Une Palestinienne suscite la polémique en condamnant le meurtre des Henkin
Rechercher

Une Palestinienne suscite la polémique en condamnant le meurtre des Henkin

Thanaa Jawabreh s’excuse sur Facebook pour les « tueurs sanguinaires parmi nous » ; selon elle, beaucoup de Palestiniens pensent la même chose mais ont peur de le dire

Thanaa Jawabreh. (Capture d'écran/Ynet)
Thanaa Jawabreh. (Capture d'écran/Ynet)

Une activiste de Nazareth a suscité la controverse sur les médias sociaux cette semaine après avoir qualifié d’ « horrible » l’assassinat d’un couple israélien abattu jeudi soir alors que la famille se rendait en Cisjordanie avec quatre de leurs six jeunes enfants.

Thanaa Jawabreh a présenté ses excuses sur Facebook ce jeudi pour dénoncer l’attaque, et a exhorté les dirigeants palestiniens et arabes israéliens à la condamner aussi.

« Nous, les Palestiniens devons dénoncer les tueurs sanguinaires parmi nous ; une famille rentrant à la maison avec ses quatre enfants ne doit pas, ne peut pas être victime de cet acte horrible et ce, même si la famille vit dans une colonie », a-t-elle écrit en hébreu sur son profil Facebook.

« Cela nécessite donc une manifestation de masse contre ces meurtres ; les assassinats n’apportent que des assassinats, et le carnage d’un côté mène à davantage d’effusion de sang de l’autre, » écrit-elle.

« Je présente mes excuses et j’attends que les représentants de l’opinion publique arabe se prononcent contre cet horrible assassinat. C’est trop !!, » a-t-elle ajouté.

Jusqu’à samedi, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas n’avait pas condamné l’attaque. Il l’a fait néanmoins dimanche pour finalement condamner Israël d’avoir éliminé les deux terroristes, qualifiés de « jeunes hommes » dans son communiqué.

Une aile militaire du Fatah, la faction de l’OLP dominante d’Abbas, a revendiqué la responsabilité de ces meurtres.

Avec des dizaines de messages de soutien et d’accords, les commentaires de Jawabreh ont suscité un débat houleux entre ses amis en ligne et ses « followers ».

« Nous voyons toujours des excuses après qu’un Arabe tue un Juif, pourquoi n’écrivez-vous pas sur les Arabes qui les arrêtent, ou sur ce qui se passe dans al-Aqsa [sur le mont du Temple] ou sur l’agression des femmes ?, » a commenté une personne.

« Pourquoi présentez-vous des excuses ? Bien sûr, tous les êtres humains sains d’esprit condamneraient l’attaque d’innocents. Les personnes tuées près de Naplouse [où l’attaque terroriste est survenue] n’étaient pas innocentes, elles étaient d’extrême droite », pointe un autre commentateur, avant de souligner les récents affrontements au mont du Temple et l’attaque à la bombe incendiaire à Duma en juillet dans laquelle trois membres de la famille Dawabsha ont été tués. L’attaque est supposée avoir été menée par des extrémistes juifs.

Dans un entretien ultérieur avec Ynet, Jawabreh a dit qu’elle avait présenté ses excuses « parce que ces choses ont été probablement faites en mon nom. Je me présente comme Palestinienne, je suis fier d’être Palestinienne », mais « tuer deux personnes en face de leurs enfants est un acte qui m’a retourné le cœur ».

Selon elle, beaucoup pensent pareil dans sa communauté, mais sans le dire.

« Il était important pour moi de représenter les gens qui pensent comme moi, mais ne sont pas prêts à le dire » assure-t-elle.

Eitam et Naama Henkin, ont été tués dans une fusillade par des Palestiniens en Cisjordanie, le 1er octobre 2015 (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Eitam et Naama Henkin, ont été tués dans une fusillade par des Palestiniens en Cisjordanie, le 1er octobre 2015 (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

« Je me joins au deuil de cette famille, et puissions-nous ne plus entendre parler de pareils incidents, » a déclaré Jawabreh.

Elle a condamné la remontée récente des attaques de jets de pierres par des Palestiniens en Cisjordanie et à Jérusalem-Est et a déclaré que de tels actes étaient « surtout dangereux pour nous ».

Elle a également critiqué le gouvernement israélien actuel pour soutenir l’expansion des implantations en Cisjordanie.

Dans un post publié plus tard sur Facebook, Jawabreh note que, malgré une certaine opposition, la majorité des milliers de commentaires de sa publication étaient positifs.

Elle a exprimé sa frustration face à Ynet, qui a d’abord rapporté l’histoire, pour avoir publié avec un titre « trompeur » mettant en évidence les réponses négatives, pourtant rares.

« Je voulais faire passer le message que je ne suis pas seule [à penser de cette façon] parce que je ne le suis pas ! Le titre trompeur est regrettable », écrit-elle.

Ynet a ensuite changé le titre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...