Une attaque informatique iranienne a visé l’infrastructure israélienne de l’eau
Rechercher

Une attaque informatique iranienne a visé l’infrastructure israélienne de l’eau

"C'est une attaque qui va à l'encontre de toutes les règles de la guerre", a déclaré un responsable israélien

L'usine de traitement des eaux usées de Gush Dan à Rishon Letzion le 22 novembre 2018. (Isaac Harari/Flash90)
L'usine de traitement des eaux usées de Gush Dan à Rishon Letzion le 22 novembre 2018. (Isaac Harari/Flash90)

Cette semaine, une réunion de haut niveau du cabinet de sécurité, la première depuis plusieurs mois, a notamment abordé la question d’une récente attaque informatique iranienne sur l’infrastructure de l’eau d’Israël, selon un reportage diffusé samedi à la télévision israélienne.

Citant des responsables anonymes, la Treizième chaîne a déclaré que l’attaque, opérée fin avril, était perçue comme une escalade significative de la part de l’Iran. Israël considère qu’une ligne rouge a été franchie avec cette attaque qui a ciblé une infrastructure civile.

« C’est une attaque qui va à l’encontre de toutes les règles de la guerre. Même de la part des Iraniens, nous ne nous attendions pas à quelque chose comme cela », a déclaré le responsable cité dans le reportage.

L’attaque a fait des dégâts minimes, même si des problèmes ont été rapportés dans certaines installations locales, ont déclaré les officiels.

Israël réfléchit maintenant à l’idée d’une réponse et à la façon de procéder, a indiqué la chaîne.

Selon le reportage, les ministres qui ont participé à la réunion du cabinet de sécurité de jeudi ont dû signer des documents de confidentialité.

Photo d’illustration : Un expert en cybersécurité devant une carte de l’Iran parle à des journalistes des techniques de piratage informatique iranien à Dubaï, aux Emirats arabes unis, le 20 septembre 2017. (Crédit : AP Photo/Kamran Jebreili)

Jeudi, Fox News a rapporté que l’Iran était derrière l’attaque. Les pirates informatiques ont utilisé des serveurs américains pour réaliser le piratage.

Un haut responsable du ministère américain de l’Energie a déclaré à Fox News que l’administration Trump était engagée à protéger ses alliés d’attaques informatiques. Il n’a pas donné de détails sur l’incident, en déclarant que l’enquête était en cours.

L’attaque a eu lieu le 24 et 25 avril et a visé plusieurs installations d’eau et d’égouts à travers le pays, selon le site d’information Ynet.

L’Autorité de l’eau et le Directoire informatique national d’Israël avaient alors confirmé une « tentative d’attaque informatique sur les systèmes de commande et de contrôle de l’eau ».

« La tentative d’attaque a été maîtrisée par l’Autorité de l’eau et le Directoire informatique national. Il convient de souligner qu’il n’y a pas eu de perturbations à l’approvisionnement en eau qui a fonctionné, et continué de fonctionner, sans interruption », avait-on indiqué.

L’Iran – dont le régime cherche ouvertement à détruire Israël – et Israël s’opposent dans une guerre informatique secrète depuis plus de 10 ans. L’Etat juif et les Etats-Unis ont notamment tenté de saboter le programme nucléaire de la République islamique par des piratages informatiques. Israël a récemment intensifié sa campagne de bombardement contre des forces liées à l’Iran en Syrie. L’Etat juif redoute que l’Iran ne s’implante militairement dans le pays, en disposant ainsi d’une base avancée pour mener des attaques contre Israël. Le groupe terroriste du Hezbollah, armé et financé par l’Iran, fait face à Israël au Liban, et l’Iran soutient des groupes terroristes palestiniens en Cisjordanie et à Gaza.

La République islamique est l’un des pays les plus touchés au monde par l’épidémie de coronavirus. Des experts ont récemment prévenu que l’épidémie de coronavirus avait créé les conditions parfaites pour des cyber attaques. De fait, des millions de personnes travaillent dans des circonstances inhabituelles, moins sures, et recherchent des informations sur le virus alors que de nouvelles politiques gouvernementales sont mises en place.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...