réfugiés syriens
Rechercher

Un village hollandais, destiné aux juifs fuyant les nazis, proposé aux réfugiés syriens

Le propriétaire du terrain à Slootdorp l’a proposé ce mois-ci à l’agence hollandaise pour les demandeurs d’asile

Le village hollandais de Slootdorp, autrefois refuge des juifs fuyant les nazis, a été proposé comme hébergement aux réfugiés syriens et irakiens (Crédit : capture d'écran Google Maps)
Le village hollandais de Slootdorp, autrefois refuge des juifs fuyant les nazis, a été proposé comme hébergement aux réfugiés syriens et irakiens (Crédit : capture d'écran Google Maps)

AMSTERDAM (JTA) — Le propriétaire hollandais d’un terrain qui a été autrefois un village pour les juifs fuyant les Nazis a proposé l’usage de ces habitations aux réfugiés de Syrie et d’Irak.

Joep Karel, le propriétaire de la région de Slootdorp, à 55 kilomètres au nord d’Amsterdam, a proposé plus tôt ce mois-ci à l’agence centrale pour l’accueil des demandeurs d’asile du gouvernement, a rapporté la semaine dernière le quotidien The Noordhollands Dagblad.

La proposition est survenue pendant un débat animé sur l’arrivée cette année d’au moins 26 000 migrants du Moyen-Orient. A Geldermalsen, près de Rotterdam, la police a utilisé des tirs de semonce pendant une émeute de milliers de manifestants opposés à l’ouverture d’un centre de réfugiés.

Les organisations principales de la communauté juive hollandaise ont exprimé leur opposition aux projets ouvrant un tel centre dans la commune de Amstelveen, très habitée par des juifs, pour des raisons sécuritaires.

Le village juif de travail de Slootdorp a été établi en 1934 par des juifs locaux pour leurs coreligionnaires qui fuyaient l’Allemagne et l’Autriche. Mené comme un kibboutz d’agriculture, il préparait les sionistes à l’immigration en Israël pré-étatique. Cependant, presque tous les juifs qui y vivaient ont été tués par les nazis pendant l’Holocauste.

Les juifs d’Amsterdam qui n’ont pas été immédiatement déportés dans les camps de la mort ont été envoyés dans quatre ghettos. L’Allemagne a récemment reconnu le quatrième, Asterdop, comme un ghetto, a rapporté Het Parool la semaine dernière. Cette reconnaissance permet aux anciens résidents de ce ghetto de demander des compensations à l’Allemagne.

En septembre, la municipalité d’Amsterdam ont accepté de compenser des centaines de juifs qui ont du payer des amendes dans les années 1940 pour ne pas avoir payé leurs taxes de propriété pendant qu’ils étaient dans des camps, des ghettos, ou se cachaient.

La semaine dernière, l’association Héritage juif de La Haye, ou Stichting Joods Erfgoed Den Haag, a appelé la municipalité à proposer une compensation similaire pour les fonds facturés aux survivants de l’Holocauste, a rapporté le quotidien Het Algemeen Dagblad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...