Une tentative de trafic maritime de fibre de verre déjouée à Gaza – armée
Rechercher

Une tentative de trafic maritime de fibre de verre déjouée à Gaza – armée

Quatre suspects ont été arrêtés alors qu'ils levaient l'ancre vers l'Egypte, d'où ils devaient ramener de la fibre de verre utilisée pour fabriquer des missiles, a dit l'armée

Une opération israélienne d'interception de navires gazaouis dans une vidéo diffusée par l'armée israélienne, le 7 juin 2019 (Capture d'écran : Armée israélienne)
Une opération israélienne d'interception de navires gazaouis dans une vidéo diffusée par l'armée israélienne, le 7 juin 2019 (Capture d'écran : Armée israélienne)

L’armée israélienne a fait savoir qu’elle avait déjoué une tentative du groupe terroriste du Hamas de faire entrer des matériaux à Gaza utilisés dans la fabrication des roquettes.

Elle a fait savoir que quatre suspects avaient été arrêtés, le mois dernier, alors qu’ils tentaient de contrer le blocus mis en place au sein de l’enclave côtière et d’atteindre l’Egypte à bord de deux navires.

Cet incident a eu lieu le 11 mai mais sa révélation dans les médias n’a été autorisée que vendredi.

Selon un communiqué diffusé par l’armée, les quatre individus tentaient d’atteindre la côte de la péninsule du Sinaï, en Egypte, où ils devaient prendre possession de 24 rouleaux de fibre de verre.

Tsahal a précisé que ce matériau -interdit d’importation au sein de la bande – devait être utilisé par le Hamas, le groupe terroriste dirigeant de-facto de la bande, pour fabriquer des roquettes.

Les militaires ont diffusé une vidéo qui montrait, après montage, l’opération d’arrêt des bateaux, avec notamment une poursuite à grande vitesse au large de la bande entre les navires.

Les quatre hommes ont été accusé de crimes en liaison avec le terrorisme, notamment de conspiration en vue de commettre un meurtre, selon le communiqué émis par les soldats.

Le Hamas et l’Egypte n’ont pas fait de commentaires.

Des roquettes lancées vers Israël vers Gaza City, le 5 mai 2019 (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Cette tentative de trafic présumée est survenue moins d’une semaine après que le Hamas et d’autres groupes palestiniens de l’enclave ont tiré presque 700 roquettes au cours d’une flambée de violences majeure entre les deux parties, le 4 et le 5 mai.

Le Wall Street Journal a fait savoir cette semaine que le Hamas était parvenu à reconstituer son arsenal de roquettes à environ 10 000 dispositifs suite aux combats qui ont vu le groupe tenter de déjouer le système antimissile du Dôme de fer par des barrages intenses et concentrés de roquettes.

Israël maintient un blocus maritime sur la bande et contrôle étroitement les postes-frontières terrestres permettant d’entrer et de sortir de Gaza pour tenter d’empêcher le Hamas et les autres groupes terroristes de mettre en place des capacités militaires.

Des bateaux de pêche palestiniens sur la mer Méditerranée dans le port de Gaza, le 10 mai 2019. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

L’armée israélienne permet aux pêcheurs d’aller à plusieurs kilomètres de la côte dans le cadre d’accords présumés qui auraient été conclus avec le Hamas pour permettre le maintien du calme dans la région.

« Nous avons des frontières maritimes claires autour de la bande », a commenté le général de brigade Yuval Ayalon, qui commande la zone navale sud des opérations, dans une déclaration. « Les frontières permettent à des pêcheurs innocents de gagner leur vie et, en même temps, elles préviennent les tentatives des groupes terroristes qui menacent de s’en prendre par la mer aux civils israéliens ».

Jeudi, Israël a réduit la zone de pêche de 27,8 kilomètres au large de la côte en la faisant passer à 18,5 kilomètres, selon un responsable israélien.

Cette initiative, prise en réponse à plusieurs lancements de ballons incendiaires, est survenue vingt-quatre heures après un élargissement de la zone à 15 kilomètres.

Saleh al-Ziq, haut-responsable à Gaza de la commission des Affaires civiles de l’AP, a accusé Israël de sanctionner les pêcheurs pour des actions commises par d’autres.

« Pêcher est très important pour la subsistance de nombreuses personnes à Gaza. Les pêcheurs utilisent le revenu qu’ils gagnent de la vente de poisson pour assurer les besoins des membres de leurs familles », a-t-il dit. « Pourquoi Israël les punit-il pour quelque chose qu’ils n’ont pas fait ? », a-t-il continué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...