Une bande-dessinée raconte l’Intifada aux enfants
Rechercher

Une bande-dessinée raconte l’Intifada aux enfants

Dans le reportage dessiné "J'avais 15 ans et j'habitais à Jérusalem," les témoignages de Elkana et Yezid chacun adolescent durant la seconde Intifada se croisent sans jamais se rencontrer

Capture d'écran de "J'avais 15 ans, et j'habitais à Jérusalem" reportage dessinée paru dans le dernier numéro de la revue Topo (Crédit : Topo)
Capture d'écran de "J'avais 15 ans, et j'habitais à Jérusalem" reportage dessinée paru dans le dernier numéro de la revue Topo (Crédit : Topo)

« Le conflit israelo-palestinien est très présent dans l’esprit des 13-14 ans en France » explique Daphné Rousseau, ex-correspondante de l’AFP à Jérusalem aujourd’hui en poste à Berlin. « Mais ils n’ont pas eu de contact direct avec les événements, ils sont trop jeunes, et ils n’ont eu que des récits de seconde main ».

Topo, une revue destinée à un lectorat plutôt jeune, utilise le mode narratif de la bande dessinée pour approfondir des sujets d’actualité. Dans son dernier numéro une bande-dessinée d’une quarantaine de pages, écrite par Daphné Rousseau et dessinée par Bruno Mangyoku, met en images les témoignages croisés d’un jeune israélien et d’un jeune palestinien, recueillis par la journaliste.

« C’est l’histoire de deux adolescents, Elkana qui habite à Jérusalem, Yezid à Jerusalem-est, dont la jeunesse a été marquée par l’Intifada. Les deux adolescents ne sont impliqués dans aucune violence, et ne se sont d’ailleurs jamais rencontrés, je me suis entretenue avec eux séparément, » explique Rousseau. Dans les bulles apparaissent « mot à mot ce qu’ils m’ont racontée, même si cela a été un peu adapté pour être compris par un jeune public francophone ».

Aujourd’hui les deux sont trentenaires et vivent à Jérusalem. Le reportage dessiné se termine sur une aporie : aucun solution au conflit ne se dessine, l’ouvrage qui vise un certain équilibre, n’a pas la prétention de vouloir simplifier le conflit.

Extrait de "J'avais 15 ans et je vivais à Jérusalem" parue dans la Revue Topo (Crédit: Topo)
Extrait de « J’avais 15 ans et je vivais à Jérusalem » parue dans la Revue Topo (Crédit: Topo)

Yezid conclut : « Je ne crois pas à la paix avec les Israéliens, je ne crois pas non plus à la création d’un Etat palestinien (…) ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...