Rechercher

Une collaboration en micro-archéologie entre le Technion et l’université de Haïfa

Les chercheurs ayant besoin d'une technologie de pointe et d'un équipement avancé pour étudier les découvertes au niveau moléculaire, ce partenariat profitera aux deux institutions

  • Le professeur Israël Finkelstein s'exprimant lors d'un séminaire de lancement de la collaboration entre l'école d'archéologie et de cultures maritimes de l'université de Haïfa et du Technion, au Technion de Haïfa, le 18 janvier 2023. (Crédit : Rami Slush/Technion).
    Le professeur Israël Finkelstein s'exprimant lors d'un séminaire de lancement de la collaboration entre l'école d'archéologie et de cultures maritimes de l'université de Haïfa et du Technion, au Technion de Haïfa, le 18 janvier 2023. (Crédit : Rami Slush/Technion).
  • 
Le professeur Israël Finkelstein de l'université de Haïfa, à gauche, et le professeur Jacob (Koby) Rubinstein, vice-président exécutif pour la recherche au Technion, lors du séminaire de lancement de la collaboration entre les deux institutions, au Technion, à Haïfa, le 18 janvier. (Crédit : Rami Shulsh/Technion)
    
Le professeur Israël Finkelstein de l'université de Haïfa, à gauche, et le professeur Jacob (Koby) Rubinstein, vice-président exécutif pour la recherche au Technion, lors du séminaire de lancement de la collaboration entre les deux institutions, au Technion, à Haïfa, le 18 janvier. (Crédit : Rami Shulsh/Technion)
  • Le téléphérique descendant de l'université de Haïfa vers le Technion, le 18 janvier 2023. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)
    Le téléphérique descendant de l'université de Haïfa vers le Technion, le 18 janvier 2023. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)

Pour certains archéologues des temps modernes, les pelles et les pioches appartiennent désormais à l’histoire ancienne. Les outils qui permettent aujourd’hui de faire des découvertes révolutionnaires sont les microscopes, le séquençage de l’ADN et l’intelligence artificielle (IA), selon les professeurs qui ont lancé mercredi une nouvelle initiative conjointe en sciences archéologiques entre l’université de Haïfa et le Technion – l’Institut israélien de technologie.

Le Technion et l’école d’archéologie et des cultures maritimes de l’université de Haïfa étudient l’archéologie au niveau microscopique et découvrent de nouvelles informations sur la vie quotidienne. L’initiative conjointe encouragera et soutiendra la coopération entre les deux institutions, y compris le partage de l’expertise et des équipements de laboratoire, et financera un total de huit postes de recherche, de la maîtrise au post-doctorat, pour les étudiants qui entreprennent des recherches qui relient les deux institutions.

Bien que de nombreux archéologues israéliens collaborent avec des professeurs et des laboratoires de différentes universités, il s’agit de l’une des premières collaborations officielles entre plusieurs facultés des deux établissements, plutôt qu’entre des individus.

Des dizaines de chercheurs, d’étudiants et de passionnés d’archéologie de tout le pays ont participé au séminaire qui a donné le coup d’envoi à cette collaboration mercredi au Technion. Des archéologues, qui utilisent déjà les sciences archéologiques de pointe, ont donné huit courtes conférences.

« L’archéologie est comme un énorme navire qui allait dans une direction il y a 20 ans et qui va maintenant dans une direction complètement différente », a déclaré mercredi au Times of Israel le professeur Israël Finkelstein, directeur de l’école d’archéologie et des cultures maritimes de l’université de Haïfa.

« Auparavant, le navire allait dans une direction traditionnelle, que nous appelons maintenant ‘macro-archéologie’. Il s’agit d’une archéologie que vous pouvez voir avec vos yeux et le genre où vous n’avez pas besoin de laboratoires scientifiques », a déclaré le Pr. Finkelstein.

« Si les découvertes telles que les forteresses, les autels, les murs de pierre, les sculptures, les pièces de monnaie, les fragments de parchemin et les figurines sont impressionnantes – et faciles à photographier – au cours de la dernière décennie, l’archéologie s’est également tournée vers l’intérieur, jusqu’au niveau cellulaire », a expliqué le Pr. Finkelstein.

Il y a eu une explosion de recherches utilisant des techniques scientifiques de pointe. Mercredi, des archéologues de l’université de Haïfa ont présenté leurs recherches sur l’extraction de l’ADN d’anciens pépins de raisin pour identifier leur « plus proche parent vivant » ; l’analyse biochimique des déchets animaux ; l’IA et les algorithmes pour identifier les marques de silex et de dents sur des os d’animaux datant de 40 000 ans ; et l’analyse chimique pour identifier la résine de cannabis sur un autel ancien. Ces méthodes de recherche ont permis d’obtenir de nouvelles informations sur la vie quotidienne de personnes dont les habitats ont déjà fait l’objet de fouilles par les archéologues depuis des décennies. Ces nouveaux développements requièrent des laboratoires et des chercheurs hautement spécialisés qui maîtrisent la méthodologie spécifique concernée. C’est pourquoi les institutions jugent utile de collaborer et de mettre en commun leurs ressources.

Les chercheurs du Technion et de l’université de Haïfa ont déjà coopéré sur quelques projets épars, mais l’objectif du réseau est de renforcer encore les liens.

Le professeur Israël Finkelstein s’exprimant lors d’un séminaire de lancement de la collaboration entre l’école d’archéologie et de cultures maritimes de l’université de Haïfa et du Technion, au Technion de Haïfa, le 18 janvier 2023. (Crédit : Rami Slush/Technion).

L’effort était déjà visible mercredi lors du séminaire. La professeure Deborah Cvickel de l’université de Haïfa, qui a collaboré avec le professeur Moris Eisen, de la faculté de chimie du Technion, a étudié comment les voiles anciennes étaient protégées de l’eau et du sel au VIIIe siècle pour la reconstitution du bateau Maagan Michael II.

La rencontre de l’archéologie et des sciences exactes

Finkelstein, professeur émérite de l’université de Tel Aviv, est l’un des archéologues les plus éminents d’Israël. Il a publié plus de 400 articles et une douzaine de livres. Ses recherches, qui font appel à de nouvelles méthodes scientifiques, ont révolutionné la façon dont les archéologues du monde entier comprennent l’ancien Israël. Il a reçu le prix Dan David en Israël et est membre de l’Académie israélienne des sciences naturelles et des sciences humaines, membre international de l’Académie française des Inscriptions et Belles-Lettres et de l’Académie américaine des Arts et des Sciences.

Après avoir rejoint l’université de Haïfa il y a un peu plus d’un an, « l’un de ses principaux objectifs était de mettre en place un canal plus formel de collaboration avec le Technion », a-t-il déclaré.

« À l’université de Haïfa, nous avons également des chercheurs à des niveaux très élevés de la recherche scientifique, mais il est vraiment important de franchir le pont vers les sciences informatiques, les sciences des matériaux, la chimie et la biologie, et les endroits où le Technion est vraiment fort », a-t-il déclaré.

« Lorsque davantage de chercheurs se réunissent pour faire du brainstorming, cela devient encore plus puissant. »

Le professeur Israël Finkelstein de l’université de Haïfa, à gauche, et le professeur Jacob (Koby) Rubinstein, vice-président exécutif pour la recherche au Technion, lors du séminaire de lancement de la collaboration entre les deux institutions, au Technion, à Haïfa, le 18 janvier. (Crédit : Rami Shulsh/Technion)

« Les chercheurs ont prouvé aujourd’hui qu’il n’y a pas de recherche archéologique moderne sans sciences exactes », a déclaré le professeur Assaf Marom, responsable de l’enseignement de l’anatomie à la faculté de médecine du Technion et chercheur principal du laboratoire d’anatomie et d’évolution humaine.

Les chercheurs ont prouvé aujourd’hui qu’il n’y a pas de recherche archéologique moderne sans sciences exactes

« Je pense que les étudiants du Technion, lorsqu’ils seront initiés à l’archéologie et qu’on leur montrera comment ces méthodes scientifiques peuvent être appliquées à l’archéologie, ils voudront participer à ce projet », a déclaré le Pr. Marom. « Il s’agit d’être capable d’étudier des choses telle que ‘comment sommes-nous devenus ce que nous sommes ? Que s’est-il passé dans l’histoire de l’humanité ?’. »

Susciter de nouvelles connexions, par le téléphérique et la coopération

Le téléphérique descendant de l’université de Haïfa vers le Technion, le 18 janvier 2023. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)

Les professeurs Marom et Finkelstein sont tous deux d’accord pour dire qu’un élément technologique a rendu la coopération encore plus facile. Le nouveau téléphérique des transports publics de Haïfa, lancé en avril de l’année dernière, qui circule constamment entre les deux universités et vers la Gare centrale de trains et de bus HaMifratz. Grâce aux téléphériques, les deux universités ne sont plus séparées que par une courte balade de 10 minutes au-dessus des arbres, avec une vue sur la Méditerranée qui scintille au loin.

Au cours du prochain semestre, des professeurs de l’université de Haïfa donneront un cours d’introduction aux sciences archéologiques au Technion, afin de donner aux étudiants du Technion un aperçu du type de recherches déjà menées. Ils espèrent que ce cours suscitera l’intérêt de la nouvelle génération et encouragera une coopération future. Le Pr. Marom a indiqué qu’un nombre sans précédent de 300 étudiants du Technion s’étaient inscrits à son cours sur l’évolution de l’homme au prochain semestre, ce qui montre que les étudiants sont enthousiastes à l’idée de se lancer dans ce domaine.

Le professeur Stephen Weiner, fondateur et directeur du Kimmel Center for Archaeological Science. (Autorisation)

De 2009 à 2014, le Pr. Finkelstein a co-dirigé le projet « Reconstruction de l’ancien Israël », financé par le Conseil européen de la recherche : « Le point de vue des sciences exactes et des sciences de la vie » avec le professeur Stephen Weiner, fondateur et directeur du Kimmel Center for Archaeological Science à l’Institut Weizmann. Le Pr. Weiner a été l’un des premiers archéologues à apporter du matériel de laboratoire sur le site de fouilles, une initiative qui, selon le Pr. Finkelstein, a complètement révolutionné la manière dont les fouilles sont menées aujourd’hui.

Les éléments qui peuvent fournir tant d’informations – cendres d’un feu, tessons d’os, graines moulues ou autres matières organiques – sont de nos jours faciles à négliger et à jeter accidentellement. Lorsque les laboratoires sont sur place, les archéologues peuvent effectuer des tests et s’assurer que ces éléments microscopiques ne se perdent pas, et décider en temps réel de ce qu’il faut fouiller et comment.

Selon le Pr. Finkelstein, observer la révolution de la macro à la micro-archéologie au cours de sa carrière a été à la fois stimulant et intéressant, car cela a obligé les chercheurs à ouvrir leur esprit à des directions totalement nouvelles.

« Nous avons toujours posé des questions sur l’Histoire et essayé d’en tirer des interprétations », a déclaré le Pr. Finkelstein.

« Mais maintenant, au milieu, entre la question et l’interprétation, nous sommes capables de faire de nouvelles recherches scientifiques. C’est quelque chose d’incroyablement spécial, de combiner l’Histoire, les sciences humaines et la recherche scientifique, et cela nous permet d’interpréter les choses d’une nouvelle manière. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.