USA/Bahreïn : les Palestiniens déplorent la venue de l’Egyte et de la Jordanie
Rechercher

USA/Bahreïn : les Palestiniens déplorent la venue de l’Egyte et de la Jordanie

L'AP appelle les pays "frères" à ne pas se rendre au sommet économique organisé par les Américains ; pour un responsable de l'OLP, l'administration Trump est un "lobby sioniste"

Jared Kushner, (à gauche), conseiller à la Maison Blanche, et Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, à Ramallah, le 24 août 2017. (Crédit : WAFA)
Jared Kushner, (à gauche), conseiller à la Maison Blanche, et Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, à Ramallah, le 24 août 2017. (Crédit : WAFA)

L’Autorité palestinienne a déclaré mardi « profondément regretter » la décision prise par l’Egypte et la Jordanie de participer au prochain sommet économique parrainé par les Américains et organisé au Bahreïn, appelant les pays « frères » à ne pas y assister.

La Jordanie, l’Egypte et le Maroc ont informé l’administration américaine qu’ils seraient présents à ce sommet économique, a fait savoir mardi un responsable de l’administration, mettant un terme à des semaines d’incertitude et ouvrant également la voie à une invitation de l’Etat juif au Bahreïn.

Le gouvernement palestinien « regrette profondément la déclaration du Caire et d’Amman concernant leur présence à cet atelier de travail et nous les appelons eux, ainsi que tous les pays frères qui nous témoignent de l’amitié, à annuler leur participation au sommet », a déclaré le porte-parole Ibrahim Melhim.

« Avec cette participation, les Etats-Unis tentent de créer des solutions hors du cadre de la légitimité internationale qui nuisent aux droits nationaux légitimes des Palestiniens », a-t-il ajouté.

Plus tôt, un responsable de l’Organisation de libération de la Palestine avait choisi d’adopter une approche plus compréhensive des décisions prises par l’Egypte et la Jordanie, tout en estimant que la rencontre était organisée par « le groupe de lobby sioniste au pouvoir aux Etats-Unis « et par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Azzam al-Ahmad, haut responsable du Fatah et de l’OLP, avait déclaré à l’agence de presse turque Anadolu qu’il pensait que la participation des pays arabes serait purement symbolique.

« Ces décisions ne sont pas surprenantes. Ces pays entretiennent des liens particuliers avec les Etats-Unis, et nous ne pouvons pas préjuger des circonstances qui ont défini leur participation, mais nous avons la certitude que cette participation sera symbolique et qu’elle ne sera pas importante », assure Ahmad.

Azzam al-Ahmad lors d’une conférence de presse dans un hôtel du Caire, le 13 août 2014 (Crédit : AFP/Khaled Desouki)

« Nous aurions préféré qu’ils ne participent pas du tout, et que le Bahreïn n’accueille pas une réunion de ce genre organisée le lobby sioniste au pouvoir en Amérique allié à la droite extrémiste dirigée par Netanyahu », a-t-il ajouté, exprimant aussi l’espoir que d’autres pays arabes refusent de prendre part à la conférence.

« Comment un tel sommet peut-il avoir lieu dans un pays arabe frère en l’absence de la principale partie prenante dans la question palestinienne ?… La tenue même de cette conférence contrevient à l’initiative de paix arabe qui a affirmé la nécessité de la solution à deux États, de la fin de l’occupation, de l’établissement d’un État palestinien indépendant et du retour des réfugiés, conformément à la résolution 194 de l’Assemblée générale de l’ONU », a-t-il poursuivi.

Et de conclure : « Quels que soient les résultats de cet atelier de travail, ils n’auront aucune valeur légale tant que les principales parties concernées s’y opposeront ».

L’’administration Trump et le Bahreïn avaient annoncé, à la mi-mai, qu’ils allaient organiser un sommet économique dans la capitale Manama, les 25 et 26 juin, qui « permettra d’ouvrir les débats sur une vision ambitieuse et réalisable et sur le cadre à créer afin d’assurer un avenir prospère aux Palestiniens et à la région ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...