Un vin israélien fait un carton grâce… à une partisane du boycott d’Israël
Rechercher

Un vin israélien fait un carton grâce… à une partisane du boycott d’Israël

Le commentaire d'une militante sur Twitter affirmait de façon erronée que le vin Efrat est produit en Cisjordanie ; les soutiens d'Israël se sont précipités pour en acheter

Damien Zeller fait partie de ceux qui se sont précipités pour acheter une bouteille de vin israélien aux Pays-Bas, mars 2019. (Crédit : autorisation de Damien Zeller, via JTA)
Damien Zeller fait partie de ceux qui se sont précipités pour acheter une bouteille de vin israélien aux Pays-Bas, mars 2019. (Crédit : autorisation de Damien Zeller, via JTA)

AMSTERDAM (JTA) — Partisane du boycott d’Israël, Mieke Zagt n’avait pas du tout l’intention de faire la promotion d’un vin israélien lorsqu’elle a tweeté une photo de bouteilles en vente dans la chaîne de magasins néerlandaise, Hema.

Mais son tweet, destiné à contester cette mise en rayon, a suscité une réaction en chaîne sur les réseaux sociaux de la part des soutiens d’Israël aux Pays-Bas, si bien que les bouteilles vendues dans les magasins Hema ont fait un tabac. La campagne est devenue le sujet n°1 des Tendances Twitter aux Pays-Bas mardi.

C’est un tweet publié lundi après-midi par Mieke Zagt, une universitaire et contributrice de l’Intifada en ligne qui a un peu moins de 1 300 abonnés sur Twitter, qui a déclenché la campagne #tipvanMieke.

« Hé, Hema, vous vendez du vin Efrat des collines de Judée [avec une étiquette] fabriqué en Israël. C’est possible ? Efrat et les collines de Judée sont en territoire palestinien occupé. Efrat est une colonie israélienne illégale. Pouvez-vous en vérifier l’origine ? #hema #pasEncoreHo!?? » a-t-elle écrit, accompagné d’une photo des bouteilles en question.

Malgré son nom, le vin n’est pas issu d’un territoire contesté. Le vignoble d’Efrat est l’un des plus vieux d’Israël et se situe dans le kibboutz Tzora près de la ville de Beit Shemesh, dans les frontières d’Israël reconnues par la communauté internationale. Efrat est aussi un prénom répandu en Israël.

Mais le tweet de Zagt n’a pas donné lieu qu’à un cours de géographie.

Gideon van der Sluis, un consultant d’affaires israélien né en Hollande, et plusieurs autres soutiens d’Israël se sont engagés dans une discussion sur le réseau social avec des utilisateurs soutenant le tweet de Mieke Zagt, utilisant un hashtag signifiant « ConseilDeMieke. » Dans les 24 heures qui ont suivi, le mot-dièse est devenu la tendance n°1 sur le Twitter néerlandais, des gens de tout le pays se prenant en photos avec des bouteilles de vin d’Efrat tout juste achetées.

En quelques heures, les vins rouges et blancs d’Efrat se sont retrouvés en rupture de stock sur la boutique en ligne d’Hema. La chaîne possède 525 magasins aux Pays-Bas.

Le rayon de vins israéliens (Crédit : Sophie Gordon/Flash 90)

La campagne en ligne semble avoir été initiée par de fervents soutiens de l’État juif — les efforts de van der Sluis pour faire décoller les ventes ont été repris par Hidde J. van Koningsveld, qui dirige le groupe pro-Israël CiJo. Mais elle a paru aller bien au-delà des traditionnels partisans issus de la communauté juive du pays, qui compte environ 40 000 personnes.

Menno de Bruyne, responsable de la stratégie du Parti politique réformé, a demandé à l’un de ses collègues de le prendre en photo à son bureau avec trois bouteilles de vin Efrat.

Sjoukje Dijkstra, une journaliste d’Utrecht, a écrit sur Twitter : « Merci pour le conseil: En route pour Hema! »

Henk Bakboord, un danseur et militant pour la Fondation Jimmy Nelson qui recense et met en avant les cultures indigènes, a également remercié sarcastiquement Mieke Zagt, ajoutant que le magasin Hema du quartier Oostpoort d’Amsterdam dispose encore de bouteilles de vin Efrat « mais elles partent vite. »

Elles se sont vendues encore plus vite après que les Chrétiens pour Israël, un groupe international dont le siège se situe en périphérie d’Amsterdam, a publié un article sur son site internet et sa page Facebook encourageant ses plusieurs milliers de lecteurs et soutiens à acheter du vin du domaine Efrat.

Le groupe ‘les Chrétiens pour Israël’ importe environ 120 000 bouteilles de vin israéliens chaque année via l’Israel Products Center, sa structure d’importation personnelle.

Yanki Jacobs, un rabbin d’Amsterdam qui dirige Chabad on Campus, s’est dit « ravi » par la tournure de la campagne.

« C’est un plaisir de voir, quelques jours seulement après Pourim, quelque chose de négatif se transformer en positif, » a-t-il indiqué au JTA.

Mais Zagt voit les choses différemment. Sur Twitter, elle a paru laissé entendre que les gens qui se moquaient d’elle se sont livrés à de l’intimidation et de la diffamation. » Ses chahuteurs, a-t-elle ajouté, « ont révélé leur vraie nature Twitter, » qu’elle a qualifiée de « très troublante. »

Elle n’a pas répondu à la demande de commentaires du JTA sur Twitter.

Hema a refusé d’indiquer combien de bouteilles avaient été vendues, citant sa politique interne. Mais la chaîne a reconnu que plusieurs de ses magasins, ainsi que sa boutique en ligne, ont vendu tout leur stock de vin d’Efrat.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...